ANNONCER

HOKUSAI

Jusqu’au 10 décembre 2012


La présentation exceptionnelle d’une quarantaine d’œuvres de l’artiste japonais

Trente-six vues du Mont Fuji (Fugaku sanjûrokkei), Sous la vague au large de Kanagawa («la grande vague») (Kanagawa oki namiura), 1830-32, impression polychrome (nishiki-e), format ôban. Editeur: Eijudô. Signature: Hokusai aratame Iitsu hitsu. Legs Raymond Koechlin, 1932. EO 3285 © Thierry Ollivier / RMN


Artiste protéiforme à la personnalité extravagante, Hokusai, créateur audacieux qui changea de signature une cinquantaine de fois, a laissé une œuvre à la fois foisonnante et variée dont Sous la grande vague au large de la côte à Kanagawa est sans doute le plus célèbre exemple en Occident. Une quarantaine de ses œuvres (peintures, estampes et dessins), dont la célèbre Sous la grande vague, sont exceptionnellement présentées au public pour trois mois.


Trente-six vues du Mont Fuji (Fugaku sanjûrokkei), Vent frais par matin clair (Gaifû kaisei), 1830-32, impression polychrome (nishiki-e), format ôban. Editeur : Eijudô. Signature : Hokusai aratame Iitsu hitsu. Legs Charles Jacquin, 1938. AA 380 © Thierry Ollivier / RMN

Un monde éphémère

Cette œuvre majeure, exposée à l’occasion de cette présentation, ouvre la série des 46 estampes consacrées au Fuji réalisées par Katsushika Hokusai (1760-1849), peintre, dessinateur, graveur et auteur de traités techniques et esthétiques. Editées entre 1831 et 1833, ces estampes figurent le Mont Fuji depuis différents lieux, suivant les saisons. Cette série des 36 vues du Mont Fuji entièrement consacrées au paysage et dont le thème central illustre le rapport entre l’homme et la nature, réalisée en grand format, révolutionnera l’art de l’estampe au dix-neuvième siècle. Cinq de ces vues sont exposées dans cette présentation. Hokusai fixe un phénomène naturel très bref. Cette représentation d’un instantané, d’une impression fugace est caractéristique de l’ukiyo-e, «images d’un monde éphémère et flottant». Cette estampe retranscrit la vision littérale et métaphorique mise en évidence par le dynamisme de la composition : l’instant même où la vague menace de déferler sur les embarcations et d’engloutir les vulnérables pêcheurs dont l’existence fragile –parabole de l’humanité-, se trouve soumise au bon vouloir de la nature.


Un modèle pour l’Occident

Si la vague s'impose à tous, c'est d'abord par son esthétique. Hokusai y introduit les techniques européennes de la perspective pour rendre la profondeur spatiale. La vague apparaît en gros plan, alors que le volcan semble le minuscule témoin d’une scène où des pêcheurs risquent de sombrer dans une mer déchaînée dont la silhouette, fragmentée au sommet en une multitude de vaguelettes, semblables à des griffes de dragons menaçantes, communique l'énergie créatrice de l’artiste… Résolument novatrice, l’œuvre de Hokusai s’avéra également être une source d’inspiration très importante pour les peintres occidentaux japonisants du XIXe siècle. Nombre d’entre eux firent même parfois collection de ses estampes : Van Gogh, Monet, Degas, Renoir, Pissaro, Klimt. Il influencera de nombreux poètes et musiciens : Sous la grande vague constituera une des plus grandes sources d’inspiration de Debussy pour composer La Mer.


Tour des chutes d’eau des différentes provinces La cascade de Kirifuri sur le Mont Kurokami dans la province de Shimotsuke (Shimotsuke Kurokamiyama Kirifuri no taki) 1833 Impression polychrome (nishiki-e), format ôban - Editeur: Eijudô Signature: zen Hokusai Iitsu hitsu Donation Norbert Lagane, 2001 MA 12179 © Thierry Ollivier / RMN

Guimet : un fonds remarquable

Egalement exposé, le Guerrier sur un cheval cabré, daté vers 1830, compte au nombre de ces chefs-d’œuvre de l’art graphique universel ; l’esquisse, campée à l’encre de Chine sur papier fin doublé, réunit l’intense énergie du trait de pinceau, et la quête minutieuse, patiente, d’une rare justesse formelle. Témoignant de l’acuité du regard de l’artiste et de son talent exceptionnel de dessinateur, il fait partie d’un ensemble rare d’esquisses et de dessins préparatoires conservés au musée Guimet, parfois issus des collections parisiennes les plus anciennes. Depuis la grande rétrospective que le musée Guimet avait consacré à HOKUSAI «l’affolé de son art» d’Edmond de Goncourt à Norbert Lagane, présentée du 21 mai au 4 août 2008, ces œuvres rares et précieuses étaient retournées en réserves en raison de leur grande fragilité et de leur prêt à d’autres musées.


Pour voir d'autres illustrations, cliquez sur ENGLISH VERSION en haut de page.

MUSÉE GUIMET – GALERIES DU PANTHÉON BOUDDHIQUE 19, avenue d’Iéna – 75116 PARIS
INFORMATIONS : Tél. 01 56 52 53 00
Site : www.guimet.fr
HORAIRES : Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h. Fermeture de la caisse à 17h30, des salles à 17h45. Fermé le 25 décembre et le 1er janvier. Audioguides gratuits.
PRIX D’ENTRÉE : Plein tarif : 7,50 €. Tarif réduit : 5,50 €. Billet jumelé exposition temporaire et collections permanentes, plein tarif : 9,50 €, tarif réduit : 7 €.
CONTACTS PRESSE : Hélène Lefèvre, Chef du service de la Communication
Tél. 01 56 52 53 32 Fax 01 56 52 53 54
helene.lefevre@guimet.fr
Sophie Maire, adjointe
Tél. 01 56 52 54 11 Fax 01 56 52 53 54
sophie.maire@guimet.fr

Abonnement (petit)

ANNONCER