Massacre innocents Chantilly

ANNONCER

Accueil > Nos rendez-vous > HÔTEL D’HEIDELBACH UN NOUVEL ÉCRIN POUR LE MOBILIER CHINOIS

HÔTEL D’HEIDELBACH
UN NOUVEL ÉCRIN POUR LE MOBILIER CHINOIS

A partir du 21 juin 2017

La gloire de la Chine, au travers d’une collection d’impressionnants meubles chinois

Armoire à décor d'oiseaux et de paysage (détail), Chine, règne de Kangxi (1662-1722), bois laqué, nacre © RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris), Thierry Ollivier.

 

MUSÉE NATIONAL DES ARTS ASIATIQUES – GUIMET

6, place d’Iéna 75116 Paris

INFORMATIONS

• Tel : 01 56 52 53 44
• Site internet : www.guimet.fr
• Métro : Iéna, Trocadéro, Boissière
• Bus : n° 30, 32, 63, 82

HORAIRES

Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h.

TARIFS

Billet unique (expositions temporaires et collections permanentes) :
• 
Plein tarif : 9,50€
• 
Tarif réduit : 7€

COMMISSARIAT

Commissariat
• Sophie Makariou, commissaire générale et présidente du MNAAG
• Hélène Gascuel, conservateur du patrimoine et commissaire

CONTACT PRESSE

Hélène Lefèvre, Chef du service de la Communication
• Tél. : 01 56 52 53 32
• E-mail : helene.lefevre@guimet.fr


La grandeur de la Chine et le faste de ses intérieurs

La réouverture de l’hôtel d’Heidelbach ne pouvait s’envisager sans une présentation très complète jamais imaginée pour cette typologie d’œuvre : le mobilier chinois. Les espaces du premier étage, plus adaptés aux formats monumentaux, servent désormais d’écrin parfait pour un mobilier d’apparat qui ne trouvait pas dans le bâtiment principal – du fait aussi de sa dispersion –, les hauteurs sous plafond adéquates. Le mobilier d’apparat laqué, que les demeures aristocratiques et palais impériaux requéraient tant pour leurs dimensions monumentales que pour leur exigence de prestige, trouvent naturellement leur espace magistral, faisant écho à la monumentalité des armoires et des paravents laqués.

Ces pièces d’apparat, de grandes dimensions, parfois sorties des manufactures impériales, étaient destinées à l’ameublement des palais et des salles de réception. Leur répertoire illustre les thèmes chinois classiques : paysages, fleurs et oiseaux, ainsi que les dragons qui renvoient à l’iconographie impériale. La nouvelle présentation est agrémentée d’éléments de garnitures d’émaux cloisonnés, de soieries d’ameublement et ponctuée de peinture.


Splendeur ou secrets ?

Respiration muséographique autant qu’unité retrouvée, la réorganisation a consisté à identifier les pièces d’apparat les plus majestueuses, évoquant les fastes des palais impériaux en les opposant aux mobiliers de lettrés, de dimension plus modeste, et caractérisant l’environnement plus intime du lettré et son dépouillement volontaire. Pour ces derniers, le redéploiement s’effectue sur le site du musée principal dans les salles d’art décoratif chinois au deuxième étage.

Les laques de Coromandel, dont le terme fait référence à la côte orientale de l’Inde où transitaient les marchandises produites en Chine en partance vers l’Europe, trouvent dans les salles du premier étage de l’hôtel d’Heidelbach un cadre à la hauteur de leurs dimensions. Le décor de ces pièces – réalisé selon une technique apparue au XVIIe siècle – était obtenu en incisant et en évidant certaines parties du fond de laque avant d’y apposer couleurs ou dorure.


La maîtrise de l’espace

De la notion de paravent, paroi mobile qui délimite avec subtilité l’espace intérieur de la sphère publique, la place d’honneur est ainsi rendue à cette cloison architecturée, souvent cadeau de prestige au sein de l’administration impériale, avec à son revers une inscription commémorative du nom de ses donateurs.

Au côté des salles de mobilier, la création d’un espace dédié à l’art de la cérémonie du thé en Extrême-Orient est organisée autour d’un salon de thé contemporain, offert par la maison Shang Xia, et baptisé Bamboo Space. Agrémentée d’objets de Chine et du Japon, il constitue un clin d’œil à la maison de thé du jardin japonais réalisée à partir de bois de teck et de marqueterie de bambou, spécialité de la province chinoise du Zhejiang depuis le XVIIIe siècle.


PUBLICATION

Chine – Le mobilier, la collection des collections, coédition Artlys et musée national des arts asiatiques – Guimet – 144 pages - 130 illustrations - A paraître : novembre 2017

Pub Magnani Rocca

Biennale Thessalonique 2017

Fred Deux MBA Lyon

Abonnement (petit)

ANNONCER