ANNONCER

Accueil > Nos rendez-vous > Les Très Riches Heures De La Cour De Chine 1662 - 1796 Chefs-d’œuvre De La Peinture Impériale Des Qing

LES TRÈS RICHES HEURES DE LA COUR DE CHINE
1662 - 1796
Chefs-d’œuvre de la peinture impériale des Qing

DU 26 AVRIL AU 4 SEPTEMBRE 2006


Une occasion unique de découvrir le trésor du musée : les somptueux rouleaux impériaux d'un des grands moments de l’histoire de la Chine

Les Chasses de Mulan : l'Empereur Qianlong partant pour sa résidence d'été détail 11
Giuseppe Castiglione (nom chinois Lang Shining, 1688-1766) Rouleau horizontal. N° 3 d'une série de 4. Dynastie Qing, période Qianlong, milieu du XVIIIe siècle H. 50,4 ; L. 1600 Encre et couleurs sur soie Musée national des arts asiatiques Guimet EO3568.3 © Photo RMN - © Michel Urtado


Pour célébrer le cinquième anniversaire de sa rénovation et de sa réouverture, le musée Guimet expose pour la première fois un ensemble exceptionnel de rouleaux peints, commandes impériales destinées à célébrer des évènements marquants du règne de trois grands souverains Qing : Kangxi (1662 – 1723), Yongzheng (1723 –1736) et Qianlong (1736 – 1796). Plus d’une centaine d’œuvres des dynasties Ming et Qing sont présentées : rouleaux monochromes et feuilles d’album, peintures sur éventails, estampes, porcelaines, albums de sceaux impériaux et ouvrages traitant de perspectives.


Un des grands moments de l’histoire de la Chine

Le règne de ces trois puissants empereurs constitue un des grands moments de l’histoire de la Chine. Plusieurs manifestations leur ont été consacrées récemment dans le monde : au musée de Versailles, l’exposition Kangx, à la Royal Academy of Arts de Londres - en collaboration avec le musée de la Cité interdite de Pékin - China: The Three Emperors, 1662 – 1795. Toutes deux ont rencontré un très grand succès. Le musée Guimet apporte une contribution majeure au sujet en déployant pour la première fois à Paris les neuf rouleaux impériaux, véritable trésor de ses collections, dont certains mesurent jusqu’à seize mètres. C’est l’occasion unique de découvrir des œuvres trop précieuses pour être présentées au public en dehors d’évènements exceptionnels, qui sont aussi des manifestes de la politique impériale, ainsi que le montrent bien les visites impériales dans les provinces, les cérémonies marquantes du calendrier solaire, les ambassades ou les chasses qui constituent pour les Mandchous et les Mongols de véritables exercices militaires.


L’émerveillement des miniatures médiévales

Au fil de ces rouleaux aux somptueuses couleurs et devant ces scènes pleines de vie qui abondent en détails pittoresques dans de poétiques paysages formant un véritable panorama de la Chine des XVIIème et XVIIIème siècles, le visiteur peut retrouver l’émerveillement que l’on ressent devant les miniatures des Très Riches Heures médiévales. Il peut également constater combien cette peinture, relevant d’une tradition profondément chinoise, a exercé une réelle force d’attraction sur des artistes occidentaux appelés à collaborer à plusieurs commandes impériales, notamment le peintre jésuite Castiglione, qui devint peintre officiel de l’empereur Qianlong. On reconnaît sa main dans plusieurs des rouleaux du musée Guimet. Le musée national du Palais de Taïpé a prêté pour l’exposition deux de ses œuvres, dont la célèbre peinture L’impératrice surveillant les rites de la sériciculture.


La force d’attraction de l’esthétique chinoise

Des témoignages de la collaboration de Castiglione avec des artistes chinois servent de point de référence dans la comparaison entre deux traditions passionnantes du fait même de leur éloignement : la tradition chinoise et la tradition européenne. La force d’attraction de l’esthétique chinoise sur des artistes occidentaux est telle que leur appropriation de la Chine ira jusqu’à leur faire porter un nom chinois…Les riches collections du musée dans les deux domaines de la peinture et de la porcelaine, tout comme comme les procédés techniques et stylistiques de la peinture, apportent au visiteur des éléments de réflexion sur la mise en espace des motifs de paysage, de personnages ou encore de scènes historiées, ainsi que sur le rôle accordé à la perspective dans la manière occidentale.

Illustration : Portrait de l'empereur Yongzheng Anonyme Rouleau vertical Dynastie Qing, période Yongzheng (1723-1735) H. 25,8 ; L. 27,5Encre et couleurs sur soie Musée national des Arts asiatiques-Guimet MG 26486 (C) Guimet, Dist RMN / © Ghislain Vanneste


PUBLICATIONS :

Catalogue de l’exposition, 240 pages, 298 illustrations couleur, co-édition RMN/ musée Guimet : 45 €
Petit journal de l’exposition 3,50 €

MUSÉE NATIONAL DES ARTS ASIATIQUES GUIMET 6, place d'Iéna 75016 Paris
INFORMATION : Tél : 01 56 52 53 00 Fax : 01 56 52 53 54 Site: www.museeguimet.fr
HORAIRES : Tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 18h. Évacuation des salles à 17h45
PRIX D'ENTRÉE : Exposition seule : Tarif plein 6,5 € Tarif réduit et dimanche : 4,5 € Exposition + musée : 8 €
Tarif réduit et dimanche : 5,5 € Gratuit pour les moins de 18 ans
COMMISSARIAT : Marie-Catherine Rey, conservateur du patrimoine section Chine
CONTACT PRESSE : Hélène Lefèvre Tél : 01 56 52 53 32 Fax : 01 56 52 53 54 Email : helene.lefevre@guimet.fr

Abonnement (petit)

ANNONCER