ANNONCER

Accueil > Nos rendez-vous > Picasso Et Le Théâtre

PICASSO ET LE THÉÂTRE

DU 21 OCTOBRE 2006 AU 21 JANVIER 2007


Picasso et le théâtre, histoire d'une passion qui a rejailli sur l'ensemble de son œuvre


Pablo Picasso, Projet de décor pour Le Tricorne ,1919. Aquarelle, encre de chine et crayon, 27 x 27,3 cm. Musée Picasso, Paris (MP 1632)
© Succession Picasso / VG Bild-Kunst, Bonn 2006


Dès ses premières œuvres, le théâtre a été pour Picasso source d’inspiration, et il l’est resté toute sa vie. Cet intérêt se manifeste non seulement au travers de multiples tableaux et dessins, mais aussi par son travail pour le théâtre lui même, ses décors et ses costumes. Son engagement pour la scène lui a apporté un champ d’expérimentation nouveau, qui a rejailli sur ses tableaux et ses sculptures. L’exposition de la Schirn Kunsthalle se concentre sur les années 1900 - 1926, période clé du travail de Picasso pour la scène et, avec plus de 140 œuvres, photographies et documents, montre toute la passion qu’il portait au théâtre.


Un nouveau terrain d’expression artistique

On connait le goût de Picasso pour le théâtre populaire, les saltimbanques et les clowns, sujets de prédilection de ses premières années, qu’il n’a cessé de reprendre ensuite, ainsi que l’ont fait nombre d’artistes au tournant des XIXe et XXe siècles. On connait moins l’importance qu’a pris pour lui son engagement envers le théâtre. La production du ballet Parade, à Paris en 1917, a marqué le début d’une période extraordinairement prolifique de collaboration entre Picasso et Serge Diaghilev, l’impresario qui avait fondé les Ballets Russes à Paris en 1909. Parade, un ballet résolument d’avant-garde, a été le premier travail de Picasso pour le théâtre. Il n’a pas cessé ensuite de dessiner des décors, des costumes et plusieurs rideaux de scènes monumentaux pour un certain nombre de productions chorégraphiques, comme Le Tricorne en 1919 et Pulcinella en 1920. Décors et costumes montrent sa parfaite maitrise de l’art du théâtre et du ballet. Dans sa perpétuelle soif de recherche et d’expérimentation, il a multiplié les croquis et les études avant d’aboutir aux décors, aux costumes, et à leur parfaite harmonie. Ces œuvres jalonnent sa découverte enthousiaste d’un nouveau terrain d’expression artistique, qu’il s’est approprié en un temps très court.


Sur la scène et dans les coulisses

Pendant cette période intensément productive, Picasso tomba amoureux d’une des danseuses de Diaghilev, Olga Koklova, qu’il épousa à Paris le 12 juillet 1918. L'union fut rompue lorsqu’Olga découvrit qu’il avait une maîtresse depuis des années. Bien qu’ele aît demandé le divorce, le mariage dura jusqu’à sa mort en 1954, car Picasso ne voulait pas partager sa fortune....Ses multiples rencontres avec des danseurs, des musiciens, des chorégraphes, et surtout sa collaboration avec Jean Cocteau, Léonide Massine, Erik Satie, et Igor Stravinsky apportèrent à Picasso de nouvelles sources d’inspiration et de défis. Sa passion pour le monde bigarré des Ballets Russes, à laquelle l’exposition consacre une section particulière, s'est traduite dans une multitude de dessins – portraits de ses amis artistes et images de danseurs qu’il ne cessait d’étudier sur scène et dans les coulisses


Des œuvres périssables

Le montage d'une exposition consacrée à l’œuvre de Picasso’s pour le théâtre pose problème. Bien des décors et des costumes ont été détruits, ont disparu, ou sont trop fragiles pour être transportés. Il n’en reste souvent que quelques photographies en noir et blanc. La Schirn a néanmoins réussi à rassembler nombre de ces photographies, croquis et dessins – heureusement restés en possession de Picasso. Son spectaculaire rideau pour le ballet Mercure est présenté pour la première fois au public allemand. L’exposition réunit aussi un ensemble de tableaux et dessins qui apportent un passionnant éclairage sur l’exploration de la scène par Picasso et montrent comment il a su trouver une réponse nouvelle et originale pour chaque production. Très souvent cette presentation révèle les liens entre ces travaux et l’œuvre de Picasso pendant la même période, et illustrent la façon dont son travail pour le théâtre rejailit sur son œuvre contemporaine.


Des influences sur l’ensemble de son œuvre

Le théâtre a fourni à Picasso le champ de multiples expériences. Il a pu combiner des aproches stylistiques et formelles en apparence contradictoires et tester de nouvelles formes d’expression - comme l’interaction sur scène d’éléments bi et tri dimensionnels. Et le grand format qu’appelle la scène a coincidé avec l’apparition du classicisme monumental au début des années vingt. Les œuvres majeures de cette période comportent des études de baigneuses sur la plage. Leur style linéaire et les postures inspirées par la danse ont été reprises dans les magnifiques tableaux des années suivantes. Les lignes fluides et les mouvements de l’étourdissant Deux femmes courant sur la plage ont leur origine dans le ballet. Les natures mortes cubistes de Picasso ont une présence théatrale. Dans ses compositions de Saint-Raphaël, Picasso s’est concentré sur des objets de chaque jour pour lesquels il a imaginé des mise-en-scènes sophistiquées nomalement associées au décor de théatre. Le mouvement, la chorégraphie et la musique liés à son travail théâtral ont ainsi trouvé un brillant retentissement dans toute son œuvre.



Illustration Pablo Picasso, Arlequin assis, 1905. Aquarelle et encre de chine sur carton, 57,2 x 41,2 cm, Staatliche Museen zu Berlin, Nationalgalerie, Museum Berggruen
© Succession Picasso / VG Bild-Kunst, Bonn 2006


PUBLICATION

Catalogue de l'exposition : Picasso und das Theater / Picasso and the Theater. Sous la direction d'Olivier Berggruen et Max Hollein. Préface de Max Hollein. Textes d'Olivier Berggruen, Asya Chorley, Douglas Cooper, Marilyn McCully, Esther Schlicht, Alexander Schouvaloff, Ornella Volta, Diana Widmaier Picasso. Éd.bilingue Allemand/Anglais, 280 p., 192 ill. coul. et 59 N/B Hatje Cantz Verlag, ISBN 978-3-7757-1872-1, édition libraoire reliée sous jaquette, édition musée brochée : 29,90 €.

SCHIRN KUNSTHALLE FRANKFURT Römerberg, 60311 Francfort, Allemagne
INFORMATIONS: Tel: (+49-69) 29 98 82-0, fax: (+49-69) 29 98 82-240.
Site: www.schirn.de E-mail welcome@schirn.de
HORAIRES: mardi, du vendredi au dimanche : de 10h à 19h, mercredi et jeudi : de 10h à 22h.
PRIX D'ENTRÉE: Tarif plein: 7 €, Tarif réduit: 5 €, Billet familial: 15 €, Billet combiné: 12 €
COMMISSARIAT: Olivier Berggruen
DIRECTEUR: Max Hollein
CONTACTS PRESSE: Dorothea Apovnik et Simone Krämer Tel: (+49-69) 29 98 82-118, fax: (+49-69) 29 98 82-240
E-mail presse@schirn.de

Abonnement (petit)

ANNONCER