ANNONCER

Accueil > Nos rendez-vous > Hammershøi Et Dreyer

HAMMERSHØI ET DREYER

DU 25 JANVIER AU 1er MAI 2007


Hammershøi à la lumière de Dreyer... Réunies pour la première fois les œuvres des deux plus grands artistes du Danemark

DREYER, Dies Irae / Jour de colère ( Vredens Dag ), 1943


Cette exposition réunit pour la première fois les deux plus importants artistes danois de notre temps, le peintre Vilhelm Hammershoi - Copenhague, 1864-1916 -, et le cinéaste Carl Thodor Dreyer – Copenhague, 1889-1968. C'est la première fois que les œuvres d'Hammershoi sont exposées en Espagne. Jusqu'à ce jour, seuls Paris, New York et Hambourg lui avaient consacré une exposition. À côté de 36 tableaux essentiels, 12 présentations audiovisuelles montrent des extraits de films de Dreyer, des photographies et des documents venus des archives personnelles des deux artistes, soulignant le processus de réflexion et de travail à la base de leur création.


Un étudiant qui peint d'une étrange manière

Le professeur de Hammershoi disait de lui : J'ai un étudiant qui peint d'une étrange manière. Je ne le comprends pas, mais je pense qu'il sera un artiste prodigieux et j'essaye de ne pas l'influencer. L'œuvre de Hammershoi se concentre sur un petit nombre de thèmes picturaux : portraits de famille et d'amis, intérieurs des endroits où il vit, bâtiments monumentaux à Copenhague ou à Londres, et paysages de l'île danoise de Seeland. Ces motifs apparaissent constamment dans sa peinture. Ils ne montrent aucune action, mais baignent dans une étrange aura : au-delà du calme extrême et de l'immobilité, on y perçoit la menace de quelque chose d'indéfinissable, proche de la mort. La palette d'Hammershoi est comme assourdie, dominée par des variations de gris.


Une quête incessante pour la vérité et la beauté spirituelles

Carl Thodor Dreyer est la figure de proue du Cinéma danois. Ses films jouent sur l'expressivité de la lumière et des ombres, et sont marqués par son incessante quête pour la vérité et la beauté spirituelles. Pendant quarante ans, il a réalisé aussi bien des films muets que parlants, notamment Le Président (Præsidenten,1918), Michael (Mikaël, 1924), Le Maître de maison (Du Skal Ære Din Hustru, 1925), La Passion de Jeanne d’Arc, 1927), Vampyr (1932) et Jour de colère (Vredens Dag, 1943. En 1955, Dreyer a reçu le premier prix du festival du Film de Venise pourLe Monde (Ordet). Son denier film Gertrud a été très controversé, mais a reçu le Prix danois Bodil du meilleur film de l'année. Il est considéré aujourd'hui comme l'un des dix meilleurs films de l'histoire du Cinéma.


Analogies

L'exposition se propose d'abord de présenter deux grands artistes, insuffisamment connus en dehors de leur pays. C'est seulement la quatrième exposition internationale consacrée à Hammershoi. Les films de Dreyer sont projetés occasionnellement, et c'est une des premières fois qu'ils sont montrés dans une exposition. L'autre objectif est de souligner les fortes relations visuelles et créatives qui existent entre les deux artistes, leur profonde compréhension de l'art et leurs ressemblances esthétiques. Hammershoi et Dreyer ont de multiples analogies thématiques et formelles. Ils partagent la conviction que c'est dans les intérieurs – d'une maison, d'une image, d'un visage - que l'on trouve la plus grande intensité dramatique. Leur traitement du corps humain, particulièrement féminin : les femmes énigmatiques, leur dos tourné dans un cadre quotidien, renvoient à l'attitude contemplative des personnages, à leur drame personnel, avec même un soupçon de mort. Les deux artistes maîtrisent impeccablement la lumière. Hammershoi savait peindre la lumière et Dreyer lui donner son rythme. Même approche pour les extérieurs... Les paysages, chargés d'une étrange atmosphère, comme les extérieurs aperçus au-delà de figures sculpturales, portes et fenêtres fermées.


L'œuvre de Hammershoi à la lumière de Dreyer

Dreyer est sans doute le meilleur, et peut-être le seul héritier de Hammershoi. Mais l'exposition ne se contente pas de souligner les analogies qui existent entre eux, mais établit le lien explicite et réciproque entre leur œuvre. Elle nous aide à comprendre quelques-unes des créations du cinéaste à travers la connaissance de l'œuvre du peintre, et l'essence même du travail du peintre à la lumière des films de Dreyer qui ont suivi. L'exposition commence par Dreyer, en soulignant l'importance de la lumière dans ses films. Elle continue avec les tableaux de Hammershoi, accrochés un par un, pour permettre une relation intime entre le spectateur et l'œuvre, et pénétrer les notions essentielles de cette peinture : austérité, sobriété, silence et lenteur. Dreyer reste présent dans la section consacrée au peintre, et fait de cette exposition une expérience sensorielle, dans laquelle le spectateur peut admirer l'oeuvre de Hammershoi à la lumière de Dreyer


Illustration : Vilhelm Hammershøi Vieille femme assise 1886 Huile sur toile The Hirschsprung Collection, Copenhague


Cette exposition est une co-production entre le CCCB et’le musée Ordrupgaard à Copenhague, où elle a été présentée jusqu'au 7 Janvier 2007.


Pour voir d'autres illustrations, cliquez sur ENGLISH VERSION en haut de page.

CENTRE DE CULTURA CONTEMPORANIA BARCELONA Montalegre 5, 08001 Barcelone
INFORMATION : Tél. +34 93 306 41 00 Fax +34 93 306 41 01 Site: www.cccb.org
HORAIRES : De mardi à dimanche: 11h à 20h. Fermé le lundi, sauf jours fériés.
PRIX D'ENTRÉE : Plein tarif : 4,40 € - Tarif réduit : 3,30 €. Gratuit : les moins de 16 ans, les sans-emploi, les Amis du CCCB et le 1er mercredi de chaque mois. Tarif réduit le mercredi (sauf les jours fériés), pour les retraités et les étudiants.
COMMISSARIAT : Anne-Birgitte Fonsmark, Annette Rosenvold Hvidt, Casper Tybjerg and Jordi Balló
CONTACT PRESSE : Mònica Muñoz – Ana Sánchez Montalegre, 5 – 08001 Barcelona 93 306 41 23/ 93 306 41 00
premsa@cccb.org www.cccb.org

Abonnement (petit)

ANNONCER