ANNONCER

Accueil > Nos rendez-vous > Huguenots De La Moselle À Berlin, Les Chemins De L'exil

HUGUENOTS
De la Moselle à Berlin, les chemins de l'exil

JUSQU'AU 10 MARS 2007


À travers le récit de l'exil des Protestants calvinistes, une contribution majeure à la compréhension de l'histoire de la France et de l'Allemagne.


Dragonade. Jan Luyken, Terrifiants traitements infligés aux enfants pour les obliger à se rendre à la messe. Vers 1686. Gravure sur cuivre. Paris, Société de l'Histoire du Protestantisme français.


Cette exposition concerne directement l’histoire de la France, et plus particulièrement celle de la Moselle. Les Protestants calvinistes, chassés de France par les persécutions consécutives à la Révocation de l’Édit de Nantes, en octobre 1685, furent nombreux à s’enfuir vers d’autres pays européens : Angleterre, Provinces-Unies et Etats allemands, surtout le Brandebourg et Berlin, dont ils contribuèrent à assurer la prospérité. Pourquoi et comment partirent-ils ? Quels chemins, parfois détournés, empruntèrent-ils ? Pourquoi furent-ils accueillis à bras ouverts par les gouvernements étrangers ? Comment finirent-ils par s’intégrer dans leur pays d’accueil ? Autant de questions auxquelles cette exposition tente de répondre.


Deux cent mille protestants en exil

Le pays messin comptait au XVIIe siècle de nombreuses communautés huguenotes, même si la population protestante de Metz s’était réduite depuis le XVIe siècle et n’atteignait plus en 1685 que 4 500 âmes. Peu de jours après la signature de l’Édit de Révocation, le temple de Metz fut mis à sac, puis détruit, de même que celui de Courcelles-Chaussy. Le départ de 3 000 habitants dans les années qui suivirent priva Metz de 15 % de sa population active. Les Protestants recensés dans quelque 150 communes du Pays messin ne furent pas davantage épargnés. Parmi cette population parie en exil figuraient beaucoup de paysans et de vignerons, mais aussi de nombreux artisans, des scientifiques, des intellectuels et des notables. Metz et la Moselle, mais aussi la France entière, perdirent une grande quantité de « bras et de cerveaux » dans cette aventure, que l’historien Pierre Chaunu qualifia de « malheur de la France » et de « bonheur de l’Allemagne ». Ce sont 200 000 protestants, soit environ le tiers des membres de cette confession, qui se résolurent à abandonner le sol français plutôt que de rejoindre les rangs des « nouveaux convertis ».


En France et dans les pays de refuge

L’exposition s’organise en deux parties : la présentation de la situation politique et religieuse de la France avant la Révocation de l’Édit de Nantes et des événements qui ont contraint les huguenots à l’exil. La situation particulière de Metz et du Pays messin y fait l’objet d’une étude spécifique. L’accueil et l’intégration des huguenots dans les pays du refuge sont évoqués dans un second temps. Berlin et le Brandebourg y occupent une position centrale. Des journaux intimes ont été retrouvés. Ils ont été écrits par des huguenots lors de leur vie à Metz avant la Révocation, sur le parcours de leur exil et lors de leur intégration dans leur pays d’accueil. Ces histoires constituent des fils rouges dans l’exposition. Le parcours est illustré par 170 objets, des tableaux, des pièces de musées, des documents d’archives, des livres ou des gravures issus de collections publiques allemandes et françaises. Compte tenu de la richesse du sujet, qui a touché de nombreuses familles mosellanes, cette exposition, préparée en étroit partenariat avec le Deutsches Historisches Museum de Berlin. est une contribution importante à la compréhension de l'histoire de la région comme de celle de la France et de l'Allemagne.

llustration :Portrait de Marie Sechehaye. 1751. Huile sur toile. Essen, famille Suchier. Le cadre du tableau mentionnait que Marie Sechehaye, dont la famille était d'origine messine, a vécu jusqu'à l'âge de 104 ans et que le portrait présenté ici a été peint lorsqu'elle avait 93 ans, et contre sa volontéI


Pour voir d'autres illustrations, cliquez sur ENGLISH VERSION en haut de page.

TEMPLE NEUF Place de la comédie, Metz
INFORMATIONS : Conseil Général de la Moselle Tel: 03 87 37 83 06 Fax: 03 87 37 57 08
Site: www.expo-moselle.com E-mail: expo-moselle@cg57.fr
HORAIRES : Le lundi de 14h à 18h, du mardi au jeudi de 10h à 18h, le vendredi de 10h à 20h.
Les Week-ends et jours fériés de 10h à 19h. Réservation recommandée le week-end
PRIX D'ENTREE : Plein tarif individuel : 6,50 € ; Tarif réduit individuel : 5 € ;Tarif réduit groupe par pers (à partir de 15 pers): 4 €
Visite guidée (un guide gère en moyenne 25 pers): 52 €
CONTACT PRESSE : Claude DUPUIS-REMOND, Attachée de presseConseil Général de la Moselle
Tel: 03 87 37 58 05 Fax: 03 87 37 58 06 Site: www.cg57.fr E-mail: pressecg57@wanadoo.fr

Abonnement (petit)

ANNONCER