ANNONCER

Accueil > Nos rendez-vous > Voiles Anciennes Du Bangladesh

VOILES ANCIENNES DU BANGLADESH

DU 23 JANVIER AU 4 MAI 2008


A la découverte d’une flotte traditionnelle, adaptée aux conditions difficiles des grands fleuves et du golfe du Bengale


Une petite flotille prête à prendre le départ © association Friendship.


Le Musée national de la Marine à Paris accueille une exposition circulant pour la première fois hors des frontières de son pays d’origine : le Bangladesh, durement frappé par le cyclone Sidr en novembre 2007. Les objets, des maquettes en provenance du musée du Bateau traditionnel, sont les fragiles témoins d’une science millénaire et essentielle dans un pays abritant 600 cours d’eau et le second plus grand delta du monde : la construction navale.


Un savoir-faire ancestral

Les marins étrangers, chinois d’abord, arabes ensuite, occidentaux enfin, n’osaient pas affronter l’incertitude et les dangers d’une navigation fluviale dans les bouches du Gange et du Brahmapoutre aux débits impressionnants et aux tracés instables. Ces conditions géographiques ont permis le développement d’une impressionnante flotte de voiliers fluviaux à l’écart des grands routes commerciales. Les bateaux naviguant sur les eaux de ces fleuves mythiques sont restés en dehors des influences étrangères jusqu’aux années 1980. Les derniers maîtres charpentiers, dont la technologie remonte à plus de vingt siècles, n’ont, aujourd’hui encore, besoin d’aucun outil mécanique ni d’aucune source d’énergie pour construire des unités de 30 mètres de long et plus. Les différences entre ces bateaux, tant par leurs lignes, leurs voiles majestueuses, leurs rames et godilles, proviennent de leur adaptation au contexte, dans une harmonie parfaite des techniques et des matériaux de construction. A cela s’ajoutent la science de l’environnement, les conditions climatiques et la connaissance millénaire de l’état des grands fleuves. Ces bateaux ont ainsi atteint une perfection qui leur confère élégance, beauté, efficacité ainsi que leur capacité à naviguer en sécurité aux plus durs moments de l’année.


Inventorier un patrimoine unique

En 1994, dans le cadre de l’association « Friendship », Yves Marre convoyait depuis la France par voie maritime, une péniche fluviale française pour servir d’hôpital aux populations les plus défavorisées des îles non stabilisées (les « chars ») du Brahmapoutre et du Gange. Avec son épouse Runa, il a ensuite mené à bien la rénovation du plus grand voilier traditionnel du Bangladesh. Leurs innombrables navigations leur ont permis de découvrir et d’inventorier la richesse de la flotte traditionnelle de ce pays, de la donga, pirogue creusée dans un tronc de palmier jusqu’au balam, à la coque tonturée et à la voile carrée pour affronter la mer hachée du golfe du Bengale. Ils ont décidé de tout mettre en œuvre pour pérenniser à la fois cette flotte et les traditions des charpentiers. Pour mener à bien ce défi, ils ont créé au Bangladesh, sur le fleuve, le Musée vivant du Bateau traditionnel du Bengale.


Sauver les traditions

La vocation de ce musée est multiple, mais axée plus particulièrement sur la transmission d’un savoir millénaire vu comme un héritage de l’humanité. Ses actions s’inscrivent principalement dans les domaines de la restauration de bateaux existants, la reconstruction à l’identique de navires disparus, la transcription des traditions et la formation des maîtres charpentiers à la construction de modèles réduits. Plus d’une centaine de modèles de différents types de navires ont ainsi été construits. Cette action pour la sauvegarde des bateaux traditionnels a été récompensée par le prix Rolex en 2006. A Paris, une cinquantaine de maquettes sont présentées, dont les dimensions varient de 40 cm à 1 m de longueur, illustrant 42 types de bateaux. Par cette exposition, le musée national de la Marine, conservatoire des traditions extra-européennes par la collecte à travers le monde de l’amiral Pâris, témoigne d’un savoir-faire ancestral et d’un patrimoine préservé.


Illustration : Patham en finition et Shampan en cours de travaux à l'arrière plan.
© association Friendship.

MUSÉE NATIONAL DE LA MARINE Palais de Chaillot, 17 place du Trocadéro, 75116 Paris
INFORMATIONS : Tél. 01 53 65 69 53 Site: www.musee-marine.fr
HORAIRES : Tous les jours de 10h à 18h, fermé le mardi
PRIX D’ENTRÉE : Plein tarif : 9 €, tarif réduit : 7 €, tarif 6-18 ans : 5 €, billet équipage : 29 €
COMMISSAIRE : Yves Marre, association Friendship
CONTACTS PRESSE : Sylvie David-Rivérieulx, Saveria de Bengy Tél. 01 53 65 69 47 Fax. 01 53 65 69 46
E-mail: presse@musee-marine.fr

Abonnement (petit)

ANNONCER