ANNONCER

Accueil > Nos rendez-vous > MUSÉE DU CINQUANTENAIRE NOUVELLES SALLES MÉROVINGIENNES ET GALLO-ROMAINES

MUSÉE DU CINQUANTENAIRE
NOUVELLES SALLES MÉROVINGIENNES
ET GALLO-ROMAINES

DEPUIS LE 2 DÉCEMBRE 2009

Le Musée du Cinquantenaire lève le voile sur les salles rénovées consacrées aux Mérovingiens et aux Gallo-Romains

Salles mérovingiennes : fibule, Marilles (Brabant wallon), or et grenat, inv. B 787-7 © KMKG-MRAH

 

MUSÉE DU CINQUANTENAIRE

Parc du Cinquantenaire 10 – 1000 BRUXELLES

INFORMATIONS :

Tél : +32 (0)2 741 72 11
Site : www.mrah.be
E-mail : info@mrah.be
Visites guidées : +32 (0)2 741 72 15
Email : sec@mrah.be

HORAIRES :

Mardi - vendredi de 9h30 à 17h
Samedi et dimanche de 10h à 17h
(fermeture de la caisse à 16h)
Fermeture le lundi et les 1/01, 1/05, 1/11, 11/11, 25/12

PRIX D’ENTRÉE :

5€ / 4€ / 1,50€ (groupes scolaires)
Gratuit pour les enfants de moins de 13 ans accompagnés d'un adulte et chaque premier mercredi après-midi du mois, à partir de 13h

CONSERVATEURS :

Claire Massart : Conservateur des collections gallo-romaines
Alexandra De Poorter : Conservateur des collections mérovingiennes

CONTACT PRESSE :

Bart Suys
Responsable Communication
Tél :+32 (0)2 741 73 00
E-mail : b.suys@mrah.be



Le public pourra redécouvrir les précieux objets datant de l’époque mérovingienne (du milieu du Ve au milieu du VIIIe siècle) retrouvés sur le sol belge. Les salles d’exposition ont fait l’objet d’une rénovation pour les rendre plus attrayantes et plus didactiques. Le visiteur pourra notamment admirer une nouvelle reconstitution scénique de l’hommage rendu à une défunte juste avant son inhumation. De nombreux moulages, maquettes et dessins expliquent de manière plus précise l’utilisation ou la fabrication des objets en se basant sur les conclusions scientifiques récentes. Ces travaux complètent le récent rafraîchissement d’une partie des salles consacrées à la culture gallo-romaine, qui précéda la période mérovingienne.



L’ère gallo-romaine, fusion de cultures

Avec la conquête de Jules César, entre 57 et 51 avant notre ère, la Gaule est intégrée à l’empire romain. Les collections regroupent des objets importés et des productions locales, issus de nombreux sites. Elles illustrent cette nouvelle culture mixte «gallo-romaine». Les tumulus élevés pour les élites ont préservé des mobiliers funéraires exceptionnels : services de table en céramique sigillée, verrerie et récipients en bronze décorés, bijoux, figurines symboliques et objets personnels raffinés, fabriqués dans des matières nobles. Les Romains ont imposé leurs cultes officiels mais ils ont aussi laissé libre cours aux dévotions ancestrales et à l’introduction de religions originaires d’Orient. Statuettes du panthéon romain se mêlent ainsi aux divinités indigènes. L’exceptionnel étendard de Flobecq est rehaussé de l’image du dieu Sérapis. Des espaces sont aussi réservés à la numismatique, à l’équipement militaire, à divers aspects de la vie quotidienne et à une mise en contexte par des reconstitutions grandeur nature, notamment celle d’une pièce d’habitation équipée d’un chauffage par hypocauste. Un film retrace l’histoire des luttes entre les populations germaniques et l’Empire romain et l’installation progressive des nouveaux arrivants.

Illustration : Salles mérovingiennes : fibule en forme de cheval, Bossut-Gottechain (Brabant wallon), tombe 88, argent doré et grenat, inv. D 169, © S.P.Wallonie.



Des tombes mérovingiennes reconstituées

La période mérovingienne qui s’ensuit - entre le Ve et la moitié du VIIIe siècle - correspond à un nouvel essor dans nos régions. Tournai est la capitale du royaume de Childéric, le premier souverain marquant de cette époque, et reste ensuite un important centre politique, culturel et religieux. Les vestiges matériels proviennent principalement de sépultures. Malgré l’extension progressive de la chrétienté, l’usage païen d’inhumer les défunts avec des offrandes mortuaires perdurera pendant longtemps : bijoux et accessoires vestimentaires en or incrustés de grenat et de pâte de verre, mais aussi glaives, boucliers, céramiques et textiles. Huit tombes provenant de la nécropole de Harmignies sont reconstituées. Des mannequins hyperréalistes grandeur nature participent à un rituel funéraire : dans un sarcophage de bois, une jeune femme décédée, entourée de quelques parents proches, est soigneusement préparée pour les funérailles toutes proches. Les vêtements, les chaussures et les accessoires des mannequins sont des répliques d’objets mérovingiens réels.



Moulage de sarcophage et dessins de Rosinski

La collection s’est en outre enrichie grâce au dépôt du matériel du cimetière de Grez-Doiceau, propriété de la Région wallonne. Dans les salles récemment rénovées, un soin tout particulier a été apporté au fait de replacer les objets dans leur contexte archéologique. L’accent a été mis également sur le savoir-faire des artisans mérovingiens. Les objets sont remis dans leur contexte grâce à des photos, des dessins, des maquettes, des reconstitutions et des moulages. De ce point de vue, le moulage fidèle de l’exceptionnel sarcophage de Chrodoara, dont l’original est conservé à Amay, se révèle particulièrement intéressant. Il faut également souligner la collaboration du dessinateur Grzegorz Rosinski, créateur de Thorgal, qui a réalisé spécialement pour l’occasion de grands dessins panoramiques qui replacent les objets dans leur cadre géographique.

Illustration : Salles gallo-romaines : fiole en verre moulé, en forme de grappe de raisin. Tumulus de Vorsen (prov. de Limbourg). Inv. B 399.


Pour voir d'autres illustrations, cliquez sur ENGLISH VERSION en haut de page.

Abonnement (petit)

ANNONCER