ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 147 - du 15 octobre 2009 au 21 octobre 2009

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 147 - du 15 octobre 2009 au 21 octobre 2009

L'AIR DU TEMPS

L’artiste et la mort

Excepté quelques cas emblématiques de sculptures qui s’autodétruisent ou d’installations qui se fondent dans la nature, les artistes ont l’ambition légitime de créer pour l’éternité. A la différence de Zeno, le héros du romancier Italo Svevo, qui n’arrêtait pas de fumer sa « dernière cigarette », les artistes ne peuvent pas tricher avec leur dernière œuvre. Sont-ils, à un moment donné, conscients d’y travailler ? Dans une époque qui prétend avoir surmonté bien des tabous, celui de la mort reste vigoureux. La dernière exposition d’envergure sur ce thème remonte à 1989 à la Fondation Maeght. Le musée d’Art moderne de la ville de Paris se penche à son tour sur ce problème funèbre. A travers les cas de Chen Zhen, Gonzales-Torres ou Robert Mapplethorpe, il examine le chant du cygne d’artistes qui savent que l’ultimatum est très proche. Si Gilles Aillaud libère ses animaux autrefois en cage, si Hans Hartung s’évade dans de grands formats, Mapplethorpe préfère multiplier, avec des crânes, les références à la Faucheuse, tandis que James Lee Byars scénographie sa propre disparition. On regrette l’absence de quelques vivants, comme Roman Opalka qui travaille depuis près d’un demi-siècle à une unique et ultime œuvre : la peinture d’une suite de nombres croissants qui s’éclaircissent au fil des ans. La plus impressionnante parabole sur le fini et l’infini…

  • Deadline au musée d’Art moderne de la Ville de Paris à partir du 16 octobre 2009.

    En savoir plus

  • EXPOSITIONS

    Encres de Chine

    BRUXELLES – En 353, un groupe de lettrés se réunit et produit un chef-d’œuvre de l’écriture à la main : la Préface du Pavillon des orchidées. Nous avons beau être au XXIe siècle, à l’époque du traitement de texte et d’internet, la calligraphie n’en demeure pas moins en Chine une discipline vivante. L’exposition organisée dans le cadre d’Europalia entend le prouver. Parmi les prêts du musée du Palais de Pékin et du musée des Arts de Chine, on trouve certes des documents très anciens, notamment ceux qui remontent à l’âge d’or de la dynastie Song mais également des œuvres contemporaines (la version de 1956 du Pavillon des orchidées par Fu Baoshi). L’organisation en sections permet de mieux comprendre le rôle de la calligraphie dans la religion, l’expression du pouvoir ou la création littéraire.

  • Le Pavillon des Orchidées, l’art de la calligraphie en Chine aux musées royaux des Beaux-Arts, du 14 octobre 2009 au 31 janvier 2010.

    En savoir plus

  • Maíno sort de l’ombre

    MADRID – Les grandes expositions jouent parfois le rôle de révélateur – trop rarement. C’est le cas pour celle que le musée du Prado consacre à Juan Bautista Maíno (1581-1649). Cet artiste qui n’a laissé que quatre tableaux signés a pourtant accédé aux plus hautes fonctions à son époque : Philippe II l’avait nommé maître de dessin de son fils, le futur Philippe IV. Ce qui n’empêche pas sa biographie de comporter de nombreuses zones d’ombre. La rétrospective rassemble le fonds du Prado – avec son chef-d’œuvre, le monumental retable de Saint Pierre martyr, peint pour le monastère des Dominicains de Tolède, où il avait pris les ordres. Essentiellement religieuse, sa peinture compte également quelques portraits et scènes d’histoire. Une quarantaine de compositions permettent de la recomposer, tout en la confrontant à la production de certains de ses contemporains comme Vélasquez ou Guido Reni.

  • Juan Bautista Maíno au musée du Prado du 20 octobre 2009 au 31 janvier 2010.

    En savoir plus

  • Lumière sur Soulages

    PARIS – C’est le grand aîné de la peinture française : pour fêter ses 90 ans, le Centre Pompidou offre une ambitieuse rétrospective à Pierre Soulages, exposant de l’abstraction que certains projets (comme les vitraux de l’abbatiale de Conques) ont rapproché du grand public. On ne peut guère accuser l’institution d’opportunisme : en 1979 déjà, alors que Soulages commençait à peine sa série Outrenoir (de grandes compositions entièrement noires reflétant la lumière), elle lui consacrait une exposition. L’arc temporel est autrement plus large aujourd’hui, couvrant plus de 60 ans d’activité, des brous de noix de l’immédiat après-guerre aux goudrons sur verre, jusqu’aux derniers polyptyques, encore inédits.

  • Soulages au Centre Pompidou du 14 octobre 2009 au 8 mars 2010.

    En savoir plus

  • Artaujourdhui vous conseille aussi…

  • A Milan, le Palazzo Reale consacre une rétrospective de plus de 150 œuvres à Edward Hopper, le maître de l’hyperréalisme américain. Du 14 octobre 2009 au 31 janvier 2010. L’exposition sera ensuite présentée à Rome (Museo della Fondazione Roma) du 16 février au 13 juin 2010 puis à la Fondation de l’Hermitage, à Lausanne, pendant l’été 2010.

    En savoir plus

  • L’Institut du monde arabe, à Paris, montre, en près de 500 objets - des manuscrits aux tentures, des bijoux aux laques -, la remarquable Collection Khalili d’art islamique. Jusqu’au 14 mars 2010.

    En savoir plus

  • Dans L’art d’être un homme, la fondation Dapper, à Paris, étudie les parures de l’homme dans les civilisations d’Afrique et d’Océanie. Du 15 octobre 2009 au 11 juillet 2010.

    En savoir plus

  • VENTES

    Vérité bis

    La première vente Vérité avait marqué les esprits : en 2006, cette dispersion d’objets primitifs avait connu à Paris un succès historique, avec un produit vendu supérieur à 40 millions d’euros. Comme à Hollywood, où l’on produit à la pelle des « sequels », voici une vente Vérité II. Celle-ci, concentrée sur l’art asiatique, n’a pas l’ambition de la précédente. Les estimations tablent sur un résultat de l’ordre de 2 à 3 millions d’euros pour une centaine de lots. On y compte une poignée de chefs-d’œuvre comme ce Shiva en bronze du Xe siècle de la culture khmère (300 000 euros). Il voisine avec une vingtaine de statues hindouistes – d’Inde celles-ci – et une trentaine de sculptures chinoises qui retracent l’évolution de l’art bouddhique jusqu’au XVIe siècle avec, entre autres, un impressionnant boddhisattva aux mille bras d’époque Ming.

  • Sculptures asiatiques de la collection Vérité le 18 octobre 2009 à Richelieu-Drouot (SVV Enchères Rive gauche)

    En savoir plus

  • L'ARTISTE DE LA SEMAINE


    Hugues Reip, Sans titre, dessin, 2009, courtesy Domaine de Chamarande

    Hugues Reip à la découverte du monde

    Il y a du cabinet de curiosités chez lui, une boulimie de collectionner des coquillages, des cailloux, des champignons, des fleurs séchées. Et de collectionner aussi les manières de les mettre en scène – collages, photographie, vidéo, dessin, inclusions de résine. Explorateur de mondes parallèles, Hugues Reip les retranscrit à la manière des découvreurs littéraires d’autrefois, qui faisaient rarement le voyage, préférant laisser travailler leur imagination. On pense évidemment à Jules Verne, à Swift ou aux plus anciens Hérodote et Pline, qui mêlaient faits avérés et légendes insensées, mesurant le monde et faisant parler les pierres. Le Cannois Reip, né en 1964, compose ainsi un patchwork coloré et lumineux, qui se nourrit du règne végétal, de la géologie, de l’ombre et du vent.

  • Hugues Reip est exposé au château de Chamarande du 18 octobre 2009 au 7 février 2010.

    En savoir plus

  • LIVRES

    Bigarrures turques

    Pour les opposants à son entrée dans l’Europe, la Turquie est un monolithe musulman. L’histoire nous apprend qu’il n’en était pas ainsi, Istanbul ayant longtemps été la ville la plus cosmopolite du monde. En feuilletant ce volume – fruit d’une quête de plusieurs années du photographe Attila Durak – on se convainc que la Turquie contemporaine demeure un véritable patchwork. Y cohabitent les représentants de minorités anciennes – les Arméniens, les Juifs, les Roms – qui ont certes vu leurs effectifs baisser, mais aussi des communautés moins connues en Occident – les Lazes, les Circassiens, les Pomaks, les Syriaques, les Zazas, les Molokans – jusqu’aux Grecs musulmans, aux Musulmans hellénophones et aux nomades sunnites… Les individus de tous âges, photographiés dans une pose documentaire, entendent rendre compte de cette diversité, que synthétise le titre : ebru est le nom du papier marbré sur lequel se juxtaposent formes et couleurs. On regrettera simplement que, dans les nombreux textes d’introduction, on ne synthétise pas assez clairement les particularités de ces différentes « nations ».

  • Ebru, reflets de la diversité culturelle en Turquie, photographies d’Attila Durak, textes d’une vingtaine d’auteurs, Actes Sud, 2009, 368 p., 49 €, ISBN : 978-2-7427-8422-6

    Achetez cet ouvrage chez Amazon

    Achetez cet ouvrage à La FNAC

  • BRÈVES

    BELGRADE – Le 50e Salon d’octobre de Belgrade, consacré à la création contemporaine, se tient dans cinq lieux de la capitale serbe jusqu’au 15 novembre 2009.

    En savoir plus

    BIRZEIT (Palestine) – La 3e Biennale d’art contemporain de Riwaq se tient du 12 au 16 octobre 2009 sous une forme itinérante en traversant 50 villages, de Birzeit à Ramallah.

    En savoir plus

    LONDRES – La foire d’art moderne et contemporain Frieze accueille 150 galeries internationales à Regent’s Park du 15 au 18 octobre 2009.

    En savoir plus

    MONTPELLIER – Le 1er Salon du dessin contemporain se tient au Carré Sainte-Anne du 14 au 18 octobre 2009.

    En savoir plus

    NEW YORK – Le Museo del Barrio, consacré à la diversité culturelle, rouvre le 17 octobre 2009 après une campagne de rénovation, et fête en même temps son 40e anniversaire.

    En savoir plus

    PARIS – Le ministre français de la Culture a annoncé la restitution à l’Egypte de cinq fresques issues de tombeaux pharaoniques. Acquises en 2000 et 2003 sur le marché parisien par le musée du Louvre, elles étaient considérées comme sorties illégalement du pays par les autorités égyptiennes.

    En savoir plus

    PARIS – La foire aux croûtes, une exposition de plein air organisée à Montmartre depuis 1921, se tient le 17 octobre 2009 place Constantin-Pecqueur.

    En savoir plus

    UTRECHT – LA 3e biennale du design social, qui étudie les thématiques de l’architecture et de l’espace domestique, se tient jusqu’au 18 octobre 2009

    En savoir plus

    VANCOUVER – Dans le cadre des Jeux olympiques d’hiver (du 12 au 28 février 2010), l’exposition « Développement durable et traditions vivantes » ouvre le 14 octobre 2009 avec l’inauguration d’un totem de l’artiste Jim Hart.

    En savoir plus

    ZURICH – Le 11e salon d’art moderne et contemporain Art Zurich se tient du 15 au 18 octobre 2009 à la Maison des Congrès.

    En savoir plus

    SUR ARTAUJOURDHUI.INFO

    Cette semaine, ne manquez pas

    ROBERT RAUSCHENBERG – JEAN TINGUELY. COLLABORATIONS

    BÂLE - La collaboration fructueuse entre deux monstres sacrés de l'art du XXe siècle est exposée au musée Tinguely. Leur ambition de révolutionner l'art de leur temps en mêlant les genres et les matériaux a rapproché Jean Tinguely et Robert Rauschenberg tout au long des années soixante.

    En savoir plus

    VOYAGE SENTIMENTAL 5

    VALENCE - En attendant sa réouverture après agrandissement, le musée de Valence poursuit sa programmation hors les murs. C'est le thème du voyage sentimental, tel qu'il a été codifié par l'écrivain Laurence Sterne au XVIIIe siècle, qui inspire des créateurs aussi variés que Fiona Tan ou Richard Long.

    En savoir plus

    Abonnement (petit)

    ANNONCER