ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 205 - du 17 février 2011 au 23 février 2011

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 205 - du 17 février 2011 au 23 février 2011


Installation de Joel Gómez au Mupo (Museo de los pintores oaxaqueños) à Oaxaca, Mexique. Photo Emilie Chaix.

L'AIR DU TEMPS

Lettre de Oaxaca

Les criquets grillés (chapulines), le mezcal dont raffolait Malcolm Lowry, les mouvements sociaux : Oaxaca, l’une des plus belles villes de l’Amérique hispanique, fonde sa notoriété sur une poignée de clichés. L’année du Mexique, qui s’ouvre en France – et que les polémiques sur l’affaire Cassez semblent avoir définitivement ruinée -, aurait dû permettre de montrer que le pays ne se limite pas à être le conservatoire d’anciennes civilisations. Oaxaca en est un exemple parmi d’autres. Place forte, avec la cité de Monte Alban, des Zapotèques puis des orfèvres mixtèques, elle est aussi une capitale de l’art moderne et contemporain. La ville de Rufino Tamayo (qui sera célébré au Petit-Palais à partir du 29 septembre) a connu sous l’impulsion de Francisco Toledo, le plus célèbre des artistes mexicains actuels, une remarquable mutation dans la dernière décennie, accueillant la bagatelle de trois ou quatre musées d’art contemporain aux acronymes divertissants (Maco, Mupo, Iago, outre la fondation Alvarez-Bravo), des galeries, des collectifs de jeunes artistes et graffiteurs. Même le jardin botanique y est l’œuvre de créateurs d'aujourd'hui, menés par Luis Zarate. Dépasser l’image d'un Mexique limité à son folklore, ses mariachis, ses robes brodées, son style colonial : Oaxaca montre une manière de relever le défi. Reste à le faire savoir…

Le site de l'Année du Mexique en France

EXPOSITIONS


Dieu du commerce Yacatecuhtli, céramique. Jamapa, Centre du Veracruz, Culture Remojadas. Classique ancien (100-300 apr. J.-C.). © INAH (Instituto Nacional de Anthropologia e Historia) et Sinhué Medina.

Veracruz, sourire précolombien

SAINT-ROMAIN-EN-GAL - Le Musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal lance l’année du Mexique en France avec une exposition sur les cultures préhispaniques peu connues de la côté caraïbe, autour de Veracruz et du site d’El Tajin. Rassemblant quelque 200 objets couvrant le premier millénaire, cette rétrospective aborde des thématiques « accrocheuses » comme le jeu de balle (une véritable passion locale), ou l’iconographie du jaguar. Mais elle permet aussi de montrer que, dans les civilisations précolombiennes, l’iconographie n’est pas systématiquement sévère et avide de sang sacrifié : les figurines souriantes, aux couvre-chefs décorés de grecques, y sont une spécificité originale.
Les cultures antiques de Veracruz au Musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal, du 18 février au 28 août 2011.

En savoir plus

Matta, surréalisme à la chilienne

VALENCE (Espagne) - Le Chili est connu pour ses poètes – Pablo Neruda ou Gabriela Mistral. Il a aussi donné un grand artiste surréaliste au XXe siècle : Roberto Matta, dont on célèbre cette année le centenaire de la naissance. Selon la légende, c’est après avoir fait connaissance de García Lorca et Dali à Madrid, qu’il est introduit auprès de Breton. Il résumera l’événement de façon imagée «Ils me dirent «Tu es surréaliste !». Je ne savais même pas ce que cela voulait dire». Le reste de sa carrière montrera en revanche qu’il était tout à fait en harmonie avec les recherches du mouvement, même si Breton finit par l’exclure comme nombre d’autres compagnons de route. L’exposition rassemble des œuvres de toutes les époques, des plus cotées (les huiles des années quarante, l’époque new-yorkaise) jusqu’aux dessins réalisés à Tarquinia, en pays étrusque, à la veille de sa mort, en 2002.
Matta à l’IVAM, du 15 février au 1er mai 2011.

En savoir plus


Egon Schiele, La femme de l'artiste (Edith Schiele), 1917, aquarelle sur papier, 46 x 29,7 cm, Belvedere, Vienna. © Belvedere Vienna

Schiele portraitiste

VIENNE – A côté de Frida Kahlo ou de Basquiat, il fait partie des figures mythiques de l’art du XXe siècle, autant par son art que par l’intensité de sa courte vie : Egon Schiele est mort à 28 ans, à la fin de la Première Guerre mondiale, de la grippe espagnole. De ce disciple de Klimt, on connaît les nus troublants, les paysages et, évidemment, les portraits et autoportraits. C’est ce pan de son œuvre qui est étudié au Belvédère : une centaine de dessins et tableaux, où il apparaît à côté des femmes qui ont compté pour lui (comme Edith Schiele) ou de la bonne société viennoise de l’époque (comme l’éditeur Eduard Kosmack ou l’acteur Paris Gutersloh). Il y décortique lui-même et ses modèles d’un trait sans pitié, dans une intense palette chromatique.
Egon Schiele au Belvedere, du 17 février au 13 juin 2011.

En savoir plus

Ces expositions ouvrent aussi cette semaine…

• BRESCIA - Le musée de Santa Giulia accueille une rétrospective Matisse très fournie, composée de 150 œuvres des différentes époques de l’artiste. Jusqu’au 12 juin 2011.

En savoir plus

• BILBAO - Le musée Guggenheim se penche sur les notions de Chaos et classicisme dans la peinture européenne de l’entre-deux-guerres. Du 22 février au 15 mai 2011.

En savoir plus

• LONDRES - Après sa présentation au Metropolitan Museum de New York, la rétrospective Jan Gossaert marque une étape européenne à la National Gallery. Du 23 février au 30 mai 2011.

En savoir plus

VENTES

L’argent de César et Charles-Quint

PARIS – L’euro vous semble désespérément banal et standardisé ? Les pièces de monnaie d’autrefois, mal rognées, asymétriques, vous semblent incarner l’âge d’or de la numismatique par leur personnalité toujours différente, mais aussi une approche originale de l’histoire ? Drouot continue à proposer quelques ventes annuelles de pièces anciennes, avec un vaste spectre de prix. Dans celle du 22 février 2011, on pourra ainsi hésiter entre un écu d’or de François Ier (200 €, provenant d’un trésor inventé en 2006), un ducat de Charles-Quint (1000 €), un denier à l’éléphant de Jules César (200 €), des tétradrachmes de la Grèce antique, des statères, des shekels de Phénicie, des gros et des louis d’or, jusqu’aux tomans iraniens du XIXe siècle. L’aureus de Galère Maximien (lot 49) pourrait marquer la plus enchère, à plus de 5000 €.
Monnaies antiques et modernes à Richelieu-Drouot le 22 février 2011 (Fraysse SVV).

En savoir plus

L'ARTISTE DE LA SEMAINE


Luc Tuymans, The Secretary of State, 2005; oil on canvas; 18 x 24 1/4 in. (45.7 x 61.5 cm); Collection the Museum of Modern Art, New York, promised gift of David and Monica Zwirner; courtesy David Zwirner, New York; © Luc Tuymans

Luc Tuymans se penche sur notre temps

C’est l’un des chouchous du Palais des beaux-arts. Ce créateur polyvalent y a été commissaire d’expositions (notamment Bruxelles-Pékin en 2009). Le voici qui revient sous son identité d’artiste : il y est convié à montrer certaines de ses principales séries. L’aspect le plus marquant de l’art de Tuymans (né en 1958 à Anvers) est évidemment son attachement à une tradition figurative et son goût de documenter les grandes questions du siècle passé et de notre temps – la Shoah, la décolonisation, le 11-Septembre – à travers des portraits, des scènes de groupe, des paysages. Passé par une période « vidéo » au début des années 1980, Tuymans est aujourd’hui revenu à la peinture, le plus ancien medium, qu’il utilise pour décrypter, à sa façon, l’actualité parfois la plus récente.
• Le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles consacre une rétrospective à Luc Tuymans du 18 février au 8 mai 2011.

En savoir plus

LIVRES

Tout Gossaert en 4 kg

L’exposition Gossaert, mentionnée ci-dessus, s’accompagne d’un volumineux catalogue, qui servira d’excellent manuel de langue vivante : si les essais sont traduits en français, les fiches consacrées à chaque œuvre sont en effet conservées en anglais. Les passionnés iront jusqu’au bout ! La dimension érotique du maître flamand (1478-1532) et son goût pour la mythologie sont évidemment abordés mais les spécialistes vont bien au-delà, consacrant par exemple un texte passionnant (de la plume de Stepanie Schrader) à la diplomatie culturelle. Pour défendre les intérêts des Pays-Bas (et obtenir la nomination des évêques sans l’aval du Saint-Siège), l’ambassadeur à Rome, Philippe de Bourgogne, joua avec intelligence de la connivence intellectuelle. Il employa Gossaert à réaliser des copies de marbres antiques conservés au Vatican, suscitant l’amitié du pape Jules II et faisant davantage avancer ses affaires que par de hasardeux bras de fer. Nos gouvernants actuels seraient bien inspirés de chercher des modèles dans la Renaissance…
La Renaissance de Jan Gossaert, l’homme, le mythe et la sensualité, sous la direction de Maryan Aisworth, Fonds Mercator/Actes Sud, 2010, 484 p., 99 €.

Achetez cet ouvrage chez Amazon

BRÈVES

LONDRES – Un Portrait de Paul Eluard peint par Dali en 1929 a été adjugé 12 millions £ chez Sotheby’s le 10 février 2011, devenant l’œuvre la plus chère de l’artiste en ventes publiques.

En savoir plus

LONDRES - Le 7e British Art Show, événement quinquennal dédié à l'art contemporain britannique, se tient à la Hayward Gallery, du 16 février au 17 avril 2011.

En savoir plus

LOS ANGELES – Le Getty Trust et le LACMA (Los Angeles County Museum of Art) ont acquis de la Robert Mapplethorpe Foundation un ensemble de quelque 120 000 négatifs du photographe.

En savoir plus

MADRID – Les salons d’art contemporain Art Madrid et Just Mad se tiennent du 17 au 20 février 2011.

En savoir plus

PARIS - Une équipe de chercheurs internationaux, comprenant le CNRS, a trouvé l’explication du ternissement progressif des toiles de Van Gogh : une réaction aux rayons ultra-violets, qui transforme l’éclatant jaune de chrome en un marron éteint.

En savoir plus

PARIS – Le pot à lait de Marie-Antoinette pour la Laiterie de Rambouillet a été vendu 1,1 million € le 11 février 2011 à Drouot-Richelieu (Aguttes SVV).

En savoir plus

SUR ARTAUJOURDHUI.INFO

Cette semaine, ne manquez pas…

CISTERCIENS Jérôme Kelagopian, Emmanuel Breton

MOUGINS - Le musée de la photo André Villers expose jusqu'au 29 mai 2011 les images de Jérôme Kagalopian et Emmanuel Breton sur les franciscains aujourd'hui en France. Des îles de Lérins à l'abbaye de Pontigny, les moines austères se sont aussi révélé d'extraordinaires architectes.

En savoir plus

ENRICHIR, RESTAURER, CONSERVER 10 ans d’actions en faveur des collections du Musée départemental de l’Oise

BEAUVAIS - Engagé dans un vaste projet de rénovation, le Musée départemental de l'Oise consacre jusqu'au 27 juin 2011 une exposition aux acquisitions de la dernière décennie, de l'art de la Renaissance à nos jours.

En savoir plus

Abonnement (petit)

ANNONCER