ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 402 - du 8 octobre 2015 au 14 octobre 2015

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 402 - du 8 octobre 2015 au 14 octobre 2015


Chéri Samba, Picasso, 2000, acrylique sur toile, 81x99,8 cm, collection particulière. © Chéri Samba.

L'AIR DU TEMPS

Parlez-moi de Picasso

PARIS - Il est sans conteste le plus célèbre artiste du XXe siècle. Les Demoiselles d’Avignon, Guernica sont des icônes mondiales. Sa vie agitée, ses aventures sentimentales, son extraordinaire productivité (près d’une œuvre par jour, dit-on, pendant 80 ans), son engagement politique. On peut ne pas aimer Picasso (1881-1973) mais on se définit forcément par rapport à Picasso. L’extraordinaire popularité de l’artiste a alimenté copies, réélaborations, pastiches, satires. L’exposition présente cet « univers Picasso », où voisinent des créateurs aussi différents que David Hockney, Emir Kusturica, Jean-Michel Basquiat ou Chéri Samba. Du Pop Art au Bad Painting, de la peinture érotique au manifeste politique, il n’est guère de domaine où son influence ne se fasse sentir. De simple mortel, Picasso est passé à divinité tutélaire…
Picasso.mania au Grand Palais, du 7 octobre 2015 au 29 février 2016.

En savoir plus

EXPOSITIONS


Francisco de Goya, Autoportrait avec le docteur Arrieta, huile sur toile, 114,6×76.5 cm, 1820, The Minneapolis Institute of Art, The Ethel Morrison Van Derlip Fund.

Goya, dans le noir de l’âme

LONDRES – Il a dépeint dans ses Caprichos les turpitudes humaines. Même dans ses portraits mondains, privés de cette dimension satirique, Goya (1746-1828) se montre aussi impitoyable psychologue, éclairant la coquetterie de la duchesse d’Albe, qui fut son amante, la médiocrité du roi Ferdinand VII, la riche vie intérieure de son ami écrivain Jovellanos ou sa propre évolution en un demi-siècle (autoportraits de 1773 et 1820). Etonnamment, aucune exposition n’avait jamais été consacrée à ce pan de son œuvre. C’est donc une réunion inédite que propose la National Gallery avec près de la moitié de ses cent cinquante portraits recensés – huiles sur toile ou cuivre, craies ou crayons sur papier. Certains font, pour la première fois depuis longtemps, la traversée de l’Atlantique, comme la Comtesse d’Altamira (Metropolitan Museum). D’autres, habituellement accrochés dans des collections privées, sont montrés pour la première fois au public, certains ont été redécouverts (comme Don Valentín Bellvis de Moncada y Pizarro ou sont contestés (Donna Isabel de Porcel, de la National Gallery). Et l’on verra le testament du peintre sombre et sourd : son petit-fils Mariano, son tout dernier portrait, peint à la veille de sa mort.
Goya : The Portraits à la National Gallery, du 7 octobre 2015 au 10 janvier 2016.

En savoir plus


Huygh Pietersz Voskuyl, Autoportrait, ca. 1638, Mauritshuis La Haye.

Bataves au miroir

LA HAYE – Le sous-titre est plaisamment trouvé : ces « selfies » du Siècle d’or correspondent aux innombrables autoportraits produits par les peintres hollandais du XVIIe siècle. Pour se donner une image publique et, en même temps, prouver leur virtuosité… On y trouve Rembrandt, Jan Steen et Gerrit Dou mais aussi une femme Judith Leyster, alors très demandée. A savoir : le musée, qui est très libéral sur les autorisations de photographier, proscrit l’utilisation de perches à selfies…
Dutch Self Portraits – Selfies of the Golden Age au Mauritshuis, du 8 octobre 2015 au 3 janvier 2016.

En savoir plus

Art vs. machine

LYON – Les luddites, artisans en colère, détruisaient les outils qui faisaient le travail à leur place. Les artistes, de leur côté, s’ils en ont parfois eu une image négative (comme dans le Metropolis de Fritz Lang), en ont plus souvent subi la fascination. Brassant plus de deux siècles (depuis une camera obscura de 1800), l’exposition le prouve en réunissant aussi bien Claude Monet (adepte des locomotives), le cubiste Léger ou le futuriste Russolo (fascinés par le métal et la vitesse), que l’ironique Duchamp (et sa roue de bicyclette) et les représentants de l’art brut. La gigantesque Méta-Maxi de Tinguely (12 mètres de long), venu de la Daimler Art Collection de Stuttgart, sera mis en marche pour l’occasion…
L’art et la machine au musée des Confluences, du 13 octobre 2015 au 24 janvier 2016.

En savoir plus

Warhol en boucle

PARIS - Les Shadows occupent une salle entière. Ce qui se comprend : il s’agit d’un ensemble de 102 toiles ! Cette œuvre tardive d’Andy Warhol est la pièce maîtresse de cette exposition consacrée à son goût pour la série et le multiple. On y verra évidemment ses Jackies et ses Maos mais également des ensembles moins connus, comme ses Screen Tests, des portraits filmés des années soixante.
Warhol Unlimited au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, du 2 octobre 2015 au 7 février 2016.

En savoir plus

LIVRES

Derain, trop oublié

On n’attendait pas Michel Charzat, connu comme homme politique, au tournant de la biographie artistique. Il avait pourtant déjà démontré son goût pour l’entre-deux-guerres (La jeune peinture française 1910-1940). Il se plonge maintenant dans la vie d’un colosse (1880-1954), amateur de femmes et de belles voitures, qui fut un temps compté parmi les trois géants de l’avant-garde, avec Matisse, Braque et Picasso. Après avoir été le pionnier du fauvisme et du cubisme, l’une des plus grandes stars des années vingt, mais aussi un découvreur pionnier de l’art africain, Derain n’a jamais pu se relever du malheureux voyage en Allemagne d’octobre 1941 avec Vlaminck, Despiau et Van Dongen. L’ancien combattant, l’ami d’Apollinaire, du couturier Paul Poiret, d’Erik Satie, de Jean Renoir (il jour un petit rôle dans La Fille de l’eau), devient un quasi pestiféré. C’est peut-être sa propre expérience de l’ostracisme (Charzat a été exclu du Parti socialiste en 2008) qui lui donne une empathie avec son sujet. Cette parabole cruelle de l’apothéose et du déclin est convaincante et certaines tranches de vie sont particulièrement réussies : la vie à Montmartre, la description de l’atelier du 13, rue Bonaparte, les rapports avec son marchand Paul Guillaume ou avec Edmonde Charles-Roux, qui fut l’un de ses derniers soutiens.
André Derain, le titan foudroyé, par Michel Charzat, Hazan, 384 p., 39 €.

Achetez cet ouvrage chez Amazon

LES VERNISSAGES DE LA SEMAINE


Rachel de Joode - POROSITY

10 octobre 2015 - PARIS - Galerie Christophe Gaillard

Collage oragnique ou greffe de peau ? Le travail sur la matière et l'obsolescence d'une artiste néerlandaise née en 1979

Notre sélection de nouvelles expositions

BRÈVES

BOLOGNE – Foto/Industria, biennale photographique consacrée au monde du travail, se tient du 3 octobre au 1er novembre 2015.

En savoir plus

BRUXELLES – La biennale d’Art nouveau (visites guidées de lieux emblématiques) se tient du 3 au 25 octobre 2015.

En savoir plus

CHRISTCHURCH (Nouvelle-Zélande) – La 8e biennale Scape (art dans l’espace public) se tient du 3 octobre au 15 novembre 2015.

En savoir plus

CURITIBA (Brésil) – La biennale d’art contemporain, consacrée à la thématique de la lumière, se tient du 3 octobre au 6 décembre 2015.

En savoir plus

Abonnement (petit)

ANNONCER