ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 409 - du 26 novembre 2015 au 2 décembre 2015

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 409 - du 26 novembre 2015 au 2 décembre 2015


Jean-Auguste-Dominique Ingres, La Grande Odalisque, huile sur toile, 91 x 162 cm 1814, Musée du Louvre, département des Peintures, acquis en 1899 (exposition au musée du Prado).

L'AIR DU TEMPS

Ingres, une certaine image de la femme

MADRID – Alors que certains voudraient nous faire accroire qu’il s’agit d’une vision d’enfer, le corps de la femme n’a-t-il pas été de tout temps la principale source d’inspiration des peintres ? Ce n’est pas Ingres (1780-1867) qui nous démentira, qui n’a cessé, avec sa précision au scalpel, de la dessiner, vêtue ou déshabillée. Sa Grande Odalique, son Bain turc ont leur place dans l’imaginaire occidental du beau idéal. L’artiste n’hésitait pas pour cela à tordre les perspectives, à étirer les membres comme le faisaient déjà les maniéristes trois siècles plus tôt. Madrid reçoit Ingres, et c’est une première : il n’existe en effet aucune toile de sa main dans les collections publiques espagnoles, même si le duc d’Albe fut l’un de ses proches à Rome. La bête noire de Delacroix (dont il bloqua l’élection à l’académie) a excellé dans bien d’autres genres : le portrait mondain - celui de la comtesse d’Haussonville nous vient de la Frick Collection de New York - mais aussi les scènes mythologiques, la peinture sacrée, les tableaux troubadour revisitant l’histoire de France. Occupant une position originale entre néo-classicisme, romantisme et réalisme, le polyvalebnt Ingres avait encore un autre talent, entré dans la légende : le violon…
Ingres au musée du Prado, du 24 novembre 2015 au 27 mars 2016.

En savoir plus

EXPOSITIONS


Andrea Schiavone, Noces de Cupidon et Psyché, vers 1550, panneau collé sur masonite, 130,8 x 156,2 cm. New York, The Metropolitan Museum of Art © 2015. Image copyright The Metropolitan Museum of Art/Art Resource/Scala, Firenze

Schiavone le terrible

VENISE – L’exposition est audacieuse et le musée se prémunit avec un titre à rallonge (Splendeurs de la Renaissance à Venise) apte à ratisser large. Car le vrai est un inconnu du grand public, Schiavone (1510-1563), un « métèque » d’origine « esclavonne », c’est-à-dire provenant des territoires dalmates de la République de Venise. Né à Zadar sous le nom d’Andrea Meldola, marqué par Parmesan et Titien, ami de son cadet Tintoret, il jouira de son vivant d’une grande notoriété, souvent polémique. Ses scènes mythologiques, ses vies de saints avec, en arrière-plan, collines vénitiennes et ciels chargés, susciteront des critiques et des éloges (comme ceux de l’Arétin) très tranchés. Pour la première fois, quelque 80 œuvres dispersées dans le monde (de la Croatie au Louvre, de Florence au Kunsthistorisches Museum de Vienne) rendent justice à ce dessinateur émérite, à cet amant des chromatismes « terribles », à ce spécialiste du fondu et du « non-fini ». Certains verront même en lui un lointain précurseur de l’art informel…
Schiavone au musée Correr, du 28 novembre 2015 au 10 avril 2016.

En savoir plus

Hollande du siècle d’or

AMSTERDAM – Certains mesurent près de 6 mètres de long. L’exposition consacrée à la classe dirigeante des Pays-Bas au XVIIe siècle compte peu de tableaux mais ils sont colossaux – comme pour montrer la confiance de la jeune nation dans ses capacités. Prévôts et lieutenants, gouverneurs en habit noir et fraise blanche mais aussi chirurgiens : toute une élite se tire le portrait pour les siècles, par l’intermédiaire de peintres chevronnés comme Jacob Adriaensz Backer ou Nicolaesz Eliasz Piquenoy. Une seule absence : celle des femmes. Elles n’arriveront au pouvoir que plus tard…
à l’Ermitage Amsterdam, du 28 novembre 2015 à la fin 2016.

En savoir plus


Théodore Géricault, Jeune homme tenant dans ses bras une femme qu'il vient de retirer des flots : Paul et Virginie (?), vers 1816

Dessins d’Anjou

ANGERS – Le cabinet d’arts graphiques du musée municipal compte 13500 dessins, symbole de la richesse de certaines institutions de province. Une sélection parmi ces feuilles de Vouet, Rembrandt, Parmesan ou David d’Angers, en dialogue avec des œuvres comparables issues de collections privées.
La Fabrique de l’œuvre au musée des Beaux-Arts, du 28 novembre 2015 au 28 février 2016.

En savoir plus

Géo : vive la République !

MOULINS – Peintre « officiel » qui s’attacha à décrire l’enfance et les humbles, et à prôner par son art les vertus de l’éducation – un idéal fondateur de la IIIe République -, Jean Geoffroy, dit Géo, est bien oublié aujourd’hui. Le musée, qui s’est fait une spécialité de la peinture académique, présente une centaine de ses œuvres – écoliers studieux, sorties de classes, apprentis à l’atelier…
Jean Geoffroy (1853-1924), un engagement républicain, au musée Anne-de-Baujeu, du 28 novembre 2015 au 28 septembre 2016.

En savoir plus


Zhang Huan, Family Tree, 2000, The Walther Collection © belm Künstler

Encre de Chine

ZURICH – La calligraphie chinoise est une pratique extrêmement codifiée qui ne peut être maîtrisée qu’après un long apprentissage. Même pour ceux qui ne le déchiffrent pas, cet univers de signes a une dimension artistique. Le musée dresse un parcours de 30 siècles, jusqu’aux déclinaisons actuelles des créateurs les plus contemporains.
La magie des signes : 3000 ans de calligraphie chinoise au musée Rietberg, du 20 novembre 2015 au 20 mars 2016.

En savoir plus

COP21


L'eau qui dort, installation de Michael Pinsky. Photo Piers Rawson

Des artistes pour la planète

L’atmosphère pesante qui découle des attentats sanglants du 13 novembre complique la COP21. Si de nombreuses manifestations citoyennes ont été annulées, le volet artistique est pour l’essentiel maintenu : installations, colloques, expositions, qui entendent souligner de manière visuelle et symbolique notre usage exagéré des ressources rares. A la Gaîté Lyrique, au Centre Pompidou, au Conservatoire des arts et métiers mais aussi dans la ville : ainsi Shephard Fairey suspend-il un globe-mandala sous la tour Eiffel, avec un nom très parlant : Earth Crisis. Michael Pinsky, dans L’eau qui dort, fait flotter des objets – décombres et épaves – repêchés du canal de l’Ourcq. Le collectif « Fukushima mon amour » réunit dans l’espace du 18 bis boulevard Beaumarchais une soixantaine d’artistes, de Castelbajac à Pras et Vilmouth, qui entendent reporter l’attention sur la catastrophe japonaise, trop vite mise au rayon des affaires classées. A la Maison de l’architecture, « Villes potentielles » montre, à partir de maquettes et dessins, comment les architectes voient la cité en cette nouvelle ère de l’anthropocène, où l’homme a réussi à mettre en péril des équilibres immémoriaux.

L’agenda cultural Artcop21

VENTES


Lot 13 : Horacio García-Rossi (1929-2012), Couleur lumière en cage, 2010. Estimation : 12 000 / 15 000 €.

Pionniers de l’art cinétique

PARIS - Pour vivre vieux, faites de l’art cinétique ! Les ténors de cette discipline ont une longévité remarquable et certains de ceux qui ont participé à l’exposition fondatrice chez Denise René en 1955 sont encore vivants - et actifs. L’aîné, Vasarely, est mort à l’âge de 91 ans en 1997, avant Denise René elle-même, disparue en 2012 à 99 ans. Les autres ? Cruz-Diez, 92 ans et en pleine forme ; Vera Molnar, 91 ans ; Takis, 90 ans ; Morellet, 89 ans ; Agam, 87 ans ; Le Parc, 85 ans et cela fait 49 ans qu’il a obtenu le grand prix de la Biennale de Venise… La vente que propose Piasa permet de faire un bilan de cet art si séduisant, qui a désormais investi les principales institutions (Dynamo au Grand Palais, récentes rétrospectives Le Parc et Takis au Palais de Tokyo, etc.). Moteurs rotatifs, disques lumineux, Plexiglas et néon sont aussi utilisés par des créateurs moins connus, particulièrement nombreux dans les pays latins (Italie, Argentine, Brésil). Souvent produites en multiples, ces œuvres sont accessibles à partir de quelques centaines d’euros pour monter sans doute jusqu’à 100 000 euros pour les Excitables E7008 de Sérvulo Esmeraldo.
Art cinétique – Light Show chez Piasa le 25 novembre 2015.

En savoir plus

• A voir aussi : l'exposition Let's Move, qui présente 80 œuvres de l'art cinétique (1955-1985), à la Patinoire royale de Bruxelles, à partir du 25 novembre 2015.

En savoir plus

LES VERNISSAGES DE LA SEMAINE


André MAIRE

28 novembre 2015 - MARSEILLE - Galerie Alexis Pentcheff

Un peintre voyageur (1898-1984) fasciné par les pays lointains comme l'Indochine

Notre sélection de nouvelles expositions

LIVRES

Eames, le design en couple

Les designers contemporains interrogés dans les pages intercalaires – Philippe Starck, Matali Crasset, les frères Bouroullec ou Karim Rashid - les placent tous dans leur panthéon personnel. Pour Giulio Cappellini, il s’agirait même des plus grands designers de l’histoire. Qui sont donc les Eames, Charles (1907-1978) et Ray (1912-1988), un couple à la vie comme au travail ? Des perfectionnistes, adeptes du détail, capables de concevoir aussi bien des sièges devenus classiques (Wire, Lounge Chair & Ottoman, Aluminium Group) que l’aménagement d’un aéroport, des jeux pour enfants, des motifs pour imprimés ou le pavillon IBM de l’exposition de New York en 1964. Passant en revue quatre décennies de création, mettant en relief certains moments-clés (la construction de leur maison sur les hauteurs de Pacific Palisades), le livre offre un panorama complet. Il évoque leurs rapports avec la grande industrie (Alcoa) ou l’intelligentsia (Billy Wilder) mais fait l’impasse sur deux compléments indispensables : une véritable chronologie et un index.
Charles & Ray Eames, par Maryse Quinton, éditions de La Martinière, 2015, 256 p., 45 €

Achetez cet ouvrage chez Amazon

EN BREF

PARIS – Le salon d’art contemporain macparis se tient à l’Espace Champerret du 26 au 29 novembre 2015.

En savoir plus

PARIS – Le salon Art Capital se tient au Grand Palais du 25 au 29 novembre 2015.

En savoir plus

STRASBOURG - St-art, foire européenne d'art contemporain, se tient du 27 au 30 novembre 2015.

En savoir plus

VÉRONE – 17 tableaux de grande valeur ont été volés le 19 novembre 2015 au musée de Castelvecchio, dont trois Tintoret et la Madone à la caille de Pisanello.

En savoir plus

Abonnement (petit)

ANNONCER