ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 410 - du 3 décembre 2015 au 9 décembre 2015

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 410 - du 3 décembre 2015 au 9 décembre 2015


Maître de la Fertilité de l'œuf, La Tentation de la chouette, XVIIe siècle, huile sur toile, 62 x 88 cm. Musée Fesch, Ajaccio. Photo Bertrand Rieger.

L'AIR DU TEMPS

Lettre de Corse

On a parfois des envies de fuir l'actualité... La Corse en automne ? Les plages sont désertes, les ports de plaisance au repos, le GR 20 moins fréquenté. C’est la saison de la châtaigne, de l’oursin, du calamar… et des balades culturelles. On oublie trop souvent que l’île de Beauté mérite aussi la visite pour ses richesses patrimoniales : ses chapelles de l’arrière-pays, ses tours génoises, ses dolmens et menhirs qui font concurrence à ceux de Bretagne et de Sardaigne (un nouveau centre d’interprétation ouvrira à Filitosa au printemps 2016). Et ses musées : de celui d’Archéologie à Sartène au musée de la Corse à Corte (une plongée dans les savoirs et traditions) du FRAC (toujours à Corte, qui nous propulse dans le contemporain) au musée de Bastia (qui revisite jusqu’en décembre, en photo, les événements d’Aléria en 1975 qui cristallisèrent le mouvement nationaliste), ils sont trop peu fréquentés. A une époque où les grandes expositions monopolisent l’énergie des voyageurs culturels, c’est l’occasion de rappeler qu’une institution comme le palais Fesch d’Ajaccio, fondée par l’oncle de Napoléon, compte une collection d’art italien qui vaut toutes les rétrospectives. Des Daddi, Bellini, Cosmè Tura, Véronèse, Titien et Santi di Tito, comme s’il ne pleuvait, qui raviraient n’importe quelle fondation de la Côte Ouest US. Et des toiles énigmatiques et méconnues comme cette Tentation de la chouette par le Maître de la Fertilité de l’œuf : de quoi occuper, pour son décryptage, les longues après-midi d’hiver…

EXPOSITIONS


Diptyque d’Areobindus, Constantinople, 506 ap. J.-C. Ivoire, haut. 36 cm, larg. 23 cm © Collection Musée national suisse, propriété de la Bibliothèque centrale de Zurich. Inv. A-3564

Byzance-sur-Léman

GENÈVE – Le titre, énigmatique, de l'exposition est vite éclairci : Byzance ne s’est jamais élevée en Suisse mais la mythique ville du Bosphore, qui a assumé divers noms (Constantinople, Istanbul) a de tout temps fasciné les Suisses – voyageurs, archéologues, peintres. L’exposition rassemble les collections conservées sur le sol helvétique et propose quelques gros plans sur des personnalités remarquables, des Fossati, deux frères architectes du Tessin, qui firent de nombreux relevés de monuments aujourd’hui disparus, au photographe Fred Boissonas, qui laissa un témoignage sur Thessalonique d’avant l’incendie d’août 1917. Rouleaux liturgiques, orfèvrerie, Vierges de tendresse mais aussi amphores vinaires, chausses en lampas de soie ou manuscrits juridiques : les objets, principalement issus du répertoire sacré, ne laissent pas de côté le monde civil et profane.
Byzance en Suisse au musée Rath, du 4 décembre 2015 au 13 mars 2016.

En savoir plus


Tête de marionnette, bois et matières diverses, Néron de Bellencourt, France, Paris, vers 1868 © MuCEM

Dans les clous

MARSEILLE - Le clou… Objet si simple mais pourtant si symbolique depuis son utilisation pour crucifier le Christ – avec 3 ou 4 clous, la polémique persiste (mais les clous de la Vraie Croix, diffusés dans toute l’Europe, auraient permis, tant ils sont nombreux de crucifier bien plus que le Christ et les deux larrons). Le MUCEM, qui en conserve 4000, retrace la fortune ce « plus petit dénominateur commun de la culture matérielle », sur des sabots, des coffres, des boules de pétanque, jusqu’à la reconstitution d’une forge du Queyras. Il a inspiré très récemment des artistes comme Gunther Uecker (le beau-frère d’Yves Klein), qui a bâti tout un corpus autour de son utilisation, et d’autres créateurs du XXe siècle sont présents, de Man Ray jusqu’à Lawrence Weiner.
Le clou au MUCEM et au FRAC PACA, du 30 novembre 2015 au 24 juin 2016.

En savoir plus

Du côté de Providence

SÈTE – À ceux qui se plaignent de l’excès d’expositions fourre-tout, mal anglées, voici un démenti réjouissant : un gros plan sur la création des artistes de Providence, dans l’Etat de Rhode Island, inspirés par l’univers fantastique du plus célèbre des écrivains locaux, H.P. Lovecraft (1890-1937). De Mat Brinkman à Francine Spiegel, ils convoquent esprits, créatures curieuses, mondes mystérieux et obsessions de divers types, dans une cité au nom lourd à porter, légué par un prédicateur du XVIIe siècle…
Providence, fracas psychédélique en Nouvelle-Angleterre au MIAM, du 4 décembre 2014 au 22 mai 2016.

En savoir plus


Olle Olsson Hagalund, Victor, huile sur toile. Photo Björn Petrén. © Olle Olsson Hagalund /BUS 2015

Olsson, naïf suédois

STOCKHOLM – Ouvert en 2011, ce musée au design étincelant (avec ses parois de cuivre) accueille la collection de son fondateur, le magnat de la construction Sven-Harry Karlsson. Les œuvres sont installés dans un curieux bâtiment posé sur le toit – qui se veut la réplique de son manoir d’Ekholmsnäs. Dans le reste du bâtiment, laissé libre pour des expositions temporaires, c’est un favori du public suédois qui est actuellement présenté : Olle Olsson Hagalund (1904-1972). Malgré sa popularité chez lui (où sa maison natale de Hagalund, un quartier du nord de Stockholm, a été transformée en musée), Olsson reste à peu près totalement méconnu à l’étranger. Il a pourtant effectué quelques séjours à Paris dans les années trente, emmagasinant aussi bien les influences de Dufy, d’Utrillo et du Douanier Rousseau que l’ambiance des clubs de jazz. Rentré au pays, il y peint dans une veine naïve, donnant aux petites gens – pêcheurs, charretiers, musiciens de rue - le premier rôle dans une débauche de couleurs.
Olle Olsson Hagalund, a colorful romantic au Sven-Harrys konstmuseum, du 28 novembre 2015 au 7 février 2016.

En savoir plus

VENTES


Lot 7 : Geoffroy Tory, Champfleury, 1529, in-folio. Estimation : 20 000 - 30 000 €.

Les livres de Bergé

PARIS - Après les œuvres d’art, les livres ! On se souvient que la vente de la collection Pierre Bergé Yves Saint Laurent avait enflammé le marché en 2010. La dispersion de la bibliothèque de Pierre Bergé devrait susciter un intérêt comparable chez les connaisseurs. Après le retrait du manuscrit de Nadja d’André Breton, qui sera vendu en direct à la Bibliothèque nationale de France, il reste quelques beaux morceaux : 476 pages de catalogue et 188 lots pour cette… première vente. « Ce n’est pas facile de se séparer d’amis de plus de 40 ans dit justement le collectionneur. Parmi ses amis, une édition princeps des Confessions de Saint Augustin imprimée en 1470 à Strasbourg, les premières éditions de 1580, 1588 et 1595 des Essais de Montaigne, Les Journées de Florbelle, a priori le dernier manuscrit de Sade encore en circulation, le David Copperfield personnel de Dickens, le Salammbô que lisait Dumas fils, un exemplaire du Locus Solus de Raymond Roussel (avec envoi à Proust), un album de dessins originaux du tout jeune Apollinaire ou le Scrapbook-3 de William Burroughs…
La bibliothèque de Pierre Bergé à Drouot-Richelieu le 11 décembre 2015.

En savoir plus

LES VERNISSAGES DE LA SEMAINE


VENDANGE TARDIVE 2015

6 décembre 2015 - MEYMAC - Centre d'art contemporain

Les œuvres de jeunes artistes internationaux, fruit de leur résidence de l'été passé (photo : Giulia Andreani)

Notre sélection de nouvelles expositions

LIVRES

Kafka, manuel de survie

Notre monde semble plus kafkaïen que jamais. Massacres, corruption, inégalité, une vraie noirceur : certains matins, on se croirait Gregor Samsa tant l’actualité se prête à une interprétation cauchemardesque… Et si Kafka nous fournissait aussi l’antidote ? C’est un peu l’esprit qui anime Anne Gorouben, qui trouve depuis des décennies dans le Journal des motifs de réconfort, une empathie avec l’humain. « Franz Kafka écrit comme on dessine », dit-elle, et elle-même dessine comme il a écrit. Des évocations de rêves (par exemple avec un couteau dans le cœur, enfermé dans un parc à moutons ou étouffé par le buste d’une femme en cire), des moments d’angoisse et d’insomnie mais aussi des atmosphères d’après-midi chaleureuses, des visions fugaces – une petite-fille sortant d’une église, deux garçons portant des gerbes de foin. Autant de restitutions personnelles à la mine de plomb, d’un trait doux, sfumato, qui aide à incarner la mémoire, le souvenir.
Mon Kafka par Anne Gorouben, Les Belles Lettres, 2015, 128 p., 35 €.

Achetez cet ouvrage chez Amazon

• Des fragments du Journal seront lus à la Halle Saint-Pierre par la comédienne Muriel Piquart le 6 décembre 2015 à 15h.

En savoir plus

EN BREF

LONDRES - Le V&A Museum inaugure ses nouvelles salles consacrées à l'Europe 1600-1815 le 9 décembre 2015.

En savoir plus

MIAMI – Le salon Art Basel Miami Beach se tient du 3 au 6 décembre 2015 avec 267 galeries d’art moderne et contemporain.

En savoir plus

MIAMI - La foire d'art contemporain Scope se tient du 1er au 6 décembre 2015.

En savoir plus

MIAMI - La foire Design Miami se tient du 2 au 6 décembre 2015.

En savoir plus

PAESTUM - Le ministre italien de la Culture a annoncé la découverte d'exceptionnelles fresques de Paestum, datant d'environ 300 av. J.-C., volées sur le site archéologique à une date non précisée.

En savoir plus

Lumières nordiques

Abonnement (petit)

ANNONCER