ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 458 - du 26 janvier 2017 au 1 février 2017

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 458 - du 26 janvier 2017 au 1 février 2017


Claude Monet, Coucher de soleil sur la Seine, 1880, huile sur toile, 60,6 x 81,1 cm, Pola Museum of Art, Pola Art Foundation.

L'AIR DU TEMPS

Monet, le patriarche du XXe siècle

Les toiles arrivent de Cincinnati et de Chicago, de Londres et d’Ottawa, de Lille et de Paris, d’Australie et du Japon : une rétrospective Monet, c’est évidemment un tour du monde en miniature. Mais elles proviennent aussi - et c’est le plus intéressant dans le cas présent - de collections habituellement jalouses de leur intimité. Un quart des soixante-deux tableaux présentés sont encore en mains privées. Se concentrant sur l’âge mûr, après les vaches maigres de l’impressionnisme et avant la vieillesse somptueuse des nymphéas, l’exposition essaie de montrer comment l’œil de Monet a conditionné celui de tout l’art du XXe siècle. Kandinsky ne voyait-il pas dans une de ses meules un motif abstrait avant l’heure ? La Seine, la Méditerranée, la Normandie, Paris et Londres : le pinceau de Monet bouge aussi mais ses plus beaux voyages sont parfois immobiles : en descendant les deux marches vers son jardin…
Monet à la Fondation Beyeler, du 22 janvier au 28 mai 2017

En savoir plus

EXPOSITIONS


Cavalier, XVIe siècle, style Dogon, Mali, bois, métal, 75 × 17,5 × 40,5 cm. Coll. Laurent Dodier.

Une boussole pour l’Afrique

PARIS - Le continent noir, longtemps vu comme enclavé et immuable, a en réalité connu très tôt un fourmillement de voyages, d’échanges, de mouvements. C’est ce qu’explore cette exposition qui prend le pouls du temps long - sur cinq bons millénaires. Religions, commerce, explorations : on y croise du connu (l’esclavage, les expéditions de Livingstone ou de Brazza, le pèlerinage vers La Mecque) et du moins connu (les liens avec l’Orient, jusqu’au Japon, ou les extraordinaire salières sapi de Sierra Leone sculptées pour les marchands portugais). A une époque, l’homme le plus riche du monde était africain (Moussa Ier, empereur du Mali au XIVe siècle), assis sur des montagnes d’or. La roue de la fortune a tourné mais l’Afrique n’a jamais cessé, même dans ses moments les plus difficiles, d’être ancrée dans le circuit de la mondialisation.
L’Afrique des routes au musée du quai Branly-Jacques Chirac, du 31 janvier au 12 novembre 2017.

En savoir plus

Will Eisner, génie de la BD US

ANGOULÊME - Fils d’immigrés juifs d’Europe centrale, Will Eisner (1917-2005) fut l’un des piliers de la bande dessinée du XXe siècle. Innovateur dans le domaine du polar, il sut se réinventer quarante ans plus tard pour devenir l’un des inventeurs des « graphic novels ». Du 26 janvier au 15 octobre 2017.

En savoir plus

Eloge de l’heure

CHARLEROI - Qu’est-ce que l’heure ? Que nous dit-elle ? Comment la lit-on ? Le Centre d’innovation et de design se penche sur cette question essentielle, mais qui, étonnamment, ne nous travaille guère, conditionnés que nous sommes par la tyrannie des horaires, sonneries et alarmes… Du 22 janvier au 30 avril 2017.

En savoir plus

Balzac, une passion dans le désert

PARIS - Une passion dans le désert, nouvelle peu connue de l'auteur de la Comédie humaine, a eu l’honneur d’inspirer la Figuration narrative. Elle fut en effet illustrée en 1964 par Aillaud, Arroyo et Recalcati. Ces artistes ne furent pas seuls à s'y être plongés comme le montre l’accrochage réuni à la Maison de Balzac. Du 27 janvier au 21 mai 2017

En savoir plus

VENTES


Lot 17 : Portrait d’Antonin Artaud, photographie originale, circa 1920. 13,3 x 8,5 cm. Tirage argentique original d'époque. Estimation : 4000-5000 €.

Antonin Artaud dans l’intimité

COMPIÈGNE - Il a les yeux bleus, le visage ovale, les cheveux châtains, le nez moyen, le menton rond, les sourcils et le teint ordinaires, il mesure 1,71 m, qui est-il ? Antonin Artaud, tel qu’il est décrit dans son passeport n° CS 01333du 22 novembre 1935 qui sent bon la science physiognomonique à la Beccaria et Bertillon… Ce viatique, obtenu juste avant son fameux voyage chez les Tarahumaras du Mexique, passe en vente à côté d’autres documents étonnants provenant de la famille. Y figurent diverses lettres : à Balthus, au président Lebrun et même, en 1939, à Hitler (jamais envoyée) où il fait référence à une rencontre en 1932 dans un café berlinois. On y trouve aussi un joli paysage à la gouache, des photos d’enfance à côté de sa mère adorée (née à Smyrne), des poèmes autographes. Le lot le plus touchant est sans doute cette photo d’identité écornée, au format carte postale qu’il conserva, dit-on, toute sa vie dans son portefeuille. A 4000 euros (estimation), ce serait un prix très accessible pour une relique aussi symbolique…
Fonds Antonin Artaud à l’hôtel des ventes de Compiègne, le 28 janvier 2017.

En savoir plus

LIVRES

Confessions d’un œil

On connaît bien sûr les « nez », qui président à l’élaboration des fragrances en parfumerie. On connaît moins les « œils » qui sont capables de discerner la main du maître derrière un tableau ou un dessin anonyme. Philippe Costamagna, directeur du musée Fesch d’Ajaccio, en est un. Tout en égrenant des souvenirs personnels (comme la fameuse identification d’un Bronzino au musée de Nice en 2005, avec son ami Carlo Falciani), il retrace l’histoire de ces détectives de l’art, à travers les grandes figures que furent Bernard Berenson, Roberto Longhi et Federico Zeri. Le connoisseurship, c’est l’entraînement de l’œil, les heures passées dans les cabinets de dessins, les voyages à travers la planète pour observer une feuille significative (et pour mener à bien une monographie de référence sur Pontormo), les amitiés… et les mesquines rivalités. L’auteur ne fait pas l’impasse sur le rôle ambigu de ce savoir dans un marché de l’art devenu follement spéculatif (une attribution peut multiplier par cent la valeur d’un tableau) mais rappelle que ce métier ne peut se nourrir que de passion. Si son cœur palpite en découvrant un Andrea del Sarto, il est tout autant galvanisé en étendant le corpus d’artistes oubliés de la Renaissance comme Tommaso di Stefano ou Giulio Clovio. Le contenu reflète bien la promesse du titre - allusion transparente à Georges Bataille -, mais on regrette évidemment l’absence d’un index…
Histoires d’œils, par Philippe Costamagna, Grasset, 2016, 272 p., 20 €.

Achetez cet ouvrage chez Amazon

EN BREF

ANGOULÊME - Le 44e Festival international de la bande dessinée a lieu du 26 au 29 janvier 2017.

En savoir plus

GENÈVE - La 6e édition d’artgenève, salon d’art moderne et contemporain a lieu du 26 au 29 janvier 2017.

En savoir plus

POTSDAM - Le musée Barberini, fondé par le magnat du logiciel Hasso Plattner, a ouvert au public le 23 janvier 2017.

En savoir plus

LES VERNISSAGES DE LA SEMAINE


DUNCAN CAMPBELL

26 janvier 2017 - BRUXELLES - Wiels

Qu'est-ce que la vérité dans l'information ? C'est une question d'actualité que pose l'artiste, connu pour ses documentaires

Notre sélection de nouvelles expositions

Abonnement (petit)

ANNONCER