Massacre innocents Chantilly

ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 461 - du 16 février 2017 au 22 février 2017

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 461 - du 16 février 2017 au 22 février 2017


Otto Freundlich, Corps sphérique, 1925, pastel, coll. part. Photo: Rheinisches Bildarchiv Köln.

L'AIR DU TEMPS

Freundlich, martyr du Troisième Reich

COLOGNE - Quarante ans qu’il n’avait pas bénéficié d’une vraie rétrospective. Le musée Ludwig répare cet oubli en se penchant sur le cas d’Otto Freundlich (1878-1943). A la différence d’autres artistes persécutés, ce fou d’abstraction mais aussi militant communiste convaincu ne survécut pas à la folie nazie. Après avoir longtemps vécu en France, il fut déporté en tant que Juif et mourut dans le camp de Majdanek tandis qu’une grande partie de son œuvre disparut dans les autodafés. L’une de ses sculptures, une tête « primitive », avait d’ailleurs servi de couverture au fascicule qui accompagna en 1938 l’exposition sur l’art « dégénéré » et en vint à symboliser la production des artistes honnis. Cet apôtre des arts appliqués s’exprimait aussi bien au moyen de la peinture et de la sculpture que du vitrail ou du tapis. Outre les prêts du musée de Pontoise qui conserve le fonds d’atelier de l’artiste, l’une des pièces majeures de l’exposition est d’ailleurs la mosaïque du théâtre de Cologne (Naissance de l’homme, 1919) qui survécut miraculeusement à la guerre.
Otto Freundlich, Cosmic Communism au musée Ludwig, du 18 février au 14 mai 2017.

En savoir plus

EXPOSITIONS


Anonyme, publicité Bien sûr, crème-soda!, 1926, papier, chromolithographie, 46x29,5 cm. Musée national d'histoire de Saint-Pétersbourg Photo © avec appui Musée national Rosizo.

Bons baisers de Moscou

LONDRES - Lénine, Staline, Trotski et Zinoviev, certes, mais aussi Chagall, Malévitch et Kustodiev. La Révolution russe, dont on s’apprête à fêter le centenaire cet automne, a été un évident creuset artistique. De la photographie de Rodtchenko aux constructions de Tatline, en passant par l’inépuisable activité des affichistes, en voici un large panorama. Parmi les curiosités, on verra le Cercueil de Lénine, peint par Petrov-Vodkin en 1924, une œuvre presque gênante à l’époque (car Lénine était supposé éternel) et démodée aujourd’hui (la religion orthodoxe supplée de nouveau aux besoins de la foi), donc rarement exposée par la galerie Trétiakov…
Revolution. Russian Art 1917-1932 à la Royal Academy of Arts, du 11 février au 17 avril 2017.

En savoir plus


Eli Lotar, Portrait de l’actrice Wanda Vangen, 1929, épreuve gélatino-argentique d’époque, 24 x 17,9 cm. Centre Pompidou, Paris, MNAM-CCI. © Eli Lotar.

Lotar, pas que surréaliste

PARIS - Ami des surréalistes, compagnon de Germaine Krull, il est surtout réputé pour ses étonnantes images des abattoirs de la Villette. Ce qui n’épuise aucunement le talent éclectique d’Eli Lotar (1905-1969), talent venu de la mer Noire (il était Roumain). Il fut assistant de Buñuel sur un documentaire mémorable (Tierra sin pan), chroniqueur des miracles de la technique (locomotives chromées et polderisation de la Hollande), ami et collaborateur d’Antonin Artaud pour qui il produisit des photomontages de scène, ou observateur de la misère sociale dans son étonnant film consacré à Aubervilliers en 1945.
Eli Lotar au Jeu de paume, du 14 février au 28 mai 2017

En savoir plus

ET AUSSI

Malte, fille de la mer

BRUXELLES - Le titre est en anglais car jeu de mot moins efficace en français (« Terre de mer »). Comme son nom l’indique, l’exposition résume les rapports de l’île entre Europe et Afrique avec la Méditerranée. Les chevaliers, évidemment, mais avant eux, la civilisation mégalithique et après, Napoléon, Nelson et la défense héroïque sous les bombardements de la Seconde Guerre mondiale.
Malta, Land of Sea à Bozar, du 17 février au 28 mai 2017.

En savoir plus

Effets de volume

FRANCFORT - Comment rendre la troisième dimension sur une surface plane ? La question stimule depuis toujours les artistes mais elle a reçu de nouvelles réponses au XXe siècle dans le registre de l’art abstrait. Une sélection de treize artistes, d’El Lissitzky à Sol LeWitt, montre la variété des pistes explorées.
au Städel Museum, du 15 février au 14 mai 2017.

En savoir plus

Paolozzi, prince Pop

LONDRES - C’est l’un des papes du Pop Art anglais. Malgré son nom d’origine romaine, c’est bien la Grande-Bretagne qu’Eduardo Paolozzi (1924-2005) a représentée plusieurs fois à la Biennale de Venise. Quelque 250 œuvres - des bronzes aux collages et affiches au couleurs exubérantes.
Eduardo Paolozzi à la Whitechapel Gallery, du 16 février au 14 mai 2017.

En savoir plus

Bosch sur la lagune

VENISE - Un an après la célébration du 500e anniversaire de la mort de Jérôme Bosch, Venise montre ses trésors du peintre flamand, tout juste restaurés : le polyptyque et les deux triptyques (dont celui des « Saints Ermites ») conservés aux galeries de l’Accademia.
Bosch e Venezia au Palazzo Ducale, du 18 février au 4 juin 2017.

En savoir plus

LIVRES

Schneider, esprit libre

On se souvient de lui pour sa monumentale monographie de Matisse, qu’il refusa de voir éditée en livre de poche pour que les illustrations ne soient sacrifiées. Mais Pierre Schneider (1925-2013), détenteur d’un double doctorat de la Sorbonne (en histoire de l’art) et de Harvard (en langues romanes) était un érudit (spécialiste de Baudelaire et traducteur de de Quincey), qui s’intéressa aussi bien à l’art byzantin qu’aux graffitis du métro new-yorkais. La réédition de ses chroniques parues pendant près un tiers de siècle dans L’Express (1960-1992) montre une plume claire et un jugement acéré. Ici, il s’emporte contre le gâchis des Halles à Paris, ailleurs, il s’enthousiasme en de très longs articles (on n’en voit plus de ce calibrage !) sur la restauration de l’hôpital Santa Maria della Scala à Sienne. Il prévoyait déjà, alors qu’elle n’était qu’embryonnaire, la dictature des expositions temporaires au détriment des collections permanentes dans les grands musées, brocardant leur souhait généralisé de passer du statut de « Kunstmuseum » à celui de « Kunsthalle ». Et il concluait par un pessimiste : « Aujourd’hui, la qualité ne garantit plus le succès ; demain, la quantité y suffira. »
Le droit à la beauté, chroniques de L’Express (1960-1992), par Pierre Schneider, Hazan, 2017, 288 p., 25 €.

Achetez cet ouvrage chez Amazon

EN BREF

KARLSRUHE - La foire d'art contemporain Art Karlsruhe a lieu du 16 au 19 février 2017

En savoir plus

MADRID - La foire d’art contemporain ARCO a lieu du 22 au 26 février 2017.

En savoir plus

PARIS - Le Salon des artistes français a lieu du 15 au 19 février 2017 au Grand Palais.

En savoir plus

LES VERNISSAGES DE LA SEMAINE


LOUISE NEVELSON

16 février 2017 - LUGANO - Cortesi Gallery

Une trentaine d'œuvres de la grande prêtresse du collage sur bois, Louise Nevelson (1899-1980)

Notre sélection de nouvelles expositions

Pub Magnani Rocca

Biennale Thessalonique 2017

Fred Deux MBA Lyon

Abonnement (petit)

ANNONCER