Corail (Aquarium de Paris)

ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 478 - du 15 juin 2017 au 21 juin 2017

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 478 - du 15 juin 2017 au 21 juin 2017


Paul Cézanne, Montagnes en Provence (Le Barrage de François Zola), vers 1879, huile sur toile, 53,5 x 72,4 cm. Amgueddfa Cymru / National Museum of Wales, Cardiff - Gwendoline Davies Bequest, 1952 (exposition à la Fondation Gianadda).

L'AIR DU TEMPS

Du neuf sur Cézanne

MARTIGNY - Peut-on encore dire du nouveau sur un artiste aussi connu et recherché que Cézanne ? Le prix atteint par certaines de ses œuvres (les Joueurs de cartes, acquis en transaction privée par la famille du Qatar, à plus de 200 millions d’euros, serait l’un des trois tableaux les plus chers du monde) semble l’exclure. Pourtant, la Fondation Gianadda, sur la centaine d’œuvres réunies sous un titre inspiré de Mahler, a tenu le pari d’en présenter une dizaine jamais montrées au public. Il y a là des toiles de formation, copiées sur des artistes comme Lancret ou Prud’hon, une nature morte de jeunesse (Objet en cuivre et vase de fleurs) mais aussi des paysages du fameux petit port marseillais qui allait marquer l’art moderne comme ce Village des pêcheurs à l’Estaque, qui sera bientôt visible dans la collection permanente du musée de Philadelphie. La redécouverte d’un peintre avec des yeux neufs, le contact avec des toiles « fraîches », peu ou jamais vues : pour un peu, on se croirait catapulté aux temps héroïques de 1894, quand l’Etat français refusait les Cézanne que lui léguait Caillebotte…
Cézanne, le chant de la terre à la Fondation Gianadda, du 16 juin au 19 novembre 2017.

En savoir plus

EXPOSITIONS


Paul Cézanne, Autoportrait, vers 1880, crayon noir sur papier brun, 30,4x20,5 cm, Kunstmuseum Basel- Ankauf

Cézanne, côté papier

BÂLE - La plus grosse collection de dessins de Cézanne : au musée Granet d’Aix-en-Provence ? Au musée d’Orsay ? Au MoMA ? Au musée Pouchkine ? Pas du tout : au Kunstmuseum de Bâle ! Son cabinet d’arts graphiques contient la bagatelle de 154 feuilles de l’artiste, achetées pour l’essentiel dans les années trente auprès du marchand Werner Feuz, l’ensemble étant complété plus tard auprès des collectionneurs Martha et Robert von Hirsch. La difficulté avec les carnets est qu’ils sont volontiers démembrés et qu’il devient difficile de reconstituer le cheminement de l’artiste. Un fonds aussi important que celui du Kunstmuseum, peu montré car fragile, a permis de réassembler l’essentiel de cinq carnets différents. On y on voit Cézanne copier de maîtres anciens, croquer son fils, les paysages de sa région ou des natures mortes, ses sujets fétiches.
Cézanne révélé au Kunstmuseum, du 10 juin au 24 septembre 2017.

En savoir plus


Paul Cézanne, Madame Cézanne au fauteuil jaune, 1888-1890, huile sur toile, 116,5 × 89,5 cm. New York, The Metropolitan Museum of Art, The Mr. and Mrs. Henry Ittleson Jr. Purchase Fund, 1962, © Image courtesy of The Metropolitan Museum of Art, New York.

Cézanne, une galerie de portraits

PARIS - Encore des chiffres : Cézanne a peint quelque mille tableaux au cours de sa carrière mais seulement un cinquième sont des portraits. C’est pourtant un genre où il a laissé quelques œuvres mémorables : la fameuse représentation de son ami Achille Lemperaire, artiste estropié, refusée au Salon de 1870, le Garçon au gilet rouge, son jardinier, son oncle Dominique ou son ami Zola (avec lequel il se brouilla quand il se vit caricaturé dans L’Œuvre). Et évidemment sa compagne Hortense Fiquet, dont les images rassemblées composent une des plus belles salles de l’exposition : en rouge, en bleu, au jardin, au fauteuil jaune… Modèle de près de cinquante portraits, la modeste et discrète femme (1850-1922), qu’il n’épousa que tardivement, a acquis une gloire posthume qu’elle n’aurait jamais imaginée.
Portraits de Cézanne au musée d’Orsay, du 13 juin au 24 septembre 2017.

En savoir plus


John Singer Sargent, Santa Maria della Salute à Venise, vers 1904, aquarelle sur papier, 36,8 x 53,3 cm, Fundação Calouste Gulbenkian, Lisbonne.

Sargent à l’eau

DULWICH - C’est un Américain, né à Florence, mort à Londres, qui vécut une partie de sa vie à Paris et qui voyagea en Espagne et à Constantinople. Qui est-il ? John Singer Sargent (1856-1925), parfait représentant des artistes cosmopolites du XIXe siècle. D’une génération plus jeune que Cézanne, il en est un peu l’antithèse - mondain virevoltant et sans racines alors que l’Aixois était d’un caractère plutôt timide et cramponné à sa terre natale. Surtout connu comme portraitiste des grands du monde, Sargent, en prenant de l’âge, s’adonna de plus en plus à la technique de l’aquarelle. Elle lui donnait une liberté grisante, loin de ses obligations auprès de la bonne société. L’exposition rassemble une centaine de ces compositions - paysages de Venise ou de la campagne anglaise, personnages - jolies femmes ou soldats espagnols estropiés…
Sargent: the Watercolours à la Dulwich Picture Gallery, du 21 juin au 8 octobre 2017.

En savoir plus

LIVRES

Karpff, un maniaque du dessin

Son nom n’est plus connu que de quelques amateurs et spécialistes. Son maître (David) l’a éclipsé par sa propre célébrité et son enracinement local (à Colmar) a desservi son destin parisien. Heureusement, ce catalogue et une exposition au musée Unterlinden (jusqu’au 19 juin 2017) le remettent opportunément sur nos tablettes. Le lieu s’imposait : en plus d’être un artiste, Jean-Jacques Karpff (1770-1829) a aussi œuvré pour sauver le patrimoine en des temps où l’on n’hésitait pas à allumer quelque bûcher rédempteur. On lui doit en grande partie le sauvetage du fameux retable d’Issenheim (conservé au musée). Mais l’ouvrage rappelle surtout qu’il fut un dessinateur obsessionnel et virtuose, qui nous a laissé, au crayon, à l’encre de Chine et à l’aquarelle, souvent sous forme de miniatures très léchées, un catalogue de ses contemporains. Ses images sont des témoignages précieux sur l’habillement et les parures de l’époque, les redingotes, les spencers, les sautoirs, les mantelets, les coiffures à la Titus ou en oreilles de chien… Avis aux enquêteurs : son fameux portrait de Joséphine de Beauharnais, qui ne lui fut d’ailleurs jamais payé, n’a plus été revu depuis la vente de la collection du général Rapp en 1830…
Jean-Jacques Karpff, « Visez au sublime », sous la direction de Viktoria von der Brüggen et Raphaël Mariani, Hazan, 2017, 264 p., 39 €.

Achetez cet ouvrage chez Amazon

EN BREF

BÂLE - La foire d'art moderne et contemporain Art Basel a lieu du 15 au 18 juin 2017.

En savoir plus

FRANCE - La Saison colombienne en France ouvre le 23 juin et se tient jusqu’au 13 décembre 2017.

En savoir plus

LES VERNISSAGES DE LA SEMAINE


FESTIVAL PORTRAIT(S)

16 juin 2017 - VICHY

5e édition du festival dédié au portrait. Pouvez-vous identifier l'artiste Liu Bolin sur la photo (courtesy galerie Paris-Beijing) ?

Notre sélection de nouvelles expositions

Festival Lyons-la-Forêt bis

Festival Lyons-la-Forêt

Melnikov Villa Savoye

Musée Vix

Abonnement (petit)

ANNONCER