ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 498 - du 11 janvier 2018 au 17 janvier 2018

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 498 - du 11 janvier 2018 au 17 janvier 2018


Thomas Cole, Vue lointaine des chutes du Niagara, 1830, huile sur panneau, 47,9 x 60,6 cm, The Art Institute of Chicago (exposition au Metropolitan Museum, New York).

L'AIR DU TEMPS

10 EXPOSITIONS ORIGINALES EN JANVIER

En cette nouvelle année 2018, que nous accueillons en formulant les vœux traditionnels, les grandes rétrospectives n’auront pas de mal à attirer les foules (et nous aurons l’occasion de les traiter à l’occasion). Pour commencer l’hiver, saison du retrait et de la réflexion, voici un choix de rendez-vous moins médiatisés ou plus lointains, mais qui font grandement voyager…

EN FRANCE


Ladislav Sutnar, couverture pour "Traka’ jablek, Americký císa’" (La Charrette de pommes) de George Bernard Shaw - éd. Družstevní práce, Prague, 1932

Avant-gardes tchèques

BORDEAUX -La fermentation culturelle en Europe orientale entre les deux guerres a donné toute une série de créateurs de premier plan en d’innombrables domaines, de Kafka à Brancusi. Cette petite exposition, issue d’une collection privée, se concentre sur un secteur très particulier, les livres d’artistes à Prague, dans le reste de la Bohème et en Moravie dans les premières décennies du XXe siècle. Outre une ouverture notable sur le reste du monde, les pièces démontrent une inventivité graphique débridée et une imagination débordante : les robots, que l’on va bientôt célébrer au Grand Palais, ont été baptisés par un écrivain du cru, Karel Capek.
L’image-livre. Editeurs et artistes de l’avant-garde tchèque, au musée des Arts décoratifs, du 25 janvier au 6 mai 2018.

En savoir plus

Dumb Type, provocations niponnes

METZ - La Saison japonaise qui va toucher toute la France au printemps, pour célébrer les 160 ans des relations diplomatiques entre les deux pays, s’ouvre avec cinq installations provocantes de Dumb Type, fondé en 1984 par des étudiants d’art de Kyoto. Critiquant en même temps qu’utilisant massivement les nouvelle technologies de l’information, de la lumière, du son, le groupe, qui a perdu dès 1995 sa figure de proue, Teiji Furuhashi (mort du sida), a continué à jouer strictement la carte du collectif.
Dumb Type au Centre Pompidou, du 20 janvier au 14 mai 2018.

En savoir plus

EN EUROPE


Karl Brioullov, Portrait de la grande-duchesse Maria Nikolaïevna, huile sur toile, 60,2 x 48 cm, galerie Trétiakov, Moscou.

Brioullov, âme de la Trétiakov

MOSCOU - Il fut l’un des artistes préférés de Pavel Trétiakov, qui légua sa collection à la ville de Moscou en 1892 et qui devint le célèbre musée du même nom, conservatoire de la peinture russe. Karl Briullov (1799-1852) excella aussi bien dans le portrait que dans les scènes allégoriques ou les paysages italiens, et sut combiner la tradition russe avec les influences occidentales (de Van Dyck, entre autres). La galerie Trétiakov bâtit une rétrospective autour des 26 œuvres qu’elle possède.
Karl Brioullov, à la galerie Trétiakov, du 24 janvier au 24 juin 2018.

En savoir plus

L’odeur de la révolution

WAKEFIELD (Grande-Bretagne) - Commencée en 1946, la collection de l’Arts Council de Grande-Bretagne compte aujourd’hui quelque 8000 œuvres. Une sélection de tableaux et de sculptures engagés, représentatifs des courants de la « contre-culture » des années 60 et 70, est présentée dans le cadre d’un jardin de sculptures pionnier. On ne voit (ou entend) à l’extérieur qu’une pièce de Susan Philipsz, The Internationale. Le reste se découvre à l’intérieur, notamment une sélection datant de 1977, véritable année « anti-capitaliste » qui vit la création du jardin de sculptures et l’éclosion de la scène punk à Londres, comme Destroy London de Knorr et Richon.
Revolt and Revolutions au Yorkshire Sculpture Park, du 6 janvier au 15 avril 2018.

En savoir plus


Masque funèbre en cuivre recouvert de feuille d'or, culture lambayeque, Pérou, 1200, 26 cm. Courtesy Fondazione Ligabue, Venise.

Art précolombien sur la Lagune

VENISE - On fêtera en 2019 le centenaire de la société Ligabue, un empire dans les services navals, basé à Venise. Son dirigeant emblématique, Giancarlo Ligabue (1931-2015), fut entrepreneur mais aussi anthropologue (détenteur d’un doctorat de la Sorbonne) qui mena de multiples fouilles sur les hominidés. La fondation (depuis 2016, autrefois centre d’études et de recherches) comprend aussi bien un dinosaure que des objets pré-incas du site de Sipán au Pérou. C’est ce pan précolombien de la collection (maya et aztèque mais aussi chimu, moche, quimbaya, etc.) qui est mis en avant au palazzo Loredan, siège d’une vénérable société savante vénitienne, après avoir été montré à Florence et à Naples.
Il mondo che non c’era au Palazzo Loredan, du 12 janvier au 30 juin 2018.

En savoir plus

Blake à la mer

PETWORTH (Grande-Bretagne) - Le visionnaire peintre et poète William Blake (1757-1827) a passé toute sa vie à Londres, hormis trois ans (1800-1803) dans le Sussex, dans un cottage de la côte, à Felpham, qu’il décrivit comme l’endroit le plus délicieux au monde. Non loin, Petworth House, demeure du National Trust, ressuscite ce séjour fécond avec les œuvres qui peuvent lui être rattachées, comme Satan rassemblant ses légions.
Blake in Sussex, à Petworth House, du 13 janvier au 25 mars 2018.

En savoir plus


Carlo Mollino, Mimì Schiagno, vers 1952-1960, (Archives du Politecnico de Turin, Bibliotèque Roberto Gabetti, Fonds Carlo Mollino).

Mollino derrière l’objectif

TURIN - Talent multiforme, architecte et designer, mariant génie technologique (il a mis au point un bolide, le Bisiluro ou bi-torpille pour participer aux 24 Heures du Mans 1955) et provocation érotique (avec ses nombreux polaroïds), Carlo Mollino (1905-1973) est inclassable. La photographie a été l’une de ses passions dominantes, dont cette exposition détaille l’évolution en quelque 500 images, de 1934 à 1973.
L’occhio magico di Carlo Mollino, à Camera, Centro Italiano per la Fotografia, du 18 janvier au 13 mai 2018.

En savoir plus

Mode du monde et de Suède

STOCKHOLM - Le monde secret (en partie, seulement !) de la haute couture continue d’exciter l’imagination. L’exposition présente des pièces de Balmain ou Alexander Mc Queen mais est surtout intéressante pour son volet suédois - les créateurs Pär Engsheden and Bea Szenfeld ou les robes de Selma Lagerlöf, bien moins connues que son Nils Holgersson…
Secrets of couture au musée Sven-Harrys, du 26 janvier au 2 avril 2018.

En savoir plus

DANS LE MONDE


Michel Sittow, Portrait de Diego de Guevara (?), vers 1515/1518, huile sur panneau, National Gallery of Art, Washington, Andrew W. Mellon Collection.

Michel Sittow, un Estonien

WASHINGTON - Tout le monde n’arrive pas à situer l’Estonie sur une carte. Et même les plus érudits auraient du mal à mentionner un seul artiste estonien… En voici un dont le nom mérite d’être retenu et que le musée américain (avant le musée Kumu de Tallin à l’été prochain) s’exerce à sortir de son anonymat. Michel Sittow, qui vécut de 1469 à 1525, originaire de Revel (l’ancien nom de Tallinn) fut un véritable cosmopolite. Etudiant chez Hans Memling à Bruges, il eut ensuite une carrière européenne, produisant portraits et tableaux religieux, qui plaisaient notamment aux rois d’Aragon et de Castille. Son corpus se réduit à une quarantaine de tableaux, largement éparpillés à travers le monde. Près de la moitié de sa production est ici présentée, ce qui signifie 16 tableaux provenant de… 14 villes et collections différentes.
Michel Sittow: Estonian Painter at the Courts of Renaissance Europe, à la National Gallery, du 28 janvier au 13 mai 2018.

En savoir plus

Les voyages de Cole

NEW YORK - Animateur de la Hudson River School, il incarne le paysagisme américain à ses débuts. Pourtant, Thomas Cole (1801-1848) était Anglais et n’est arrivé aux Etats-Unis qu’à 17 ans, avant de retourner faire un Grand Tour en Italie. C’est cette dimension voyageuse qui fait l’objet de l’exposition, qui confronte ses œuvres (vues du Niagara aussi bien que du Colisée de Rome, sa fameuse série sur le Destin de l’Empire) à celles de contemporains comme Constable, Turner, Loutherbourg ou, côté américain, Church et Durand.
Thomas Cole’s Atlantic Crossings au Metropolitan Museum, du 30 janvier au 13 mai 2018.

En savoir plus

EN BREF

LONDRES - La London Art Fair a lieu du 17 au 21 janvier 2018.

En savoir plus

PALM BEACH - La foire Palm Beach Modern and Contemporary a lieu du 12 au 15 janvier 2018.

En savoir plus

PARIS - Le salon Museum Connections a lieu à la Porte de Versailles les 17 et 18 janvier 2018.

En savoir plus

SAN FRANCISCO - La FOG Design+Art Fair a lieu à San Francisco, du 11 au 14 janvier 2018.

En savoir plus

LES VERNISSAGES DE LA SEMAINE


MARCO GODINHO

13 janvier 2018 - ANNECY - Fondation Salomon

Un travail sur l'absence et la mémoire

Notre sélection de nouvelles expositions en galeries

Abonnement (petit)

ANNONCER