ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 561 - du 9 janvier 2020 au 15 janvier 2020

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 561 - du 9 janvier 2020 au 15 janvier 2020


Cosmè Tura, Saint Georges, 1460-1465. Fondazione Giorgio Cini, Galleria di Palazzo Cini, Venise.

EXPOSITIONS

Mantegna et ses amis

TURIN - Le corps du Christ dans un raccourci vertigineux ? C'est lui (à Brera, à Milan). Le plus beau des saint Sébastien ? Encore lui (au Louvre). Les fresques de la Chambre des Zpoux à Mantoue ? Toujours lui. Andrea Mantegna (1431-1506) est l'un des créateurs les plus reconnaissables de la Renaissance, avec ses lignes incisives, le naturalisme de ses visages, et ses paysages en toile de fond, durs, anguleux, comme cristallisés. L'exposition propose un panorama de sa production, sans la dissocier des créateurs de son époque, collègues (comme le Ferrarais Cosmè Tura au trait encore plus grinçant) ou amis (comme Giovanni Bellini, son beau-frère). Elle réunit des œuvres venues de loin (New York, Cincinnati, Vienne, Berlin, Paris) mais aussi de plus près, Venise, Milan et, bien sûr Mantoue, où le peinture fut au cœur d'un cénacle d'intellectuels favorisés par la dynastie des Gonzague. L'une des pièces maîtresses est constituée par les fragments des fresques de la chapelle Ovetari, bombardées pendant la Seconde Guerre mondiale et patiemment restaurées depuis...
Mantegna au Palazzo Madama, jusqu'au 4 mai 2020.

En savoir plus

Colbert & Co

SCEAUX - La ville dédie une année aux Colbert et au plus célèbre d'entre eux, Jean-Baptiste (1619-1683), le ministre de Louis XIV, qui s'y constitua un domaine dont il reste le parc à la française et le pavillon de l'Aurore. L'exposition dans le château montre son appétit pour l'art (il posséda l'une des plus belles collections de son temps, dont un Carrache porte témoignage) et la littérature, et passe en revue ses descendants, de calibre politique et intellectuel moins spectaculaire mais néanmoins remarquable.
Colbert au domaine départemental de Sceaux, jusqu'au 12 avril 2020.

En savoir plus


Vladimir Velickovic, Danger, 2018, huile sur toile, 250×500 cm Collection particulière Photo © Zarko Vijatovic © Adagp, Paris 2019.

Sombre Velickovic

LANDERNEAU - Disparu le 29 août dernier à l'âge de 84 ans, il était animé par un véritable sentiment tragique de la vie, nourri par les tumultes du XXe siècle et notamment ceux de sa terre d'origine (né à Belgrade, il s'était installé à Paris au milieu des années soixante). Première grande rétrospective depuis celle des Abattoirs en 2011, cette réunion d'une soixantaine d'œuvres vaut hommage posthume.
Velickovic au Fonds pour la culture Hélène et Edouard Leclerc, jusqu'au 26 avril 2020.

En savoir plus

Fortes femmes des fifties

RODEZ - Au lendemain de la guerre, elles apportent leur pierre à l'édifice de l'expressionnisme abstrait américain, comme Helen Frankenthaler, Elaine de Kooning puis Joan Mitchell. En France, la même floraison d'artistes femmes de l'abstraction se produit : l'exposition en présente un beau florilège, dont certaines représentantes sont encore avec nous, à près de 100 ans, comme Geneviève Asse ou Judith Reigl.
Femmes années 50 au musée Rodez jusqu'au 20 mai 2020.

En savoir plus

LIVRES

Le goût des arbres

C'est un ouvrage mythique, autrefois paru chez Gabriele Mazzotta à Milan et que la Fondation Cartier a réédité à l'occasion de son exposition sur les arbres, qui a attiré plus de 200 000 visiteurs. Le couple d'architectes italiens - lui né en 1935, elle née en 1937 mais décédée en 2008 - y synthétisent la passion qui les a animés pendant une bonne partie de leur vie pour les arbres. Sollicités pour créer des parcs, leur démarche est « totale » : ils voyagent pour découvrir les essences, les mesurent, les dessinent à la plume avec une précision diabolique (et toujours à l'échelle 1/100), étudient les variations de leurs couleurs et les ombres portées par leurs fûts. Amateurs de gymnospermes ou d'angiospermes dicotylédones, il faudra réviser votre Gaffiot : les noms sont en latin, seule langue encore universelle pour la taxinomie... mais les admirables dessins se comprennent sans paroles.
L'architecture des arbres, par Cesare Leonardi et Franca Stagi, Fondation Cartier pour l'art contemporain, 2019, 422 p., 95 €.

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Abonnement (petit)

ANNONCER