Pulsart 2017

Corail (Aquarium de Paris)

Koplowitz

ANNONCER

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 478 - du 15 juin 2017 au 21 juin 2017


Paul Cézanne, Montagnes en Provence (Le Barrage de François Zola), vers 1879, huile sur toile, 53,5 x 72,4 cm. Amgueddfa Cymru / National Museum of Wales, Cardiff - Gwendoline Davies Bequest, 1952 (exposition à la Fondation Gianadda).

LIVRES

Karpff, un maniaque du dessin

Son nom n’est plus connu que de quelques amateurs et spécialistes. Son maître (David) l’a éclipsé par sa propre célébrité et son enracinement local (à Colmar) a desservi son destin parisien. Heureusement, ce catalogue et une exposition au musée Unterlinden (jusqu’au 19 juin 2017) le remettent opportunément sur nos tablettes. Le lieu s’imposait : en plus d’être un artiste, Jean-Jacques Karpff (1770-1829) a aussi œuvré pour sauver le patrimoine en des temps où l’on n’hésitait pas à allumer quelque bûcher rédempteur. On lui doit en grande partie le sauvetage du fameux retable d’Issenheim (conservé au musée). Mais l’ouvrage rappelle surtout qu’il fut un dessinateur obsessionnel et virtuose, qui nous a laissé, au crayon, à l’encre de Chine et à l’aquarelle, souvent sous forme de miniatures très léchées, un catalogue de ses contemporains. Ses images sont des témoignages précieux sur l’habillement et les parures de l’époque, les redingotes, les spencers, les sautoirs, les mantelets, les coiffures à la Titus ou en oreilles de chien… Avis aux enquêteurs : son fameux portrait de Joséphine de Beauharnais, qui ne lui fut d’ailleurs jamais payé, n’a plus été revu depuis la vente de la collection du général Rapp en 1830…
Jean-Jacques Karpff, « Visez au sublime », sous la direction de Viktoria von der Brüggen et Raphaël Mariani, Hazan, 2017, 264 p., 39 €.

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Voir la Newsletter complète

Taschen vente privée juin 2017

Expo Tézenas à Mantes (Bauret)

Melnikov Villa Savoye

Françoise Petrovitch Campredon

Musée Vix

Abonnement (petit)

ANNONCER