Massacre innocents Chantilly

ANNONCER

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 495 - du 7 décembre 2017 au 13 décembre 2017


Beate et Serge Klarsfeld viennent perturber les obsèques de Xavier Vallat, ancien commissaire général aux questions juives et figure de l’extrême-droite antisémite, à Pailharès. 8 janvier 1972 Photo Elie Kagan, Coll. Klarsfeld

Les Klarsfeld : ne pas oublier

PARIS - On s’en inquiète ponctuellement, davantage ces derniers temps : la résurgence du néo-nazisme a été signalée par des quotidiens comme The Guardian en Grande-Bretagne ou La Repubblica en Italie. Elle se nourrit de la montée des mouvements identitaires et nationalistes, et des doutes sur l’utilité de la construction européenne. La banalisation du mal ne date pas d’aujourd’hui et une mise en perspective rappelle que le combattre n’était pas plus facile au lendemain de la guerre. A l’époque, les anciens dignitaires nazis occupaient des postes de responsabilité et il en fallut de l’audace pour gifler en 1968 le chancelier ouest-allemand Kiesinger, qui avait été l’un des artisans de la propagande du Reich à la radio ! C’est ce que fit Beate Klarsfeld au congrès du parti démocrate-chrétien. L’exposition montre le rôle qu’elle a joué depuis un demi-siècle avec son mari Serge pour continuer à traquer les responsables du régime, d’Allemagne au Paraguay, et les obstacles (procès, emprisonnement, diffamation) à surmonter. Beaucoup auraient préféré enterrer les fautes passées dans l’euphorie des Trente Glorieuses. Mais l’oubli de l’histoire est bien le terreau des nouvelles xénophobies…
Beate et Serge Klarsfeld, les combats de la mémoire au Mémorial de la Shoah, du 7 décembre 2017 au 29 avril 2018.

En savoir plus

Voir la Newsletter complète

Biennale Thessalonique 2017

Fred Deux MBA Lyon

Abonnement (petit)

ANNONCER