Massacre innocents Chantilly

ANNONCER

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 495 - du 7 décembre 2017 au 13 décembre 2017

10 regards sur Capodimonte

NAPLES - Les musées sont un palimpseste, une accumulation d’objets, dont on remet rarement en cause la pertinence et la valeur, surtout en Europe où le principe de l’inaliénabilité des collections est souverain. En laissant le temps comme juge suprême, il permet certes de sauvegarder des ensembles qui auraient pu être dispersés, mais il empêche souvent un regard iconoclaste - pourtant très nécessaire… Le musée de Capodimonte, un des musées universels du Vieux Continent, a trouvé une solution intermédiaire (déjà expérimentée ailleurs, par exemple avec Philippe Djian au Louvre). Il a choisi de bouleverser partiellement ses collections en demandant à dix commissaires invités d’y puiser pour constituer leur propre micro-musée. Au long des dix salles concoctées par l’historien Marc Fumaroli, l’artiste Giulio Paolini, l’industriel Gianfranco D’Amato, le chef d’orchestre Riccardo Muti et six autres intervenants, les choix sont autant d’éclairages, de points de vue qui remettent en cause l’ordre établi.
Carta bianca au musée de Capodimonte, du 11 décembre 2017 au 17 juin 2018.

En savoir plus

Voir la Newsletter complète

Biennale Thessalonique 2017

Fred Deux MBA Lyon

Abonnement (petit)

ANNONCER