ANNONCER

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 502 - du 8 février 2018 au 14 février 2018


Teodoro Wolf Ferrari, L'Ile mystérieuse, 1917, huile sur toile, 76x97 cm, collection particulière (exposition à Conegliano).

REDÉCOUVERTE ITALIENNE

Wolf Ferrari, délicieuse décadence

CONEGLIANO - Spontanément, on le rapprocherait de Böcklin et de sa fameuse Ile des morts… A raison, car le Vénitien Teodoro Wolf Ferrari (1878-1945), qui a étudié à Munich, s’est imprégné tout jeune des effluves symbolistes et décadents. Il les applique dans une peinture de paysage où, sous des ciels lourds, au-dessus de vagues grondantes, entre les feuilles de bouleaux argentés, passent des esprits… Mal connu chez lui, encore plus mal à l’étranger, Wolf Ferrari, d’une famille raffinée (son frère était compositeur), a aussi subi l’influence de Klimt. En 1910, les deux peintres bénéficient de rétrospectives simultanées à Venise, Klimt à la Biennale et Wolf Ferrari à la Ca’ Pesaro. Il termine sa vie en croquant inlassablement les doux piémonts vénitiens.
Teodoro Wolf Ferrari, la modernità del paesaggio, au Palazzo Sarcinelli, du 2 février au 24 juin 2018.

En savoir plus

Voir la Newsletter complète

Abonnement (petit)

ANNONCER