ANNONCER

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 511 - du 12 avril 2018 au 18 avril 2018


Intérieur de Punta della Dogana, avec vue du rideau Blood de Félix Gonzalez-Torres (1992). Photo R. Pic

LIVRES

L’axe Gide-Malraux

On voit Malraux tellement occupé à bâtir son personnage et sa légende qu’on oublie que ce grand individualiste a pu bâtir des amitiés durables. Au contraire de celles d’aujourd’hui qui ne laisseront aux générations futures que du vent (ou peut-être des bribes de mails conservées sur un miraculeux disque dur), celles d’autrefois, basées sur l’antique papier, ont bravé le temps. C’est ce que démontre ce volume qui recense les échanges entre l’aventurier hyperactif et son aîné, plus casanier (hormis une fameuse expédition au Congo et l’immanquable voyage en URSS). De 1922 à 1951, jusqu’à la mort de l’aîné, ils s’écrivent, se rencontrent rue Vaneau, discutent littérature (Malraux, beaucoup plus jeune, sera l’éditeur de Gide chez Gallimard) et mènent un combat commun (contre le fascisme), prouvant qu’ils partageaient beaucoup plus qu’un simple prénom. A noter qu’une exposition « Malraux, éditeur extraordinaire se tient à la galerie Gallimard du 19 avril au 19 mai.
André Gide et André Malraux. L’amitié à l’œuvre (1922-1951), par Jean-Pierre Prévost, 248 p., 35 €.

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Voir la Newsletter complète

Abonnement (petit)

ANNONCER