ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 533 - du 8 novembre 2018 au 14 novembre 2018 > Campana, la plus belle collection du monde ?

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 533 - du 8 novembre 2018 au 14 novembre 2018


Paolo di Dono, dit Uccello, La Bataille de San Romano la contre-attaque de Micheletto da Cotignola. Vers 1435-1440, Paris, musée du Louvre, département des Peintures© RMN-Grand Palais.

L'AIR DU TEMPS

Campana, la plus belle collection du monde ?

PARIS – Jabach, La Caze, Crozat, Fesch… Ces noms oubliés du grand public recouvrent des collections majeures qui ont permis d’accroître de manière spectaculaires les fonds des musées français. Par ses dimensions et sa qualité, la collection du marquis Giampietro Campana (1808-1880) se distingue. Au milieu du XIXe siècle, cet aristocrate romain, qui dirige « ma Tante », c’est-à-dire le mont-de-piété, réussit à rassembler un ensemble colossal de plus de 12 000 œuvres, avec une ambition encyclopédique. Il en remplit son palais du Corso, mais aussi le siège du mont-de-piété, et doit même louer des dépôts pour les y entasser ! Tout en faisant preuve d’audace : il est l’un des premiers à s’intéresser aux céramiques utilitaires. Accusé et jugé pour malversations, il voit ses trésors saisis par l’Etat pontifical et vendus en 1861. L’Italie n’en garde qu’une part minime (les monnaies), l’Angleterre réussit à s’emparer de belles statues et les tsars de Russie font mieux en empochant 800 œuvres. Le grand gagnant est Napoléon III qui, dans une magistrale opération de diplomatie culturelle, met la main sur quelque 10 000 œuvres, qui vont enrichir le Louvre mais aussi irriguer des dizaines de musées en province. Pour la première fois, un ensemble significatif est rassemblé (environ 500 pièces), en suivant le classement en 12 catégories choisi par Campana (qui fut aussi un pionnier de l’inventaire et des catalogues). Quelques échantillons permettront de mesurer l’estampille Campana au Louvre : le bas-relief de marbre de l’Ara Pacis, le sarcophage étrusque des Epoux, la Croix peinte de Giotto, la Bataille de San Romano de Paolo Uccello, les nombreuses « plaques Campana » en terre cuite ou encore le doigt colossal de Constantin, en alliage cuivreux, identifié cette année. Réajusté à la main de l’empereur après des siècles de séparation, c’est la véritable star du moment…
Un rêve d’Italie. La collection du marquis Campana au musée du Louvre, du 7 novembre 2018 au 18 février 2019.

En savoir plus

Voir la Newsletter complète

Abonnement (petit)

ANNONCER