ANNONCER

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 537 - du 6 décembre 2018 au 12 décembre 2018


Giovanni Bellini, L’Agonie au Jardin des oliviers, vers 1458-60, détrempe à l’œuf sur bois, 80,4 × 127 cm, The National Gallery, Londres.

LIVRES

Le mystère Lequeu

Voilà un homme énigmatique, et qui le sera encore davantage après la lecture de cet ouvrage – c’est la promesse tenue par l’auteur, qui suit depuis des décennies ce dessinateur et architecte utopiste, de la classe de Ledoux. Pour escorter ce Jean Jacques Lequeu (1757-1826) auquel le Petit Palais consacre une exposition la semaine prochaine, sont convoqués aussi bien ses contemporains Charles Fourier et Brillat-Savarin que des épigones inattendus comme Marcel Duchamp ou Salvador Dalí, jusqu’à Michel Foucault ou le terrible Manfredo Tafuri, professeur vénitien qui fut le directeur de thèse de l’aueur… Une bonne partie de la vie de Lequeu reste nimbée de mystère – ses constructions et même les dates de son voyage en Italie. Se surnommant un assis de bibliothèque, lisant et écrivant la nuit, il aurait élaboré une bonne partie de son œuvre dans un bordel du passage du Grand-Cerf… Formé à l’école gratuite de dessin de Rouen, il invente dans son Architecture civile des temples, des cavernes, des chapelles, des pavillons géométriques idéaux, mais aussi des dessins très inconvenants…
Jean Jacques Lequeu. Dessinateur en architecture, par Philippe Duboÿ, Gallimard, 2018, 320 p., 26 €.

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Voir la Newsletter complète

Abonnement (petit)

ANNONCER