ANNONCER

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 540 - du 10 janvier 2019 au 16 janvier 2019


Pierre Bonnard, L'Atelier au mimosa, 1939-46, huile sur toile, 127,5 x 127,5 cm. Musée National d'Art Moderne -Centre Pompidou. Photo © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais.

Bonnard, grand de la couleur

LONDRES – En 1912, Bonnard a déjà 45 ans. A son âge, plus d’un artiste a déjà achevé sa trajectoire. Pas lui, et c’est d’ailleurs le point de départ de cette rétrospective, qui entend bisser le succès de celle de 1998 (276 000 visiteurs à la Tate Gallery). Il lui reste 35 ans à vivre et il va les dédier à sa muse (si l’on excepte Marthe, la femme solitaire avec qui il vécut et se maria sur le tard, ou ses amantes passagères) : la couleur. L’ancien nabi, l’ancien impressionniste, en fait son combat primordial, se mesurant à distance avec l’ami Matisse. Paysages de France ou d’Italie, nus et scènes intimes, natures mortes. Ses pinceaux dégouttent de pigments et influenceront fortement les peintres américains de l’après-guerre, Rothko, Milton Avery ou Philip Guston.
Pierre Bonnard. The Colour of Memory à la Tate Modern, du 23 janvier au 6 mai 2019.

En savoir plus

Voir la Newsletter complète

Abonnement (petit)

ANNONCER