ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 547 - du 11 mars 2019 au 17 mars 2019 > La soif de l’Orient, un mirage sans cesse renouvelé

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 547 - du 11 mars 2019 au 17 mars 2019


Andrea del Verrocchio, Jeune Femme aux fleurs, vers 1475, marbre, 59 x 46 x 24 cm. Florence, Museo Nazionale del Bargello, dépôt du ministère des Biens culturels.

EXPOSITIONS

La soif de l’Orient, un mirage sans cesse renouvelé

PARIS – L’Orient peut être extrême ou proche, il est toujours compliqué ! Est-ce de là que vient la fascination qu’il exerce depuis toujours sur nos esprits ? Les mirages de Marco Polo, de la soie et de l’opium ont été peu à peu supplantés par ceux du harem, du narguilé, et du désert… L’Orient littéraire et pictural est celui qui est à nos portes, du Sud de la Méditerranée jusqu’à la Turquie, avec Istanbul – mieux nommée Constantinople – comme l’un de ses aimants majeurs. Empruntant les pas de vrais voyageurs comme Loti, Delacroix et Fromentin ou de voyageurs en chambre comme Ingres, l’exposition fait le point sur cet amour capable de résister aux chambardements de la géopolitique – indépendances ou terrorisme islamiste. Tout n’est pas rose dans les visions que transmettent les peintres – la dimension cruelle de ces contrées éclate dans le Pays de la soif de Fromentin ou la Mort de Sardanapale de Delacroix. Mais les images de volupté s’imposent néanmoins, notamment le mythe du bain turc avec ses langoureuses femmes nues. L’exposition en propose un choix varié, de l’inévitable Ingres jusqu’aux moins connus Debat-Ponsan et Migonney. Sans oublier Vallotton, qui leur donne des têtes incongrues de Parisiennes à la piscine…
L’Orient des peintres au musée Marmottan Monet, du 7 mars au 21 juillet 2019.

En savoir plus

Voir la Newsletter complète

Abonnement (petit)

ANNONCER