ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 550 - du 1 avril 2019 au 18 avril 2019 > Kokoschka, une certaine idée de la liberté

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 550 - du 1 avril 2019 au 18 avril 2019


Henri II, huile sur panneau cintré vers le haut, postérieurement agrandi et mis au rectangle, vers 1555. Musée Crozatier, Le Puy-en-Velay.

EXPOSITIONS

Kokoschka, une certaine idée de la liberté

VIENNE – Le sous-titre de l’exposition est quasiment un manifeste. Oskar Kokoschka (1886-1980), à l’extraordinaire longévité, acteur des avant-gardes, témoin des bouleversements et des guerres qui ont déchiré le continent, est présenté comme un « Européen » et comme un « migrant », deux statuts qui traversent de concert une phase difficile. Personnalité complexe, polémique, il incarne la difficulté d’établir des catégories trop simplistes tant il apparaît comme un Janus dans ses rapports avec les femmes (on connaît l’histoire extraordinaire de la poupée qu’il se fit faire avec les traits d’Alma Mahler), son propre pays (l’Autriche) ou encore la peinture et le choix entre abstraction et figuration. Avec quelque 250 œuvres, le portrait de cet artiste ressemble donc à une mosaïque. Son existence agitée, romanesque – champion de l’expressionnisme, blessé à la tête pendant la Première Guerre mondiale, peintre « dégénéré » qui doit fuir Vienne pour Prague et Londres avant de s’établir en Suisse -, il s’est aussi bien exprimé en peinture qu’en gravure, poésie ou théâtre. Pacifiste, c’est un parfait Européen à la Zweig, une de ces vigies dont on n’écoute plus les annonces prémonitoires…
Kokoschka, Expressionist, Migrant, European au Leopold Museum, du 6 avril au 8 juillet 2019.

En savoir plus

Voir la Newsletter complète

Abonnement (petit)

ANNONCER