ANNONCER

Accueil > Nos livres d'art > Photographie > Araki enfin, l’homme qui ne vécut que pour aimer

PHOTOGRAPHIE

Araki enfin, l’homme qui ne vécut que pour aimer

Philippe Forest

Avec ses femmes nues et impudemment offertes, que l’on classerait plus volontiers dans la pornographie que dans l’érotisme, le photographe Araki sent le soufre. Derrière cette obsession pour le sexe de la femme, on peut trouver une blessure intime (la mort de son épouse) ou des racines anciennes (« J’ai pris ma première photo en me retournant lorsque je suis sorti du ventre de ma mère », a-t-il coutume de dire). Le personnage - né en 1940 à Tokyo - est en tout cas étonnant, qui a commencé par une carrière de publicitaire, pour s’essayer à la photographie sociale avec des images de gamins de quartiers populaires avant de connaître une notoriété mondiale pour sa série Tokyo Lucky Hole. Cette biographie distanciée, qui convoque pêle-mêle les haikus japonais et Mishima, Roland Barthes, de Sica et Andy Warhol, explique pourquoi Araki a produit un « Autoportrait en forme de planche à pain ». Et bien d’autres choses… Illustré – et pas seulement de photos crues – l’ouvrage est une introduction excentrique à une œuvre-fleuve : plusieurs dizaines de milliers de clichés, dont la publication occupait déjà 20 volumes en 1996.

• Araki enfin, l’homme qui ne vécut que pour aimer par Philippe Forest, Gallimard, collection Art et artistes, 2008, 160 p., 25 €, ISBN : 978-2-07-012025-3

Araki enfin, l’homme qui ne vécut que pour aimer - Philippe Forest


Critique parue dans la newsletter N° 103 - du 25 septembre 2008 au 1 octobre 2008

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Achetez cet ouvrage à La FNAC

Abonnement (petit)

ANNONCER