ANNONCER

Accueil > Nos livres d'art > Architecture, Urbanisme > Paris 1950, un âge d’or de l’immeuble

ARCHITECTURE, URBANISME

Paris 1950, un âge d’or de l’immeuble

Simon Texier

On connaît bien (au moins de nom) les architectes de l’entre-deux-guerres et de la reconstruction, puis les stars de la fin du siècle : d’un côté Le Corbusier, Perret ou Mallet-Stevens, de l’autre Portzamparc, Nouvel ou Perrault. Pour ceux qui sont coincés entre ces deux périodes, c’est un peu le purgatoire. Ce livre les en fait provisoirement sortir en s’attaquant à une thématique a priori ardue : l’immeuble parisien de la décennie 1950. Sous forme de dictionnaire, il fait redécouvrir Jean Ginsberg et Jean Dubuisson, et fait comprendre la nouvelle importance décorative de l’allège (espace entre le plancher et la fenêtre), du poteau ou des stores. La question fondamentale du gabarit – jusqu’à quelle hauteur peut-on construire ? – est notamment abordée dans les articles «alignement» et «gradins». Dans le règlement de 1950, le choix de construire haut sans obscurcir des rues étroites a abouti à ce compromis bâtard de surélévations en retrait, qui donne un profil de pyramide au bâti de l’époque…


Paris 1950, un âge d’or de l’immeuble, par Simon Texier, éditions du pavillon de l’Arsenal, 2010, 27 €. A voir : l’exposition au pavillon de l’Arsenal jusqu’au 7 novembre 2010.

Paris 1950, un âge d’or de l’immeuble -  Simon Texier


Critique parue dans la newsletter N° 188 - du 7 octobre 2010 au 13 octobre 2010

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Achetez cet ouvrage à La FNAC

Abonnement (petit)

ANNONCER