ANNONCER

Accueil > Nos livres d'art > Marché de l'art > Drouot, l’art et les enchères 2010

MARCHé DE L'ART

Drouot, l’art et les enchères 2010

L’hôtel Drouot en a suffisamment entendu sur son incapacité à s’adapter et à tenir le rythme des maisons anglo-saxonnes installées depuis une dizaine d’années sur le sol français… Certes, l’enchère moyenne est modeste mais la variété des biens mis en vente est inégalable : c’est l’argument de fond des commissaires-priseurs parisiens. Cet ouvrage en est un peu l’illustration. Il recense les plus belles enchères de l’année écoulée : aussi bien les records que les collections exceptionnelles. S’y côtoient donc, pour aboutir aux 413 millions € obtenus sur douze mois, la copie manuscrite d’une grammaire arabe de 1120 (2 millions €), une commode de Joseph (1,6 millions €), un livre d’heures à l’usage du diocèse d’Amiens (100 000 €) ou un bracelet articulé de Jean Dunand (17 000 €). De la Russie à l’Afrique, de l’Antiquité à nos jours, du tout petit (montre à tact Bréguet, 78 000 €) au très grand (une verrière de quatorze panneaux en verre cathédrale, 69 000 €, ou un tronçon de l’escalier de la tour Eiffel, 105 000 €), on pense évidemment au slogan de la feue Samaritaine : on trouve de tout à Drouot…


Drouot, l’art et les enchères 2010, Drouot Holding, 2010, 386 p., 65 €

Drouot, l’art et les enchères 2010 -


Critique parue dans la newsletter N° 207 - du 3 mars 2011 au 9 mars 2011

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Achetez cet ouvrage à La FNAC

Abonnement (petit)

ANNONCER