ANNONCER

Accueil > Nos livres d'art > > Alexandre Zinoview, un peintre russe sur le front français

Alexandre Zinoview, un peintre russe sur le front français

Sous la direction de Cécile Pichon-Bonin et Alexandre Sumpf

On avait découvert il y a quelques mois les étonnants dessins de guerre d’Ossip Zadkine, présentés en son musée. Voici un autre regard sur ce front de Champagne pendant les années 1914-1917, par un compatriote russe. Versé dans les ambulances, vivant la vie des tranchées, connaissant les mutineries de 1917, Zinoview (son nom d’espion pour le compte de l’Okhrana, la police tsariste) laisse un véritable reportage sur le nombreux contingent russe. Dessins, photographies, gouaches sur papier, pigments et cire sur bois (les matériaux sont rares) : le peintre, qui avait connu les derniers feux du Paris de la Belle Epoque, décrit une autre réalité, poignante et meurtrière. Blessés, morts et mutilés, veilles et bombardements, cauchemars et fantasmes… Revenu à la vie civile, Zinoview fait une tournée américaine avec la Légion étrangère, puis change de registre : il fréquente Rivera et Picasso, participe aux salons, travaille pour le music-hall où il dessine les habits de Mistinguett et s’éteint, très âgé (89 ans) en 1977, après avoir survécu plus d’un demi-siècle, sans les avoir oubliées, aux horreurs de la guerre.


Alexandre Zinoview, un peintre russe sur le front français, sous la direction de Cécile Pichon-Bonin et Alexandre Sumpf, éditions Alternatives, 2017, 128 p., 24 €.

Alexandre Zinoview, un peintre russe sur le front français - Sous la direction de Cécile Pichon-Bonin et Alexandre Sumpf


Critique parue dans la newsletter N° 476 - du 1 juin 2017 au 7 juin 2017

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Achetez cet ouvrage à La FNAC

Abonnement (petit)

ANNONCER