ANNONCER

Accueil > Le Quotidien des Arts > Le Pop européen aux enchères

Marché

Le Pop européen aux enchères

À chacun sa cause. Quand Christie’s et Sotheby’s promeuvent le surréalisme, l’étude Poulain-Le Fur s’intéresse à l’art français des années 60.


Bernard Rancillac, Malcom X, 1968
Estimation : 22 500 / 27 500 €
Quel que soit le succès de la rétrospective des « Années Pop » à Beaubourg, on ne s’attendait pas à voir l’organisation d’une vente thématique consacrée aux artistes français des années 60 dans laquelle se glissent quelques lots internationaux signés Andy Warhol (Mirja Sachs, 61 000 €), Robert Indiana (Autoportrait) ou Erro (Hallo Mutti, 21 500 €). L’initiative revient aujourd’hui à l’étude Poulain-Le Fur. Mais elle est intimement liée à la personnalité de Jean-Marc Decrop. Des 80 lots mis en vente, une vingtaine proviennent en effet de sa collection personnelle.

Ce cadre français commence à réunir des peintures hollandaises du 17e siècle. Mais, une fois installé au Japon puis à Hong Kong, il change de domaine et passe au pop européen, le mouvement de la Figuration narrative. Son éloignement l’aide à faire preuve de discernement à une époque où le marché n’a d’yeux que pour les artistes américains. Les pièces qu’il choisit sont en effet de réels symboles des évolutions qui se trament. Le Malcom X de Rancillac de 1968 est une «véritable célébration de la contre-culture américaine, le pile de la face du Marilyn de Warhol», explique Didier Viltart, l’expert de la vente. D’autres œuvres illustrent les bouleversements de la vie quotidienne dans les grandes villes : la solitude avec le monumental Interno con travestito sulla poltrona d’Adami (91 500 €) ou l’insécurité avec le Palace de Monory (21 500 €), scène de meurtre installée à l’arrière d’une plaque de plexiglas trouée de balles. D’autres encore mettent en évidence le passage à l’ère de la peinture industrielle. Ainsi, la quadrichromie sérigraphiée du Déjeuner sur l’herbe (22 500 €) est l’une des 64 versions prévues par Alain Jacquet pour la reprise de la scandaleuse toile de Manet, choisie seulement deux ans auparavant par Picasso pour illustrer d’autres changements picturaux…


Valerio Adami, Privacy, Interno
con travestito sulla poltrona
, 1969
Estimation : 91 500 / 122 000 €
Attention ! La mécanisation de la production ne signifie pas la moindre qualité des œuvres… Les experts tiennent à souligner la qualité d’exemplaires uniques comme Le Prince de Hombourg (22 500 €) de Gérard Fromanger représentant l’entrée de Gérard Philipe sur la scène du festival d’Avignon, ou des versions d’œuvres multiples comme le Malcom X précité, l’un des deux exemplaires présents sur le marché, la troisième ayant été détruite et la dernière ayant rejoint les collections du musée Cantini de Marseille. Aujourd’hui passionné d’art contemporain chinois, Jean-Marc Decrop se sépare de cette collection pour se lancer entièrement dans sa nouvelle aventure. Après avoir abandonné sa carrière pour se consacrer à l’organisation d’expositions, il est aujourd’hui expert spécialisé dans ce domaine à la Chambre nationale des experts. Une passion qui s’illustre à travers les deux toiles asiatiques qui clôtureront la vente, le Mao goes Pop de Feng Zhenjie (6 100 €) et le Camel de Wang Guangyi (27 500 €)...


 Zoé Blumenfeld
04.02.2002
Abonnement (petit)

ANNONCER