Massacre innocents Chantilly

ANNONCER

Accueil > Le Quotidien des Arts > Mettez de la politique sur vos murs !

Livres, CD, DVD

Mettez de la politique sur vos murs !

Recevoir chaque mois, par abonnement, une estampe originale commentant l'actualité ? Pour Bruno Jacomet, c'est une façon de rendre à la gravure sa vocation populaire.


Cabu, Monsieur le Maire inaugure
la place Sartre-Beauvoir
(avril 2000).
AVIGNON. Vous vous rappelez la vache folle, l'épidémie de sida en Afrique, l'affaire Elf ? Bien sûr : qui ne l'a mille fois lu dans les journaux ou vu à la télévision ? Pour donner une permanence à ces sujets d'actualité, Bruno Jacomet, héritier d'une célèbre lignée d'artisans de la gravure (Braque, Picasso, Derain, tous les grands du XXe siècle, y sont passés), relance une initiative originale : une série de douze estampes, une pour chaque mois de l'année 2004, l'ensemble étant vendu par abonnement au prix de 360 euros. «L'estampe est a priori un moyen démocratique d'avoir une œuvre originale. La lier à un thème d'actualité, c'est montrer que les artistes ne sont pas détachés de la réalité.» explique Bruno Jacomet. Une première série, en 2000-2001, s'était interrompue en raison de la défaillance d'un associé. Elle avait vu la participation, entre autres, de Boisrond, Wosniak, Cavanna, Cabu mais aussi Velickovic ou Honoré.


Vladimir Velickovic, Le troisième millénaire…
et toujours la guerre…
(janvier 2001).
Les couleurs au pochoir
Elle est relancée aujourd'hui avec Wolinski en premier tireur. «Je choisis les artistes mais je les laisse ensuite totalement libres du choix du sujet et de son traitement. Comment procédons-nous ? Wolinski va créer le dessin pour janvier 2004 une fois le mois fini, à partir du 1er février. Il me l'enverra trois ou quatre jours plus tard et il me faudra ensuite deux semaines pour l'imprimer. Ces estampes sont tirées à 500 exemplaires sur papier chiffon. Le trait est fait en phototypie, la couleur est mise au pochoir. Elles sont toutes numérotées et signées, puis envoyées dans une enveloppe cartonnée vers le 20 du mois.» En 2000-2001, environ 150 personnes avaient souscrit. On peut trouver de lointains antécédents à ce projet dans les estampes d'Epinal, qui permettaient de colporter jusqu'au fond des campagnes la nouvelle d'une victoire impériale ou d'une ascension en montgolfière. En 2004, est-ce anachronisme ou clairvoyance ? En tout cas, c'est à peine plus cher qu'un abonnement à un quotidien et cela vieillit mieux…


 Pierre de Sélène
17.01.2004
Pub Magnani Rocca

Biennale Thessalonique 2017

Fred Deux MBA Lyon

Abonnement (petit)

ANNONCER