Hartung Fonds Leclerc

ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 166 - du 11 mars 2010 au 17 mars 2010

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 166 - du 11 mars 2010 au 17 mars 2010


Jean-Joseph Weerts, Marat assassiné ! 13 juillet 1793, 8h du soir, 1880, huile sur toile, 268x360 cm, Roubaix, La piscine, musée d'art et d'industrie, © Photographie Arnaud Loubry (présenté à l'exposition du musée d'Orsay).

L'AIR DU TEMPS

L'art et la politique

LONDRES – La Tate Modern a annoncé que la prochaine installation dans le Turbine Hall, à partir du 10 octobre 2010, serait réalisée par Ai Weiwei, l’un des plus célèbres artistes chinois (né en 1957), aux créations généralement iconoclastes. En 1995, il brisa une urne Han millénaire (la photographie retraçant l’événément, tirée en huit exemplaires, se négocie à plus de 100 000 € en salle des ventes). En 2006, il recouvrit de peinture d’autres poteries antiques. En 2007, à la Documenta de Kassel, il se manifesta par « l’importation » de 1001 Chinois et par une tempête artificielle qui fit d’une sculpture à base de 1001 portes – chinoises - un monceau de débris. Ai Weiwei est aussi connu pour ses démêlés avec les autorités. Son enquête sur la mauvaise gestion des secours lors du tremblement de terre de 2008 au Sichuan lui a valu une interrogation musclée, dont il ne se sauva que par une intervention chirurgicale en Allemagne. Les services diplomatiques ont dû blêmir en apprenant cette commande et l’on n’est pas sûr que le président chinois soit présent à l’inauguration. L’occasion de vérifier que l’art peut conserver une réelle charge subversive…

En savoir plus

EXPOSITIONS

ATTENTION! DERNIERS JOURS! JUSQU'AU 14 MARS NE MANQUEZ PAS... ÉLOGE DE BORDEAUX; une collection à la gloire de Bordeaux, du XVIIIe siècle jusqu’à Albert Marquet au MUSÉE DES BEAUX-ARTS à BORDEAUX. Lire l'aricle de L'Art Aujourd'hui

En savoir plus

ET AUSSI... LA PLUIE Images, textes et musiques; des œuvres anciennes et contemporaines pour évoquer un phénomène météorologique porteur d’émotion et de poésie au MUSÉE DE L’IMAGE à EPINAL. Lire l'aricle de L'Art Aujourd'hui

En savoir plus


Duchenne de Boulogne, Attention attirée par un sujet qui provoque des idées ou des désirs lascifs, 1856-1857 Photographie ovale sur papier salé, 29,4x22 cm Paris, École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA) © École nationale supérieure des beaux-arts, Paris

Du sang sur la toile

PARIS – Une exposition dont l’un des initiateurs est un ancien ministre de la Justice n’est pas chose commune. Mais le crime et sa punition hantent depuis si longtemps Robert Badinter – l’artisan de l’abolition de la peine de mort en France en 1981 – qu’il a eu le temps de réfléchir à toutes leurs dimensions, y compris dans l’histoire de l’art. Voici donc apparaître deux siècles de relations serrées entre l’art et le crime, de la guillotine sous la Révolution jusqu’aux théories positivistes de Lombroso, qui prétendait lire le caractère criminel sur les traits du visage, ou au surréalisme, amateur du crime gratuit. Les étapes convoquent les plus grands artistes : Géricault, Goya, Munch, sans oublier les faits divers scrutés par Daumier, les bas-fonds de Grosz et Dix, les chaises électriques de Warhol ou les énigmes d’Ernst et Magritte. Dans l’évolution de la société d’une justice divine vers une justice « rationnelle » - simplement punitive ou également « reconstructrice »– les artistes ont pesé d’un poids non négligeable.
Crime et châtiment au musée d’Orsay du 15 mars au 27 juin 2010

En savoir plus


Lucian Freud, After Cézanne, huile sur toile, 214 x 215 cm, 2000, National Gallery, Canberra, Australie

Huis clos chez Freud

PARIS – Une chose est sûre : Lucian Freud n’est pas le peintre des grands espaces (sauf à considérer notre psyché comme un grand espace, ce qu’elle est certainement). Ainsi, choisir comme thématique centrale de cette exposition « l’atelier » - où le peintre travaille systématiquement, même pour croquer les étiques paysages urbains qu’il voit par sa lucarne – permet-il d’embrasser l’essentiel de son œuvre. En une cinquantaine de toiles imposantes, on voit se dessiner son univers : ses proches, ses modèles, souvent nus, ses intérieurs – malgré ses déménagements d’atelier en atelier, on reconnaît les mêmes plantes, les mêmes divans fatigués – ou lui-même. Lucian Freud avait déjà 65 ans lors de sa précédente et lointaine rétrospective parisienne en 1987. Mais il n’a aucunement baissé son rythme de travail depuis et l’on aura donc l’occasion de voir un pan entièrement nouveau de son œuvre.
Lucian Freud. L’Atelier au centre Pompidou du 10 mars au 19 juillet 2010

En savoir plus

Artaujourdhui vous conseille aussi

•C’est un grand collectionneur mexicain, plutôt secret, qui possède quelques trésors, notamment des Greco : le musée Jacquemart-André, à Paris, donne l’occasion de découvrir le fonds espagnol de la collection Pérez Simón. Du 12 mars au 1er août 2010.

En savoir plus

•On le connaît comme l’inventeur de la musique dodécaphonique. Il eut aussi un côté pictural : les Abattoirs, à Toulouse, montrent dans Arnold Schönberg, visions et regards les autoportraits et paysages du compositeur. Du 16 mars au 9 mai 2010.

En savoir plus

•Dans Dalla scena al dipinto le MART, à Rovereto, en Italie, montre comment le théâtre a fasciné les artistes du XIXe siècle, de Delacroix à Füssli. Jusqu’au 23 mai 2010.

En savoir plus

SALONS


Paul Gauguin (1848-1903), Deux femmes, signé et daté en bas à gauchel P. Gauguin 1902, huile sur toile, 74 x 64,5 cm. Courtesy galerie Dickinson.

Tefaf se met au papier

MAASTRICHT - Difficile d’ignorer Tefaf. Elle s’est imposée comme la foire incontournable en art ancien, moderne, et mobilier, taillant des croupières à la Biennale des antiquaires de Paris, dont on attend une nouvelle fois la riposte à l’automne 2010. Pour cette édition, malgré sa localisation toujours aussi peu avenante, dans un centre des congrès ingrat, Tefaf continue d’attirer le gratin de la profession : 260 galeristes et 30 000 œuvres d’art sont annoncés. Le Londonien Dickinson se met en évidence avec deux chefs-d’œuvre : un Botticelli ayant appartenu aux Rockefeller (une Madone à l’Enfant avec Saint Jean, à 11 millions €), et Deux Femmes, un Gauguin tahitien de 1902, à 18 millions €. Parmi les nouveautés de cette année, on note une section Tefaf on Paper, entièrement consacrée au dessin : un nouveau défi à la place parisienne et à son Salon du dessin, qui ouvre dans quelques jours ? Une bonne nouvelle tout de même : dans le bilan du marché de l’art établi à la demande du salon, la France connaît une embellie. En 2009, sa part dans le chiffre d’affaires global a bondi de 6 à 11%.
•Tefaf du 12 au 21 mars 2010-03-09

En savoir plus

VENTES


Paul Almasy (1906-2003), Café rural au Mexique, ca. 1960-1965. Un des 12 tirages argentiques du lot 7. Estimation : 1200-1500 €. Courtesy Yann Le Mouel, Paris

Almasy, photographe humaniste

PARIS - Il a atteint un record lors de la vente Breton de 2003 avec un portrait de l’homme fort du surréalisme (3800 €) Peut-être s’agissait-il de fétichisme… Sinon, la cote de cet excellent photographe humaniste, mort presque centenaire (1906-2003), qui n’a jamais dépassé 1000 € en ventes publiques, devrait connaître une accélération subite. Cet homme qui a travaillé pour de grandes institutions internationales (Unesco, Unicef, etc) et pour des dizaines de magazines, aurait visité, selon ses dires, quasiment tous les pays du monde. On en voit un certain nombre parmi les 262 lots de cette vente, tous avec des estimations très modestes : paysans et danseurs d’Afrique, enfants de Colombie, clochards et chiffonniers de Paris, coolies indiens, nomades d’Iran. Mais aussi le beau monde d’un demi-siècle, de Man Ray à Cocteau, de Foujita à Béjart. La plupart des clichés, en noir et blanc, ont été tirés par ses soins, ce qui leur donne une authenticité supplémentaire.
•Succession Paul Almasy à Richelieu-Drouot (SVV Yann Le Mouel) le 12 mars 2010 à 14h.

En savoir plus

L'ARTISTE DE LA SEMAINE


Gerald Roberts, Square Circles, acrylique sur toile, 2007, 32 x 25 cm. Courtesy Atelier 7, Paris

Gerald Roberts : de la pub à l’art

Passer de la publicité ou de la mode à la peinture n’est pas chose rare. Mais les directeurs artistiques renommés ne bissent pas forcément leur succès passé… Gerald Roberts, Australien aux goûts européens, s’y essaie après avoir conçu des campagnes pour de « grands comptes » comme le Club Med, Fiat, Cadbury ou le musée Thyssen-Bornemisza. Pour sa première exposition monographique, il présente quelques aquarelles et une vingtaine de grands acryliques, dans lesquels on perçoit une influence évidente de l’Op Art et de l’art cinétique, entre Vasarely et Julio Le Parc. L’exposition permet de découvrir un espace original, qui a récemment montré trente ans de photographie de Ferrante Ferranti. A mi-chemin entre maison privée et galerie, il est installé dans ce qui fut autrefois un atelier conçu par les décorateurs Süe et Mare, où Picasso aurait fait ses premiers collages…
•Gerald Roberts à l’Atelier 7 (242 boulevard Raspail, 75014, tél. : 06 14 21 48 12), du 11 mars au 10 avril 2010 (du mercredi au samedi, de 15h à 19h).

En savoir plus

LIVRES

Cardin en images

Il est à la tête d’un empire, dont il continue de vérifier les rouages : à 88 ans, Pierre Cardin est tous les jours à son bureau, rue du Faubourg Saint-Honoré, où il est arrivé pour la première fois en 1945, débarquant de Vichy où il travaillait à la Croix-Rouge. Aujourd’hui connu pour l’infinité de produits dérivés qui portent sa griffe – parfums, lunettes, meubles ou écharpes – il a été dans les années soixante l’un des couturiers les plus en vue d’Europe, habillant les Beatles et faisant la une de Paris Match en 1969 ou de Time en 1974. L’ouvrage retrace brièvement, avec une plume amie (l’auteur dirige le service de presse de la maison) une carrière qui s’est développée sur tous les continents, en présentant certains de ses principaux modèles : chapeau-hublot, robe-cible, robe-trapèze, tailleurs à manches-hélices… On regrette que soit à peine abordé son rapport avec les arts visuels. Pierre Cardin a été ami de Restany, Yves Klein, et a possédé une collection extraordinaire comprenant des Bacon, des Léger, des Chirico…
Pierre Cardin, 60 ans de création par Jean-Pascal Hesse, Assouline, 2010, 176 p., 65 €

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Achetez cet ouvrage à La FNAC

BRÈVES

AMSTERDAM – LA vente de la collection d’art moderne et contemporain Peter Stuyvesant (propriété de British American Tobacco) par Sotheby’s le 8 mars 2010 a rapporté 13,6 millions €, record pour une vente aux Pays-Bas.

En savoir plus

DUBAI – Le salon d’art moderne et contemporain Art Dubai se tient du 17 au 21 mars 2010.

En savoir plus

LONDRES – L’avenir de l’ICA (Institute of Contemporary Art), institution créée en 1947 et pionnière dans la promotion de l’art contemporain, est menacé par un déficit important et des dissensions internes.

L’article sur le Guardian

PARIS – L’exposition Soulages, qui s’est achevée le 8 mars 2010, a été visitée par 502 000 personnes, se plaçant au 4e rang des expositions les plus fréquentées du Centre Pompidou, après Dali (840 000 visiteurs en 1977), Matisse (735 000 en 1993) et Kandinsky (703 000 en 2009).

En savoir plus

Rancillac La Poste

Koplowitz

Mapuche Musée de l'Homme

Abonnement (petit)

ANNONCER