Massacre innocents Chantilly

ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 183 - du 8 juillet 2010 au 8 septembre 2010

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 183 - du 8 juillet 2010 au 8 septembre 2010


Fragment d’une peinture murale représentant une tête d’homme, IIe - Ier s. av. J.C., peinture noire, rouge et jaune sur enduit blanc, L. 53, l. 36 cm, Qaryat al-Fâw, musée national de Riyad © Saudi Commission for Tourism & Antiquities (exposition au Louvre)

Notre prochain numéro paraîtra le 9 septembre 2009. Bonnes vacances !

L'AIR DU TEMPS

Un autre football est possible

Overdose ? Certainement. La Coupe du monde aura épuisé les rétifs et peut-être aussi certains amateurs. Il est donc osé de leur proposer une troisième mi-temps… Pourtant, dans le déchaînement médiatique qui nous a accablés, on a eu bien peu d’occasions de recul. En dehors du vaudeville français, du fiasco italien et de la puissance germanique, quelles autres clés nous ont été données pour apprécier ce ballet des temps modernes ? Car le foot, succédant à l’aviron ou à l’équitation, est depuis un siècle le sport favori des peintres d’avant-garde. Le Douanier Rousseau avait commencé dès 1908 avec ses Footballeurs en pyjama rayé (au Guggenheim de New York) qui semblent jouer à la paume. Puis vinrent les cubistes, notamment Albert Gleizes en 1912 (ses Footballeurs à la National Gallery de Washington) et André Lhote en 1918 (tableau du même titre vendu en mai 1999 chez Sotheby’s), qui les firent passer par la moulinette de l’abstraction. Mais le champion toutes catégories est indubitablement Nicolas de Staël. Ensorcelé par le match France-Suède du 26 mars 1952, il réalise dans la foulée une série de 25 tableaux. Beaucoup sont exposés à la rétrospective que lui consacre actuellement la fondation Gianadda. A savourer pendant les arrêts de jeu…
Nicolas de Staël à la fondation Gianadda à Martigny (Suisse) jusqu’au 21 novembre 2010.

En savoir plus

EXPOSITIONS


Joan Miró, Femme espagnole, 1972, huile sur toile, 162,5 x 130 cm, collection privée © Successió Miró / VG Bild-Kunst, Bonn 2010. Photo: Joan Ramon Bonet

Miró multicolore

BADEN-BADEN – Jean-Louis Prat, directeur de la fondation Maeght pendant trois décennies, connaît une nouvelle carrière outre-Rhin, où il assure la programmation estivale du musée Frieder Burda. Son carnet d’adresses bien fourni lui permet d’obtenir des prêts très particuliers. C’est le cas cette année avec un artiste qu’il a bien connu tant ses liens étaient étroits avec la galaxie Maeght : Joan Miro. Pour explorer une thématique assez passe-partout – les « couleurs de Miro » - le commissaire a pu compter sur les institutions internationales comme le Louvre ou le musée Thyssen-Bornemisza de Madrid mais aussi sur la famille de l’artiste, qui a cédé quelques trésors. Au total, une centaine d’œuvres – peintures, dessins mais aussi sculptures et céramiques – confirment que le créateur catalan ne voyait pas la vie en noir et blanc.
Miró, les couleurs de la poésie au musée Frieder-Burda, du 2 juillet au 14 novembre 2010.

En savoir plus

Signalétique Léger

BIOT – Au début du XXe siècle, tout le corpus des signaux indicateurs routiers ou ferroviaires était à établir. Cette exposition dans le musée Fernand-Léger, récemment restauré, a un propos fort original : elle cherche à établir des passerelles entre ces travaux de normalisation et les recherches des artistes de l’époque. Dans les deux cas, on trouve une obsession comparable pour la figure synthétique – cercle, point, triangle –, pour le symbole – flèche, silhouette – et pour la couleur « parlante » – le rouge en premier lieu. La communication visuelle a d’ailleurs été une matière prise très au sérieux au Bauhaus, sous l’impulsion d’artistes polyvalents comme Josef Albers ou Max Bill. L’exposition se clôt sur l’évocation de l’Exposition internationale des sciences et techniques de 1937 à Paris, où les époux Delaunay avaient contribué à la décoration du Palais des chemins de fer. •Disques et sémaphores. Le langage du signal chez Léger et ses contemporains au musée Fernand-Léger, jusqu’au 11 octobre 2010.

En savoir plus

Le Louvre à l’heure arabe

PARIS – Le musée du Louvre se prépare à ouvrir un pôle à Abu Dhabi, dans un bâtiment de Jean Nouvel (en 2013). A peu près dans le même temps (2012), il inaugurera à Paris son nouveau département des Arts de l’Islam, sous une canopée en forme de tapis volant dessinée par l’architecte Rudy Ricciotti. Il n’est pas surprenant que ces liens plus étroits entre le grand musée et le monde arabe débouchent sur des expositions ciblées. C’est le cas de cette évocation de six millénaires d’Arabie saoudite, présentant quelque 300 objets rarement sortis des institutions de Riyadh ou de Jeddah. La figuration est présente dans la première partie par l’intermédiaire de fresques hellénistiques, de stèles funéraires ou de statues des anciens rois de Lihyan. La seconde partie, consacrée à l’avènement de l’Islam, est nettement moins anthropomorphe : elle se concentre sur le décor et l’écriture.
Routes d‘Arabie. Archéologie et histoire du royaume d’Arabie saoudite au musée du Louvre du 14 juillet au 27 septembre 2010.

En savoir plus

Artaujourdhui vous conseille aussi…

• Une sélection de pièces de la Collection Sandretto Re Rebaudengo de Turin, comprenant Doug Aitken, Eva Marisaldi ou Fiona Tan, est exposée au Palais Lumière, à Evian. Jusqu’au 19 septembre 2010.

En savoir plus

• A Monaco, au Grimaldi Forum, Tokyo-Kyoto explore, en 600 objets, l’évolution du Japon des samouraïs aux mangas. Du 14 juillet au 12 septembre 2010.

En savoir plus

• Le MoMA de New York consacre avec Matisse 1913-1917 une ambitieuse rétrospective à un moment clé de la carrière de l’artiste. Du 18 juillet au 11 octobre 2010.

En savoir plus

L'ARTISTE DE L'ÉTÉ


Louis Cane, Tout le monde est là..., 1981, 230 x 190cm, huile sur toile. Courtesy Louis Cane / Galerie Bernard Ceysson

Louis Cane : de l’abstraction au nu

Il fait penser à Jean Hélion ou à Fautrier pour son jeu de pendule entre abstraction et figuration, comme pour prouver qu’il ne s’agit pas de mondes étanches… Passé par le mouvement Supports/Surfaces dans les années 1970, lorsqu’il s’agissait de « déconstruire » le tableau, Louis Cane (né en 1943 à Beaulieu-sur-Mer) s’est aventuré loin en matière d’informel, de « sériel », de découpages, de tamponnages, de peintures sur draps. C’est peut-être son goût de la couleur qui l’a remis sur les traces des Anciens. Au début de la décennie 1980, la figure humaine apparaît dans ses créations, sous forme de réinterprétation de maîtres du passé, Vélasquez ou Manet. Plongeant dans les enduits de la Renaissance italienne, il se mesure à Paolo Uccello ou Giotto, redécouvre l’hiératisme puis le nu. Soixante-dix œuvres proposent une relecture de ce parcours atypique, dans le cadre approprié d’une abbaye bénédictine, qui a vu passer mille ans d’histoire…
•Louis Cane est exposé au Centre d’art contemporain de Meymac (19250), du 11 juillet au 10 octobre 2010.

En savoir plus

Artaujourdhui vous conseille aussi…

Alechinsky est exposé au musée Granet d’Aix-en-Provence, pour sa production inspirée par les paysages du Midi. Jusqu’au 3 octobre 2010.

En savoir plus

Henri Cueco se mesure à Ingres au musée Montauban, avec des dessins parfois gigantesques (jusqu’à 5 mètres de long). Du 9 juillet au 7 novembre 2010.

En savoir plus

• C’est une véritable saison William Kentridge : l’artiste sud-africain montre « Cinq thèmes » au Jeu de paume et est également présent au Louvre avec ses « Carnets d’Egypte ». Jusqu’au 30 août (Louvre) et au 5 septembre 2010 (Jeu de paume).

En savoir plus

Vladimir Velickovic fait l’objet de deux expositions : à l’Espace d’art contemporain Saint-Martin de Montélimar pour sa peinture depuis 1968 et à Eysines, près de Bordeaux, pour ses peintures plus récentes. Jusqu’au 15 août (Eysines) et 26 septembre 2010 (Montélimar).

En savoir plus

LIVRES

Muse de Breton

Ce fut l’une des trois épouses d’André Breton, peut-être celle qui compta le plus dans son parcours intellectuel, et la mère de sa fille Aube. Jacqueline Lamba, disparue en 1993 à l’âge de 83 ans, a comme il se doit un parcours accidenté. Ayant perdu son père d’un accident de voiture au Caire, puis sa mère alors qu’elle était encore adolescente, elle gagna ensuite sa vie comme nageuse nue dans un club des Champs-Elysées… avant de séduire André Breton au café de la place Blanche. La peinture d’une femme qui côtoya les surréalistes puis l’expressionnisme abstrait par l’intermédiaire de son second mari, le sculpteur David Hare, mérite l’intérêt. Mais ce sont surtout son parcours, ses amitiés, ses amours, ses rivalités qui fascinent. Picasso, Eluard, Dora Maar, mais aussi Trotsky et Frida Kahlo lors d’un séjour à Mexico, puis Peggy Guggenheim, Sartre, Victor Serge, Claude Lévi-Strauss, ou encore le docteur Ferdière, qui soigna Antonin Artaud, ont tous été des intimes à un moment ou un autre. L’ensemble dessine un véritable portrait en creux de la culture du premier XXe siècle.
Jacqueline Lamba, peintre rebelle, muse de l’amour fou, par Alba Romano Pace, Gallimard, 2010, 320 p., 23,50 €

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Achetez cet ouvrage à La FNAC

Artaujourdhui vous conseille aussi…

• Dans Visite privée, le photographe François Halard, connu pour ses séries de mode pour de grands magazines, entre dans l’intimité des artistes – de Rauschenberg à Barceló – pour se créer une sorte d’atelier idéal. Actes Sud, 2010, 45 €.

• Christine Colin propose une nouvelle classification des objets qui ont marqué notre environnement dans Question(s) Design. Flammarion, 2010, 39 €.

Heliopolis, sous la direction de Marie-Cécile Bruwier et Anne Van Loo, fait revivre une grande utopie d’urbanisme du XXe siècle : une ville jardin aux portes du Caire. Fonds Mercator, 2010, 60 €.

DVD

Une vie de Marcel

Marcel Duchamp est à ce point devenu une icône que l’on a perdu la mesure de son iconoclasme. Certes, sa roue de bicyclette, et son égouttoir, et sa pissotière… Mais au-delà ? L’intérêt de ce film est de produire des images nettement moins connues, qui accompagnent la genèse de ses œuvres majeures mais aussi de rappeler son activité débordante dans tous les domaines. Duchamp fut un homme à femmes (de l’Américaine Mary Reynolds à Maria Martins, épouse de l’ambassadeur du Brésil au Etats-Unis, jusqu’à Teeny Matisse, divorcée du galeriste Pierre Matisse), un joueur d’échecs émérite mais aussi un marchand (en 1926, il vend 80 œuvres de Picabia à Drouot puis monte une exposition Brancusi à New York) ou encore un inventeur présenté au concours Lépine ! Deux heures d’images, animées ou pas, permettent de donner une unité à son parcours et de montrer l’importance du facteur humain : Duchamp a su s’attirer très tôt les bonnes grâces des richissimes collectionneurs américains comme les Arensberg ou les Dreier, ce qui a facilité sa « canonisation ».
Marcel Duchamp, iconocaste et inoxydable, un film de Fabrice Maze, 180’, Sevendoc

BRÈVES

LONDRES – Le collectionneur Charles Saatchi a annoncé qu’il ferait don à l’Etat britannique de sa galerie de Chelsea et de 200 œuvres d’art contemporain sans indiquer de date précise.

L’article sur The Guardian

LONDRES – Le 10e pavillon temporaire de la Serpentine Gallery, dans Hyde Park, qui coïncide avec son 40e anniversaire, est l’œuvre de Jean Nouvel. Il est visitable du 10 juillet au 17 octobre 2010.

En savoir plus

MONTPELLIER – Sur le modèle de Chauffe Marcel ! en 2006 et de La dégelée Rabelais en 2008, la manifestation Casanova Forever (jusqu’au 3 octobre 2010) est un parcours d’art contemporain centré sur la figure du personnage du Siècle des Lumières.

En savoir plus

PARIS – Le musée du Louvre rouvre au public le 7 juillet 2010, après des travaux d’aménagement, ses salles d’art grec et hellénistique.

En savoir plus

ROME – Le nouveau musée MAXXI, consacré à l’art des XXe et XXIe siècles, annonce 75 000 visiteurs lors du premier mois suivant son ouverture, le 27 mai 2010.

En savoir plus

VALLAURIS – La 40e Biennale internationale de Vallauris – Création contemporaine et céramique – se tient du 3 juillet au 15 novembre 2010 avec 14 artistes américains pour invités d’honneur.

En savoir plus

SUR ARTAUJOURDHUI.INFO

Cette semaine, ne manquez pas

FOCUS MODE

LABASTIDE-ROUAIROUX - Le Musée départemental du textile dresse une histoire de la photographie de mode, depuis ses débuts jusqu’aux bouleversements du XXIe siècle, et invite deux grands noms de la discipline, Frank Horvat et Denis Piel.

En savoir plus

ART POUR TOUS

LYON - Le musée de l'Imprimerie présente, à partir du 15 octobre 2010, l'incroyable créativité du Métro londonien pendant la première moitié du XXe siècle, en exposant 85 affiches provenant de la collection du Yale Center for British Art.

En savoir plus

Biennale Thessalonique 2017

Fred Deux MBA Lyon

Abonnement (petit)

ANNONCER