ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 198 - du 16 décembre 2010 au 5 janvier 2011

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 198 - du 16 décembre 2010 au 5 janvier 2011

Ceci est le dernier numéro de 2010. Notre prochain numéro paraîtra le 6 janvier 2011. JOYEUX NOËL ET BONNE ANNÉE !


Le néon de Lucio Fontana au Museo del Novecento, à Milan (photo Gianni Congiu)

L'AIR DU TEMPS

Milan sur la carte du XXe siècle

Après le coup d’éclat de Rome, qui avait inauguré simultanément deux musées au printemps dernier (le Maxxi et le Macro), la capitale économique du nord se devait de réagir. Milan vient donc d’ouvrir une nouvelle institution en gestation depuis plusieurs années, le Museo del Novecento (Musée du XXe siècle). Logé dans l’Arengario, un bâtiment typiquement fasciste, ce musée, relooké par l’équipe de l’architecte Italo Rota, rassemble 400 œuvres des collections municipales, de 1900 jusqu’à la césure symbolique de 1968. Quelques chefs-d’œuvre célèbres y sont accrochés, en commençant par le Quart Etat de Pellizza da Volpedo, couverture classique des manuels d’histoire pour lycéens. Il est accompagné de beaux ensembles futuristes et métaphysiques (notamment Boccioni et De Chirico), de grands noms des années vingt et trente (Sironi, Morandi, Campigli), jusqu’à Lucio Fontana (l’un des clous du musée est l’installation, au dernier étage, du plafond qu’il conçut pour un hôtel de l’île d’Elbe) et à l’Arte Povera de Jannis Kounellis et Luciano Fabro. Comblant un manque habituel en Italie, le musée s’est doté dès le départ d’un restaurant et d’une librairie Electa, très fournie, conçue par le designer Michele de Lucchi.
Le Museo del Novecento a ouvert à Milan le 6 décembre 2010.

En savoir plus

EXPOSITIONS


Gabriel Metsu, Boulanger soufflant dans son cor, collection particulière, courtesy Rijksmuseum, Amsterdam

Metsu, l’autre Vermeer

AMSTERDAM – Mort à 37 ans, il vécut 4 ans de moins que Vermeer mais le dépassa autrefois en célébrité. A lui qui était l’aîné, on attribua même quelques tableaux du maître. Cet artiste auquel la postérité a laissé une place moindre est Gabriel Metsu (1629-1667), virtuose dans l’évocation des intérieurs et des activités bourgeoises de la Hollande de l'Age d'or. L’exposition que lui consacre le Rijksmuseum est l’occasion de faire venir des œuvres de loin et d’établir de nouvelles attributions. Heureusement, Metsu était plus prolifique que son collègue et concurrent ! On voit clairement se dessiner des phases dans sa carrière, de la production biblique des débuts aux scènes de genre de la maturité, alternant buveurs, fumeurs et femmes à la lettre.
Gabriel Metsu au Rijksmuseum, du 16 décembre 2010 au 20 mars 2011

En savoir plus


Dessin de Carlos Mérida pour le livre de Carleton Beals, Porfirio Díaz, Dictator of México, 1932. Courtesy Editorial RM

Avant-gardes mexicaines

MADRID – Le Mexique de la première moitié du XXe siècle, c’est, dans l’esprit du public européen, la Révolution (Pancho Villa et Zapata) et les muralistes (Rivera et consorts). Cette exposition rappelle que la fermentation artistique ne s’est pas embarrassée de frontières : l’avant-garde mexicaine de l’époque a aussi brillé dans le domaine du livre, de la revue, de l’affiche. Diego Rivera et Orozco sont d’ailleurs présents (avec, respectivement,une couverture pour la revue Fortune en 1932 et pour le roman la Perle de Steinbeck). La collection présentée permet de montrer des créateurs moins connus, aux personnalités souvent extravagantes comme Miguel Covarrubias (créateur cosmopolite et polymorphe, ayant vécu à Bali, dessinateur puis directeur de ballet), José Chávez Morado (xylographies sur la vie nocturne à Mexico), le Dr. Atl, « peintre et vulcanologue », ou Nahui Olin, muse et femme libre du calibre de Frida Kahlo. Le catalogue est un modèle du genre, avec son illustration abondante, ses textes bien anglés (le rôle de la typographie, les illustrations pour enfants, etc) et des notices biographiques très détaillées.
México ilustrado 1920-1950 à l’Instituto Cervantes jusqu’au 9 janvier 2011. Catalogue RM, 2010, 286 p., 65 €.

En savoir plus

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Achetez cet ouvrage à La FNAC


Amedeo Modigliani, Tête de femme, vers 1911, calcaire, 65,4 x 17,1 x 21,3 cm, Minneapolis, Minneapolis Institute of Arts, don de Mr et Mme John Cowles. Ceroni XVI © Minneapolis Institute of Arts

Modigliani en trois dimensions

ROVERETO (Italie) – Modigliani a une nouvelle fois battu ses records (61,5 millions $ chez Sotheby's le 2 novembre 2010 pour la Belle Romaine), confirmant qu’il est une valeur sûre parmi les géants du XXe siècle. Cet engouement porte sur ses tableaux et ses dessins, moins sur ses sculptures. On se souvient de l’affaire qui avait dévalué ce pan de son œuvre : la découverte en 1984, dans un canal de Livourne, de prétendues têtes sculptées par l’artiste, en réalité produites à la perceuse Black & Decker par des plaisantins locaux. C’est donc à une prudente redécouverte qu’invite l’exposition du MART, musée de Trente et Rovereto. Les sculptures correspondent à une période très précise de la carrière de Modigliani : entre 1911 et 1913, il abandonne la peinture pour s’y consacrer. Ses essais dans le domaine, inspirés par la statuaire médiévale, l’art nègre ou Brancusi, marqueront ses toiles à venir. Seules 25 têtes ont été identifiées à ce jour par le spécialiste Ambrogio Ceroni. On peut en voir huit, bien entourées par des sculptures de Picasso, de Zadkine, d’Elie Nadelman, un masque gouro de Côte d’Ivoire ou Battista Sforza, de Francesco Laurana, un buste très épuré de la Renaissance.
Modigliani sculpteur au MART, du 18 décembre 2010 au 27 mars 2011.

En savoir plus

Artaujourdhui vous conseille aussi…

• Chagall fait l’objet d’une rétrospective de 130 œuvres à l’Ara Pacis de Rome dans Il mondo sottosopra (le monde sens dessus dessous). Du 22 décembre 2010 au 27 mars 2011.

En savoir plus

• Comment les archéologues et les scientifiques décryptent-ils les informations que leur lèguent les époques lointaines ? C’est le thème de Préhistoire(s) l’enquête au Museum d’histoire naturelle de Toulouse. Jusqu’au printemps 2011.

En savoir plus

• A Valence, l’IVAM rend hommage à l’un des architectes les plus prolifiques du XXe siècle, virtuose de la voûte en béton armé, formé en Espagne mais actif au Mexique : Félix Candela (1910-1997). Jusqu’au 2 janvier 2011.

En savoir plus

VENTES

Pot-pourri de Noël

PARIS - Les enchères partenaires du Grand Larousse universel ? Les enchères instrument de connaissance et outil de lexicologie ? C’est une façon d’envisager l’énorme offre du marché parisien, qui permet de traverser chaque jour le marché de l’art sous toutes ses formes… La vente Artcurial, justement intitulée Curiosités, est ainsi un véritable pot-pourri apte à alimenter la curiosité. Si l’on y compte quelques lots à plus de 10 000 € (dont un Saint Pierre aux liens en majolique), l’essentiel sera dispersé à quelques centaines d’euros. Des objets qui ont survécu aux siècles, dont la fonction a disparu mais qui cherchent des acquéreurs capables de leur donner une nouvelle destination : albarello, chevrette, pot-canon, tasse à malade, pulverin, puisette, rape à tabac, planche à pain d’épice ou canne de géologue. Et même une ceinture de chasteté, et, pour magnifier la sensation de mystère, un veau à deux têtes (1500 €). Les enchères, parfois, sont plus proches de Prévert que des affaires…
Curiosités le 18 décembre 2010 à Drouot-Richelieu (par Artcurial)

En savoir plus

L'ARTISTE DE LA SEMAINE


Louidgi Beltrame, Energodar, Location still, 2010, Courtesy Louidgi Beltrame et Jousse Entreprise

Louidgi Beltrame et le cauchemar de l’architecte

L’art contemporain a parfois tendance à fuir la réalité qui l’entoure, ou à privilégier le monde des visions intérieures. Ce n’est pas le cas chez Louidgi Beltrame (né en 1971), dont l’œuvre pourrait parfaitement être qualifiée de documentaire. Travaillant par séries, il s’est enfoncé dans l’histoire de l’architecture moderne, retranscrivant à sa manière – en vidéo accompagnée de voix off et de musique punk, avec dessins et gravures à l’appui – les mythes de Brasilia (avec Niemeyer en statue du Commandeur), Chandigarh (même rôle pour Le Corbusier), et, dernièrement, l’Ukraine communiste. Dans Energodar, l’artiste s’aventure dans des lieux qui n’attirent aucun touriste, comme Prypiat, autrefois cité de l’avenir radieux, aujourd’hui cité maudite en lisière de Tchernobyl. Entre radars désaffectés et carcasses rouillées de bâtiments militaires, Beltrame filme un cas d’école, qui ne se révèle au fond qu’une parabole : comment naufragent les utopies ?
Energodar de Louidgi Beltrame est présenté à la fondation Ricard, jusqu’au 23 décembre 2010.

En savoir plus

LIVRES

Paris, la machine à remonter le temps

L’historien Alfred Fierro avait publié il y a quelques années un Guide du Paris disparu. Joël Cuénot propose à sa manière une descente dans le passé de la capitale pour en ressusciter les monuments depuis longtemps démolis. Par le biais d’une amusante fiction : rencontrant, sur le pont des Arts, le Juif errant qui s’apprête à remonter la Seine et le temps, il lui confie un appareil photo et des pellicules (argentiques) que le héros biblique saura bien lui faire parvenir avec le compte-rendu de son périple… Le coup d’éclat est ailleurs. L’auteur a évoqué ces édifices d’autrefois par des anecdotes mais, surtout, au moyen de maquettes très précises. La pompe de la Samaritaine et le palais de Tuileries côtoient le moulin de la Monnaie ou le Grand Châtelet, prison de sinistre mémoire. Certaines reconstitutions sont des modèles du genre, comme le pont Saint-Michel et le pont aux Meuniers, couverts de maisons à colombages, le chantier du Pont-Royal ou le Louvre de Charles V, débordant de tourelles et d’échauguettes. A la fin du voyage, on a la certitude que ce Paris disparu vaut bien celui qui a survécu : il fallait juste un peu d’imagination pour le restituer de façon convaincante…
Paris à rebrousse-temps, éditions Joël Cuénot, 2010, 216 p., 49 €.

Voir le site de l'éditeur

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Achetez cet ouvrage à La FNAC

BRÈVES

AVIGNON – La Collection Lambert fête le 10e anniversaire de son installation à Avignon avec une exposition-manifeste intitulée Je crois aux miracles.

En savoir plus

BALTIMORE - Le Musée archéologique de la Johns Hopkins University a rouvert le 5 décembre 2010 dans de nouveaux locaux après un projet de rénovation de 85 millions $.

En savoir plus

KIEV – Le prix Future Generation, d’un montant de 100 000 $, décerné par le Pinchuk Art Centre, a été attribué le 10 décembre 2010 à l’artiste brésilienne Cinthia Marcelle.

En savoir plus

MADRID – Le musée Cerralbo, prototype d’une demeure aristocratique des dernières années du XIXe siècle, a rouvert le 14 décembre 2010 après quatre ans de travaux de restauration.

En savoir plus

PARIS - La 9e édition d'ArtistBook, salon du livre d'artiste, se tient au Centre Pompidou, du 17 au 19 décembre 2010.

En savoir plus

ROME – Le Portrait d’un musicien, seule représentation masculine attribuée à Léonard de Vinci, quitte pour la première fois la Biblioteca Ambrosiana de Milan et fait l’objet d’une exposition particulière aux musées du Capitole, du 11 décembre 2010 au 27 février 2011.

En savoir plus

SUR ARTAUJOURDHUI.INFO

Cette semaine, ne manquez pas

CONNIVENCE 1 CLAIRE CHEVRIER / IMAGES INDIENNES

ÉPINAL - Premier épisode d’un nouveau cycle d’expositions, Connivence 1 présente, sous un titre commun, les photographies de Claire Chevrier, qui invitent à regarder Rome et les espaces de représentation, et les images populaires indiennes collectionnées par le musée depuis 2003.

En savoir plus

LA MÉDECINE ANCIENNE, DU CORPS AUX ÉTOILES

GENÈVE- La nouvelle exposition de la Fondation Martin Bodmer invite à suivre le parcours de l’art de guérir d’un triple point de vue : historique, scientifique et artistique. De la mythologie jusqu’aux conceptions du XVIIe siècle, la trame du savoir et du savoir-faire s'est tissée au contact d’influences très diverses.

En savoir plus

LA DONATION CLARE VAN BEUSEKOM-HAMBURGER

GENÈVE - Cette exceptionnelle collection de cent soixante-deux faïences et porcelaines des XVIIe-XVIIIe siècles, constituée par Gustaaf Hamburger et son épouse Clara, née Gerzon, a été généreusement offerte en 2007 au Musée Ariana par leur fille.

En savoir plus

Abonnement (petit)

ANNONCER