ANNONCER

Accueil > ArtAujourd'hui Hebdo > N° 319 - du 17 octobre 2013 au 23 octobre 2013

ArtAujourdhui.Hebdo

N° 319 - du 17 octobre 2013 au 23 octobre 2013


Jean Dupas (1882-1964), Le Vin et la Vigne (détail), 1925, huile sur toile, 306x840 cm, Musée d'Aquitaine, Bordeaux. © Mairie de Bordeaux, photo Lysiane Gauthier (exposition 1925, Cité de l'Architecture, Paris).

L'AIR DU TEMPS

Art déco, le souffle de Paris

PARIS - C'est un style qui a connu un passage à vide avant de rebondir de façon spectaculaire dans les années 1980. Un style dont les représentants sont devenus des mythes - Ruhlmann, Eileen Gray, Jean-Michel Frank, Mallet-Stevens, Jean Patou, Joséphine Baker - et qui s'est exprimé aussi bien dans l'architecture que dans le luminaire, l'orfèvrerie ou les arts de la table. L'exposition en ressuscite une autre, antérieure de 78 ans, qui fut un événement fondateur - la grande exposition des arts décoratifs qui occupa tout le Champ de Mars en 1925. Avec ses pavillons somptueux, notamment ceux des grands magasins (Le Printemps, les Galeries Lafayette, le Bon Marché), elle contribua à lancer une mode qui allait essaimer à travers le monde. Des alcôves présentent les variantes exotiques, de Chicago à Belgrade, de Casablanca à Hanoï. Jamais un art n'avait autant imprégné l'environnement : du paquebot Normandie aux robes de Lanvin jusqu'aux garages Citroën de la rue Marbeuf et de Lyon, toute l'époque exsudait l'Art déco. Rassemblant de beaux prêts, reconstituant des ambiances (comme l'appartement de Tamara de Lempicka), l'exposition est une immersion réussie dans la nostalgie des Années folles.
1925, quand l'Art déco séduit le monde à la Cité de l'Architecture, du 16 octobre 2013 au 17 février 2014.

En savoir plus

EXPOSITIONS


Kasimir Malévitch, Un Anglais à Moscou, 1914. Collection Stedelijk Museum Amsterdam.

Malévitch à foison

AMSTERDAM – Son Carré noir et son Carré blanc ont suffi à lui assurer une renommée universelle. Mais l’œuvre de Kasimir Malévitch (1878-1935), l’un des animateurs du suprématisme, ne se limite pas à ces manifestes d’avant-garde. En dehors de la composante abstraite, il y a dans son œuvre un élément figuratif récurrent. Ses premières œuvres sont des paysages et des nus d’inspiration fauve - et ses dernières sont des paysans « stylisés » pleins de couleur, qui réinterprètent les motifs des icônes. L’exposition-mammouth qui lui est consacrée permet de faire le tour d’une œuvre qui aurait pu disparaître dans les remous de la Révolution russe et de l’ère soviétique. Les organisateurs ont ajouté au riche fonds du Stedelijk lui-même (créé à partir des tableaux que Malevitch laissa en Europe de l’Ouest, prévoyant chez lui une possible perte de faveur), la collection Costakis, rassemblée par un attaché d’ambassade au temps du communisme. Au total plusieurs centaines d’œuvres de tous formats d’un génie radical, qui dessina lui-même la décoration de son cercueil…
Kasimir Malévitch au Stedelijk Museum, du 19 octobre 2013 au 2 février 2014.

En savoir plus


Moulage d’un tympan de porte du pavillon d’angle sud-ouest d’Angkor Vat (première moitié XIIe siècle) : Krisna attaché au mortier (détail). Fin XIXe siècle. H. 137 cm - L. 273 - P. 12 cm. Plâtre patiné, montage filasse sur armature de bois.

Angkor ressuscité !

PARIS – Après l’abandon du site au XVIe siècle par les dynasties khmères, les temples d’Angkor sont dévorés par la végétation luxuriante. Au milieu du XIXe siècle, l’explorateur Henri Mouhot rappelle leur existence et la France de Napoléon III, qui entend « voler au secours » du Cambodge, coincé entre les appétits du Siam et du Vietnam, les étudie de façon passionnée. Un natif de Loches, dessinateur, va participer à leur résurrection. Louis Delaporte (1842-1925), après sa première mission sur place en 1866, passera plus d’un demi-siècle à réaliser ou à commander des reliefs des temples. Ces moulages, réalisés dans des conditions difficiles, à l’aide de gélatine et de plâtre, après avoir fasciné les visiteurs des Expositions coloniales de Marseille (1906, 1922) ou de Paris (1931), moisissaient depuis d’un demi-siècle dans une salle humide de l’abbaye de Saint-Riquier. Ils sont pourtant essentiels : certains présentent des états désormais disparus en raison des altérations et des destructions subies par les temples. Copies de la tour aux Visages, ou du Barattage de la mer de Lait, récemment restaurés, ils sont enfin exposés au musée Guimet. Et demain ? Vont-ils sombrer de nouveau dans l’oubli ? Leur avenir reste à définir…
Angkor, naissance d’un mythe, Louis Delaporte et le Cambodge au musée Guimet, du 16 octobre 2013 au 13 janvier 2014.

En savoir plus

Ces expositions ouvrent aussi cette semaine…

Klee anglais

LONDRES – Le favori des foules est à la Tate Modern qui propose la première rétrospective complète de Paul Klee sur le sol anglais depuis quatre décennies. Du 16 octobre 2013 au 9 mars 2014.

En savoir plus

Mirages précolombiens

LONDRES – Dans Beyond El Dorado, le British Museum accueille les trésors du musée de l’Or de Bogotá, expression des cultures quimbaya, calima ou chimú. Du 17 octobre 2013 au 23 mars 2014.

En savoir plus

Le retour de Poliakoff

PARIS – Un autre grand oublié que l’on n’avait pas présenté de façon aussi fouillée depuis près d’un demi-siècle : Serge Poliakoff (1900-1969) est l’hôte du Musée d’art moderne de la Ville de Paris. Du 18 octobre 2013 au 23 février 2014.

En savoir plus

VENTES


Lot 52, Paul-César Helleu (1859-1927) «Madame Helleu et Jean Helleu en bateau». Huile sur toile. Signé en bas à gauche. 65 x 81 cm. Provenance: Cédé par l'artiste à M. Fiquet, marchand, vers 1915/16. Estimation 120 000 à 150 000 €. Courtesy Blanchet & Associés, Paris.

Helleu, snobisme d’antan

PARIS - Le 27 juin 2000, il avait bondi à plus de 430 000 euros (Sotheby’s Londres, chiffres artprice). Depuis, Paul-César Helleu (1859-1927), portraitiste d’une haute bourgeoisie frivole, coiffée et chapeautée, tout occupée à ses régates et à ses courses de chevaux, est au purgatoire. En cinq ans, une seule de ses toiles a dépassé les 50 000 euros. Le temps de la rédemption est peut-être venu : une intéressante collection privée (celle du frère de Françoise Dolto, le Dr Marette) contient une dizaine de ses œuvres, dont un beau portrait de l’épouse et du fils du peintre. Sa légèreté, son insouciance ne trahissent pas l’époque où il fut peint : 1915 ou 1916, au temps de la Marne et de Verdun… Psychiatre mais aussi antiquaire, Philippe Marette avait un œil sûr comme en témoignent également deux beaux Metzinger, des Forain et des Waroquier à prix d’ami (des huiles sur carton estimées moins de 1000 euros)…
Importants tableaux et sculptures modernes le 18 octobre 2013 à l’hôtel-Drouot (Blanchet & Associés)

En savoir plus

LIVRES

Niki, mère des Nanas

Elle est indéfectiblement liée à ses Nanas surdimensionnées, qui l'ont rendue célèbre. Mais Niki de Saint-Phalle ne se limite pas à ces icônes d'une féminité colorée, adoubées par le grand public. Plus tôt, elle avait choqué avec ses tableaux-tirs ou avec cette colossale odalisque allongée, Hon, présentée en 1966 au Moderna Museet de Stockholm, dont on pouvait visiter l'intérieur en entrant par le vagin. Niki de Saint-Phalle, descendante d'une dynastie au sang bleu, ruinée par la crise de 1929, abusée par son propre père, mariée à un écrivain expérimental, ami de Queneau (Harry Mathews) puis à l'un des papes de l'art brut (Tinguely), a eu plusieurs vies. L'ouvrage les parcourt en parallèle, retraçant ses amitiés (Spoerri, Restany, Jodorowsky), ses créations (du Golem de Jérusalem au jardin des Tarots en Italie) et ses souffrances. Une imperfection, que les éditeurs anglo-saxons savent éviter : l'absence d'un index des noms, indispensable pour se retrouver dans un tel dédale d'amours, d'amitiés et d'influences artistiques !
Niki de Saint Phalle, la révolte à l'œuvre, par Catherine Francblin, Hazan, 2013, 448 p., 29 €

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Achetez cet ouvrage à La FNAC

BRÈVES

LONDRES – La foire d’art contemporain Frieze se tient du 17 au 20 octobre 2013 à Regent’s Park.

En savoir plus

LONDRES – Le salon de design PAD se tient du 16 au 20 octobre 2013 à Berkeley Square.

En savoir plus

MOULINS – Le Centre national du costume de scène inaugure le 19 octobre 2013 ses salles dédiées à la collection Rudolf Noureev.

En savoir plus

PARIS – Les Galeries Lafayette ont annoncé l’ouverture en 2016 d’une fondation dédiée à l’art contemporain, dans le Marais, dans d’anciens entrepôts de la rue du Plâtre, réaménagés par Rem Koolhaas. Une exposition intitulée « Lafayette Anticipation » y sera inaugurée le 24 octobre 2013.

En savoir plus

PARIS - L'édition 2013 du Salon d'Automne (manifestation créée en 1903) se tient sur les Champs-Elysées du 15 au 20 octobre 2013.

En savoir plus

PARIS – Le salon d’art contemporain Show Off se tient du 21 au 23 octobre 2013 à l’Espace Pierre Cardin.

En savoir plus

PARIS – La Compagnie des Bateaux Mouches lance un salon d’art contemporain, des Indomptables, à bord de ses bateaux, du 17 au 20 octobre 2013.

En savoir plus

LES VERNISSAGES DE LA SEMAINE

Abonnement (petit)

ANNONCER