ANNONCER

CATALOGUES D'EXPOSITION

Intelligentsia

Sous la direction de Véronique Jobert et Lorraine de Meaux

Pour les catalogues bien composés, il y a une vie après les expositions. C’est le cas avec celui-ci, qui accompagnait dans une discrète année franco-russe 2012, la manifestation « Intelligentsia », récemment close aux Beaux-arts de Paris. Passant au crible un siècle de rapports entre les intellectuels français et leurs homologues russes, elle présentait un riche ensemble de documents originaux – photos, films, manifestes, lettres et oukazes. Du compte-rendu manuscrit de l’entretien en 1935 entre Staline et le « plus grand écrivain du monde » (Romain Rolland) à la déclaration furibonde de Breton au lendemain des procès de Moscou (septembre 1936), on mesure que les positions mesurées vis-à-vis de l’Union soviétique n’étaient pas de mise. On était soit « pour » (Aragon, Sartre, Pierre Daix pendant une période), avec toutes les compromissions que cela pouvait entraîner, soit « contre » (le père Chaleil, David Rousset, Camus, Gide après son voyage) avec tous les dangers afférents. Mêlant Picasso (et sa fameuse Colombe), Troyat et Kessel (demandant leur naturalisation française), Barbusse (mort à Moscou en 1935) et Malraux, ce volumineux ouvrage de référence contient des documents particulièrement émouvants. C’est le cas de ces instructions rédigées à l’encre violette, dans un français impeccable et une écriture minuscule, dont Pasternak couvreitdes cartes postales envoyées à Jacqueline de Proyart, la jeune slaviste qui fit passer son manuscrit en Occident.


Intelligentsia, sous la direction de Véronique Jobert et Lorraine de Meaux, Beaux-arts de Paris les Editions/Institut français, 536 p., 49 €.

Intelligentsia - Sous la direction de Véronique Jobert et Lorraine de Meaux


Critique parue dans la newsletter N° 287 - du 17 janvier 2013 au 23 janvier 2013

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Achetez cet ouvrage à La FNAC

Abonnement (petit)

ANNONCER