ANNONCER

Accueil > Nos livres d'art > Arts décoratifs > Emilio Terry, architecte et décorateur

ARTS DéCORATIFS

Emilio Terry, architecte et décorateur

Pierre Arizzoli-Clémentel

En notre époque de dépendance chronique à l’image, voici un ouvrage curieux : il présente l’œuvre du décorateur Emilio Terry (1890-1969), l’une des stars de l’après-guerre, sans une seule illustration, hormis les têtes de chapitre, des aquarelles commandées à Laurent de Commines. La faute à un conflit avec les ayants droit, qui ont refusé toute reproduction (les dessins de Terry ont pourtant été légués aux Arts décoratifs)… Autant dire qu’il faut s’armer d’un esprit d’abstraction (et d’une connexion internet, par exemple pour voir la maquette de la maison-colimaçon) pour pénétrer cet univers. Le propos reste très prenant tant Terry a incarné une génération d’architectes-décorateurs d’une immense culture et d’un cosmopolitisme à toute épreuve. Sa famille, originaire du comté de Cork, en Irlande, a fait fortune à Cuba dans l’industrie du sucre (le père de Terry sera propriétaire du château de Chenonceau pendant vingt ans), et tous les rejetons se marieront à la noblesse européenne (les de Castellane, Lucigny-Faucinge, etc.). Les chapitres explorent les grands chantiers d’Emilio Terry, tous tardifs (il a alors dépassé la cinquantaine) : l’hôtel particulier de Niarchos à Paris, le château de Groussay pour Charles de Beistegui ou la villa Loste au pays Basque. Au fond, cette évocation peut très bien se passer d’images : c’est celle d’une grandeur évanouie, inspirée du XVIIIe siècle français, une forme de nostalgie…


Emilio Terry, architecte et décorateur, par Pierre Arizzoli-Clémentel, Gourcuff-Gradenigo, 304 p., 69 €.

Emilio Terry, architecte et décorateur - Pierre Arizzoli-Clémentel


Critique parue dans la newsletter N° 337 - du 6 mars 2014 au 12 mars 2014

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Achetez cet ouvrage à La FNAC

Abonnement (petit)

ANNONCER