Massacre innocents Chantilly

ANNONCER

Accueil > Nos livres d'art > Arts premiers > Régine van den Broek d’Obrenan, une artiste à bord de la Korrigane

ARTS PREMIERS

Régine van den Broek d’Obrenan, une artiste à bord de la Korrigane

Christian Coiffier

En s’embarquant pour un tour du monde sur un vieux morutier retapé, au lendemain des événements de février 1934, cette poignée d’aristocrates pensait-elle écrire l’un des derniers chapitres de l’exploration ethnographique dans le Pacifique ? Sans doute pas mais, rétrospectivement, le voyage au long cours de la Korrigane (1934-1936) a fourni une extraordinaire moisson d’objets avant que la guerre puis la législation rende quasi impossible ce type d’aventure. Dernière survivante du groupe, Régine van den Broek d’Obrenan (née de Ganay, et apparentée à la dynastie Schneider et à Anne-Aymone Giscard d’Estaing) est décédée dans sa 106e année en 2014. Dans ce récit à deux mains (incluant ses nombreux dessins), elle se remémore les péripéties de cette circumnavigation : lorsque l’équipage manqua de sombrer au large de la Nouvelle-Zélande, fut la proie de vrais-faux cannibales ou soutira aux locaux leurs artefacts. Ces éléments de poupe de pirogue, ce reliquaire à crâne en forme de requin, ces monnaies de plumes, ces coupes des îles de l’Amirauté font aujourd’hui partie des trésors du musée du quai Branly.


Régine van den Broek d’Obrenan, une artiste à bord de la Korrigane, par Christian Coiffier, Somogy, 2014, 300 p., 35 €.

Régine van den Broek d’Obrenan, une artiste à bord de la Korrigane - Christian Coiffier


Critique parue dans la newsletter N° 381 - du 19 mars 2015 au 25 mars 2015

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Achetez cet ouvrage à La FNAC

Pub Magnani Rocca

Biennale Thessalonique 2017

Fred Deux MBA Lyon

Abonnement (petit)

ANNONCER