ANNONCER

CATALOGUES D'EXPOSITION

Peinture de Sienne

Collectif

Luca di Tommè, Cennino Cennini, Taddeo di Bartolo : autant de noms sonores, qui évoquent une Italie rêvée, celle des communes libres, des retables à fond or, des condottières, des premiers feux de la Renaissance. Il s’agit d’une Italie « siennoise ». Au XIVe siècle, la petite ville toscane tient la dragée haute à sa voisine Florence et invente une peinture minutieuse, pleine de détails concrets, avec des architectures, des tables dressées, des drapés. Peu importe que la perspective soit défaillante car la narration est solide : le Martyre de saint Laurent (Bartolo di Fredi) ou la Déploration de Gregorio di Cecco se lisent comme un livre ouvert – c’était la Biblia Pauperum, la Bible des pauvres de l’époque. Accompagnant une exposition au musée des Beaux-Arts de Rouen (jusqu’au 17 août 2015), ce catalogue évoque quelques-uns des grands noms que furent Duccio, Simone Martini et les frères Lorenzetti mais donne aussi toute leur place aux maîtres mineurs, aux retables parfois démembrés (comme celui de Dietisalvi di Speme à Montalcino) et aux appellations poétiques (Maître de la Maestà Gondi).


Peinture de Sienne, Bozar Books/Silvana Editoriale, 248 p., 39 €.

Peinture de Sienne - Collectif


Critique parue dans la newsletter N° 384 - du 9 avril 2015 au 15 avril 2015

Achetez cet ouvrage chez Amazon

Achetez cet ouvrage à La FNAC

Abonnement (petit)

ANNONCER